Le tresor du Parnasse: ou le plus joli des recueils

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 273 - M'arrêter un moment pour contempler ton cours. Qui me dévoilera l'instant qui t'a vu naître ? Quel œil peut remonter aux sources de ton être ? Sans doute, ton berceau touche à l'éternité.
Page 140 - Nonchalamment sourire à l'héroïne en pleurs. On ne les entend plus, du fond de la coulisse, Par leur caquet bruyant interrompre l'actrice.
Page 200 - Ouvrages merveilleux de son pouvoir suprême, De Jupiter l'homme reçut, dit-on, Un livre écrit par Minerve elle-même, Ayant pour titre la Raison. Ce livre, ouvert aux yeux de tous les âges, Les devait tous conduire à la vertu ; Mais d'aucun d'eux il ne fut entendu, Quoiqu'il contînt les leçons les plus sages. L'enfance y vit des mots, et rien de plus ; La jeunesse, beaucoup d'abus ; L'âge suivant, des regrets superflus ; Et la vieillesse en déchira les pages.
Page 276 - Ce n'est qu'en périssant qu'il en doit être instruit. Quand l'airain frémissant autour de vos demeures, Mortels, vous avertit de la fuite des heures, Que ce signal terrible épouvante vos sens. A ce bruit, tout à coup, mon âme se réveille, Elle prête l'oreille Et croit de la mort même entendre les accents.
Page 65 - Grâces aux soins qui, depuis mon enfance. Ont de mes sens dompté la violence , Toujours battu, mais bercé par les flots, Je ris en paix de l'orage et des sots. Leurs plats écrits , leurs cabales , leurs ligues, Le nœud secret de leurs sourdes intrigues, Les comités, les soupers clandestins, Où ces messieurs vont régler nos...
Page 124 - De votre écrit; mon goût l'est davantage. On n'a jamais, par un plus doux langage, Avec plus d'art blessé la vérité. Pour Gabrielle en son apoplexie...
Page 140 - Le premier feu produit ces succès éclatans ; Mais la perfection est l'ouvrage du temps. L'amour-propre souvent, juge trop infidèle, Du talent orgueilleux étouffe l'étincelle.
Page 275 - Le soleil, épuisé dans sa brûlante course, De ses feux par degrés verra tarir la source, Et des mondes vieillis les ressorts s'useront. Ainsi que les rochers qui du haut des montagnes Roulent dans les campagnes, Les astres l'un sur l'autre un jour s'écrouleront.
Page 312 - C'est à quoi nous sommes sujets ; Le matin je fais des projets , Et le long du jour des sottises.
Page 146 - Quel auguste maintien ! quelle noble fierté ! Tout jusqu'à l'art , chez elle , a de la vérité. Vous devez avec soin consulter l'une et l'autre , Et puiser dans leur jeu des leçons pour le vôtre ; Mais votre premier maître est surtout votre cœur. Soyez toujours vous-même aux yeux du spectateur. Le désir d'imiter vous cache un précipice ; Gardez de vous traîner sur les pas d'une actrice...

Informations bibliographiques