De la monarchie prussienne, sous Frédéric le Grand: avec un appendice contenant des recherches sur la situation actuelle des principales contrées de l'Allemagne, Volume 1

Couverture
1788
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 234 - Ainsi l'extrême justesse de son esprit fit plus pour le rendra équitable et bienfaisant, que n'eût fait l'équivoque bonté des cœurs nés sensibles. Il ne connut qu'une passion, la gloire, et il fut ennemi de la louange ; qu'un goût, soi-même, et sa vie entière fut pour les autres ; qu'une occupation, son noble métier de roi. Il le fit avec la plus inimitable persévérance pendant...
Page 69 - vais à présent satisfaire ma curiosité sur les « principes des choses que Leibnitz n'a jamais « pu m'expliquer, sur l'espace, sur l'infini, sur «l'être et le néant, et je prépare au roi mon « époux le spectacle d'une pompe funèbre où il « aura une nouvelle occasion de déployer sa ma
Page 110 - ... et même quelques hommes d'esprit. Il importe de poser des bases sur lesquelles on puisse appuyer une opinion dans une question de fait aussi importante Tel fut Frédéric, à jamais illustre entre les enfants des hommes.
Page 233 - ... avantages et ne fut pas moins éminemment son propre ouvrage que celui de la nature. Né facile, il se rendit sévère ; absolu jusqu'à la plus redoutable impatience, il fut tolérant jusqu'à la longanimité ; vif, ardent, impétueux, il se fit calme, modéré, réfléchi.
Page 233 - ... variés, de son profond jugement ou de sa grande âme. Brillant de toutes les qualités physiques et morales, fort comme sa volonté, beau comme le génie, actif jusqu'au prodige, il perfectionna, il compléta...
Page 65 - de la vanité, se trouva dans la suite être un chef« d'œuvre de politique. La royauté tira la maison de « Brandebourg de ce joug de servitude, où la .maison
Page 237 - C'est l'unique moyen d'être aimé!... Oui, mais osons le dire, la bonté seule dans le rang suprême ne fera jamais rien de vraiment utile à une nation. Pour la restaurer, pour l'agrandir, pour l'élever et même pour la rendre heureuse, il importe plus d'en être, obéi que Sen être (inné.

Informations bibliographiques