Journal historique: ou, Mémoires critiques et littéraires sur les ouvrages dramatiques et sur les evenemens les plus memorables, depuis 1748 jusqu'en 1772, inclusivement, Volume 1

Couverture
Imprimerie bibliographique, 1807
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 176 - Ainsi donc vous réunissez Tous les arts, tous les goûts, tous les talents de plaire; Pompadour, vous embellissez La Cour, le Parnasse et Cythère. Charme de tous les cœurs, trésor d'un seul mortel, Qu'un sort si beau soit éternel ! Que vos jours précieux soient marqués par des fêtes; Que la paix dans nos champs revienne avec Louis! Soyez tous deux sans ennemis, Et tous deux gardez vos conquêtes.
Page 21 - Le beau soit bien nécessaire : Vintimille sut lui faire Trouver son minois joli, li, li; On dit même que d'Estrade, Si vilaine et si maussade, Aura bientôt la passade, Elle en a l'air tout bouffi, fi, fi...
Page 193 - Sage,ye vais vous faire gagner deux heures ; après cette courte réponse , il fit sa révérence et sortit. Quelque chose qu'on fît, et quoiqu'on courût après lui sur l'escalier , il ne voulut jamais remonter , n'y dîna pas, et ne lut point sa pièce.
Page 32 - Aux charmes touchants du Bréviaire Vous entremêlez prudemment Et du Virgile et du Voltaire. Vous parlez au nom du Seigneur, Et vous n'ennuyez point les hommes, Vous nous condamnez sans fureur; Vous nous voyez tels que nous sommes. Je ne prends point pour directeur Un fou dont la mauvaise humeur Erige en crime une faiblesse, Et veut anéantir mon cœur Pour le conduire à la sagesse.
Page 94 - Vous vous attendit^, dit-il à l'assemblée, que j'allais vous faire une lecture de Catilina; point du tout, messieurs, c'est Electre que je donne cette année, et je ne ferai paraître Catilina que l'année prochaine. Je vais faire la distribution des rôles. Je demande le plus profond secret. Ce secret profond a été gardé jusqu'au lendemain matin, et il est actuellement le véritable secret de la comédie. A quoi tend cette gentillesse? Quelle gloire, quel profit trouve-t-il dans ce mystère?
Page xiii - Versailles , n'allez-vous pas quel» quefois faire votre cour au roi ? ma foi , moti « prince , répondit Voltaire , voulez-vous que je » TOUS dise, je n'y vais plus; on ne peut le voir qu'à » son petit lever. Cet homme ( ce sont ses termes en » parlant du roi dans un foyer ) se lève tantôt à dix » heures , tantôt à deux heures, une autre fois à » midi ; on ne peut compter sur rien ; moi je lui ai » dit: Sire, quand votre jyajefté. voudra de moi, >> elle aura la bonté de me donner...
Page 355 - Il l'aimait effectivement, et je viens de le voir dans la plus grande affliction et abîmé dans une véritable douleur. Il ya trente-deux ans qu'il vivait avec elle ; il lui avait toutes sortes d'obligations ; elle l'avait soutenu longtemps lorsqu'il était dans l'indigence.
Page 335 - Qui la voit et ne l'aime , a tort ; » Mais qui l'entend et ne l'adore , » A beaucoup plus de tort encore ; » C'est pourquoi , l'auteur de ceci , » N'est pas dans son tort, Dieu merci. Le 17 ou le 18 de ce mois , la Seine a débordé. Les fossés du Cours et des Champs-Elysées étoient remplis d'eau ; on y alloit en bateau ; .l'inondation a duré jusqu'au 26 ou 26.
Page 42 - Fait au Conseil d'Etat du Roi, Sa Majesté y étant, tenu à Versailles le unze septembre mil sept cent soixante dix neuf.
Page xxxvi - Tallemont, qui avait eu un de ses laquais mis à la Bastille avec les gens du Prétendant, écrivit le lendemain la lettre suivante à M. de Maurepas : « Le roi vient, monsieur, de se couvrir d'une gloire immortelle en faisant arrêter le prince Edouard. Je ne doute point que Sa Majesté ne fasse chanter le Te Deum, pour remercier Dion d'une victoire qui lui fait tant d'honneur.

Informations bibliographiques