Les Capétiens et l'argent au siècle de Saint Louis

Couverture
Presses Univ. Septentrion, 1995 - 205 pages
0 Avis

Les rapports des Capétiens et de l'argent au XIIIe siècle témoignent de beaucoup de souplesse et d'innovations.
Afin de tirer le maximum de revenus du Domaine, les comptables royaux améliorent les gestions, notamment à l'aide de comptabilités qui, de progrès en progrès, aboutissent au compte du terme de l'Ascension 1248, vrai chef-d'oeuvre comptable du siècle.
Cette " cathédrale " administrative annonce déjà la part croissante de l'extraordinaire dans les villes du domaine comme dans tout le royaume. Mais les baillis et les prévôts ne suffisent pas à assurer le succès définitif de ces nouvelles recettes qui exigent d'autres agents et des embryons de vrais services centraux.

 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Section 1
7
Section 2
11
Section 3
31
Section 4
43
Section 5
61
Section 6
77
Section 7
91
Section 8
101
Section 10
135
Section 11
145
Section 12
155
Section 13
165
Section 14
171
Section 15
177
Section 16
183
Droits d'auteur

Section 9
119

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

À propos de l'auteur (1995)

Gérard SIVERY, professeur d'histoire médiéval à l'Université Charles de Gaulle (Lille III) a confronté les laboratoires chers à son coeur depuis quarante ans (Thiérache, Hainaut, Nord-Ouest de l'Europe) aux résultats obtenus par des chercheurs d'autres régions. Des communautés rurales très autonomes se signalent ainsi dans des vignobles ou dans des vallées montagnardes et la possibilité d'une civilisation de l'éleveur bien différente de celle du cultivateur dès le Moyen Âge, pose un certain nombres d'interrogations.

Informations bibliographiques