Dictionnaire étymologique de la langue françoise, où les mots sont classés par familles: contenant les mots du Dictionnaire de l'Académie Françoise, avec les principaux termes d'arts, de sciences et de métiers. Précédé d'une dissertation sur l'étymologie

Couverture
Decourchant, 1829 - 764 pages
2 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 215 - Par arrest de la cour du 19 mars 1409, défenses furent faites à l'évesque d'Amiens d'exiger argent des nouveaux mariés pour leur donner congé de coucher avec leurs femmes la première, seconde...
Page xxxii - ... initiaux, ou placés au commencement des mots. Ces particules sont toujours des prépositions, d'ordinaire monosyllabiques comme les désinences, parce qu'elles devaient , les unes et les autres, entrer dans la formation des mots sans leur imposer un trop grand nombre de syllabes. Au contraire des désinences, les prépositions ont un sens par elles-mêmes , une acception propre, qui, frappant, selon ce sens, sur le mot radical auquel elle est unie, modifie l'idée absolue dont ce mot est le...
Page xxxi - Ici mots, notre langue a aussi sa constitution grammaticale, et cette constitution est, à l'égard de toutes les langues, l'essence même de la science étymologique; c'est l'ensemble des règles pour la formation des mots, conséquemment aussi la règle de leur décomposition ou de leur étymologie. Ignorer ces règles, c'est vouloir analyser chimiquement une substance solide en la brisant à coups de marteau. On doit donc connaître ces lois essentielles de la vitalité de notre langue : les principales...
Page xxxii - S'il l'a reconnu avec certitude, il s'enquiert alors de sa véritable origine» Après avoir déterminé, je dirai en toute conscience, l'acception pure, incontestable, généralement reçue, de ce mot radical, il appelle à son aide toutes les langues qui, par leur influence connue sur le...
Page xxxv - ... sont des mots aussi mal faits , que l'usage peut absoudre, mais que le bon goût et les bonnes règles n'adopteront que par respect pour cet usage même. Après cet exposé très-sommaire Jes principes essentiels de la science étymologique (et de longs développemens sur un te...
Page 59 - Italie d'an-" cienneté étoit accoustumé que ceux qui faisoient trafic de deniers pour préster, ou pour faire tenir et changer, avoient un banc ou table en lieu public. Quant aucun quittoit le banc, que les Latins disent foro cedebat, se disoit que son banc étoit rompu.
Page 435 - ... plante qui teignoit en couleur bleue céleste ou azurée, tirant sur le noir; c'est ce que nous appelons pastel. Le grand débit qui se faisoit de cette plante à Saint-Denis avoit fait donner à l'endroit où elle se vendoit le nom de Marché aux Guèdes. Cette place est à l'entrée de la ville , par la route de Paris. Pendant le temps de la terreur, elle prit le nom de Place de la Montagne. Sous le consulat, l'écrivain du tableau indicatif des rues , ne comprenant pas le mot de...
Page xxx - Considérée dans son état actuel , la langue française est composée des mots qui nous sont restés des dialectes gaulois , et des mots qui s'y sont mêlés avec eux par la succession des siècles, et provenant du grec, du latin, des idiomes d'outre Rhin, de l'arabe et de ses dérivations en usage dans l'Orient.
Page xxxvi - GIRAFFE : il est arrivé tout fait dans le français ; c'est le mot arabe zorafêh , et l'on peut s'en tenir à la seule énonciation de cette origine. Si l'on veut cependant remonter plus haut, on peut considérer que les syllabes de ce mot n'ont, en arabe, aucun sens analogue à ce quadrupède, et l'explication qu'en donnent les lexiques est lout-à-fait arbilraire.
Page 399 - ... l'Escaut, ôter et traire (tirer) hors par force ou par soubtilleté (adresse) par quoi on put nagier (naviguer) jusques aux murs. Si ordonnèrent et avisèrent à faire une grosse nef ou engin (ma(i) Armure faite de lames de fer. J. A . P.

Informations bibliographiques