Images de page
PDF
ePub

d'Ardhinnan , & de Cluain-more Madoc. Il fut MARS 16. enterré dans le dernier. Colgan place sa mort au

2 de Février, mais il dit qu'on faisoit la fête le 16 de Mars dans les Monafteres dont il avoit été le Fondateur.

Voyez Usférius , Antiquit. c. 14. Colgan , fous le 17 de Mars; & l'Histoire naturelle & civile du Comté de Kerry , par M. Smith , imprimée en 1755, p. 127. Le Chevalier Jacques Ware parle de deux Vies Mff. de saint Finian.

[ocr errors]

SAINT É. EUSEBIE,

VULGA I REMENT,
SA IN TE Y SOIE,
A B BESSE DE H A MAIGE,
au Diocèse d'Arras,

+660
CETTE Sainte naquit en 637, sur la fin du
regne de Dagobert I. Elle étoit fille d'un Seigneur
François des Pays-Bas, nommé Adalbaud , & de
sainte Rietrude , qui devint Abbesse de Marchien-
nes (a), après la mort de son mari. Elle fut
élevée sous les yeux de la B. Gertrude sa grand-
mere , qui gouvernoit le Monastere de Hamay ou
Hamaige (6). On la choisit en 649, pour succéder
qui alloit jusqu'à l'an 1215. Onde Chándos en avoit une copie
y fit depuis une autre addition où rien ne manquoit.
qui finiffoit à l'an 1320. Uffé- (a) Sur la Scarpe, entre la
rius & Ware citent souvent ces Flandre & le Hainaut, dans le
Annales.' On en voit une copie ! Diocèse d'Arras.
imparfaite parmi les Mf. de la (b) Ce n'est plus qu'un
Bibliotheque du College de la Prieuré dépendant de l'Abbaye
Trinité à Dublin. Nicholson dit de Marchiennes, qui appartient
dans son Histoire des Biblio- aujourd'hui aux Bénédictins.
theques d'Irlande, que le feu Duc

a

à l'Abbesse Gertrude. Comme elle étoit encore fort jeune , sa mere la fit venir à Marchiennes MARS 1,6. pour la former dans le grand art de commander aux autres. Étant ensuite retournée à Hamaige où Dieu vouloit qu'elle le servît , elle gouverna sa Communauté avec une sagesse beaucoup au-dessus de son âge. Elle y donna toujours l'exemple d'une humilité profonde, d'une douceur inaltérable d'une abstinence rigoureuse , d'une inviolable pureté de corps & d'esprit, d'une fidélité parfaite à l'accomplislement de tous les points de la Regle. Sa bienheureuse mort arriva le 16 de Mars vers Pan 660. Sainte Eusébie est nommée en ce jour dans les Martyrologes de France , des Pays-Bas & des Bénédictins.

Voyez dans Bollandus, la Vie de la Sainte écrite

par un anonyme , environ deux cents ans après la mort. Cet Auteur travailla d'après d'anciens Mémoires qu’on avoit fauvés de la fureur des Normands, Voyez aussi la Vie de fainte Rictrude, par Hucbaud, Moine de faint Amand.

SAINT GRÉGOIRE D'ARMÉNIE,
RECLUS A PLUVIERS EN BEAUCE.

xies. GRÉGOIRE,

né en Arménie, distribua son bien

aux pauvres , & se retira dans un Monastere, près de la ville de Nicopolis (a). Il y vécut dans la pratique des plus fublimes vertus. Comme il étoit très-versé dans la connoiffance des Saintes Lettres, il fut élevé au Sacerdoce par l'Evêque de Nicopolis, dont il devint ensuite le successeur.

(4) Ancien Siége Épiscopal trefois Suffragant de Sébaste. de la premiere Arménis , & aue

La dignité d'Evêqué ne changea rien dans sa maMARS 16. niere de vivre. Il fut allier les exercices de l'état

monastique aux fonctions du ministere. Son humilité l'ayant porté à se démettre de l'Episcopat, il palla en Occident, avec deux Religieux Grecs. Après avoir erré long-temps en Italie & en France, il s'arrêta enfin à Pluviers en Beauce, au Diocèse d'Orléans. Il se fit à trois quarts de lieue de cette ville , une petite loge où il pratiqua durant l'espace de sept ans les austérités les plus extraordinaires. Il ne vivoit

que de racines crues , & de lentilles détrempées dans de l'eau & germées au soleil auxquelles il joignoit un peu de pain d'orge. Il étoit plusieurs jours de la semaine sans prendre aucune sorte de nourriture. S'il recevoit les provifions que des personnes charitables lui apportoient, il ne s'en servoit que pour nourrir les pauvres d'alentour. Il mourut le 16 de Mars, vers le commencement du onzieme fiecle.

Voyez dans Bollandus la Vie du Saint, écrite par un anonyine qui avoit été témoin d'une partie de la Vie en France, & qui avoit été inftruit de l'autre par ceux qui l'avoient fréquenté. Voyez aussi le P. le Quien, Or. Chr. T. 1. p. 428.

SAINT HERIBERT, ARCHE VÊQUE DE COLOGN E.

+1022 HÉRIBERT, issu d'une des plus illustres familles d'Allemagne , naquit à Worms , dans le Palatinat du Rhin. Ses parents l'ayant envoyé achever ses études au Monastere de' Gorze en Lorraine, il n'en seroit jamais sorti , s'il eût été maître de disposer de la personne. De retour à Vorins, il

[ocr errors]
[ocr errors]

1

fut fait Prévôt de l'Église de cette ville. Devenu
Chancelier de l'Empereur Othon III, il lui rendit MARS 16.
les plus importants fervices. On l'élut malgré lui,
pour remplir le Siege Archiepifcopal de Cologne,
qui étoit devenu vacant en 998. De Bénévent,
où l'Empereur l'avoit fait venir , il alla à Rome
recevoir le Pallium , des mains du Pape Silvestre
II, & partit ensuite pour Cologne , où il fut sacré
le 24 Décembre 999.

Le nouvel Archevêque retraça fa vie des plus
faints Pasteurs. On ne pouvoit se lasser d'admirer
fon zele, fa douceur, son amour pour

les

pauvres, fon humilité, sa ferveur dans la priere. Il vivoit dans la plus parfaite mortification de ses sens, & portoit toujours un rude cilice sous fon habit.

Le saint Empereur Henri, successeur d'Othon, fut quelque temps prévenu contre Héribert ; mais il lui rendit enfin justice. Il mit en lui toute la confiance , le créa Chancelier de l'Empire , & fe fervit utilement de les conseils en plusieurs occasions.

Héribert, faisant la visite de son Diocèse, fut arrêté dans la petite ville de Duitz, par une maladie dont il mourut le 16 Mars 1022. On l'enterra dans le Monastere qu'il y avoit fondé (a), de l'autre côté du Rhin, vis-à-vis de Cologne. Ce Monastere ayant été rasé en 1376, on dit

[ocr errors][ocr errors]

(e) Ce Monastere s'appelle les imprima à Cologne en 1578. en latin Tuitiense ou Divitense. 3 vol. à Anvers en 1565, 1577, Le célebre Rupert, mort en 1598 ,

& 1602. à Paris en 1155, en fut le dixieme Abbé. i 1638, 2 vol. Le Pere Grégorio Rupert eft connu par divers Cannoni , de l'Ordre des Herécrits sur l'Écriture Sainte , fur mites de faint Augustin , les a la Théologie , sur les Offices & fait réimprimer à Venise en les cérémonies de l'Eglise. Oni 1748, 1752, 4 vol. in-fol.

que ses Reliques furent transportées à Sibourg ou MARS 16. Siebourg, au Comté de la Marck. Il fut canonisé

par le Pape Grégoire IX ou Grégoire XI. Sa principale fête se célebre le 16 de Mars dans les lieux où l'on honore sa mémoire.

Voyez la Vie du Saint par Rupert, Abbé de Duitz, avec les notes des Bollandiftes,

« PrécédentContinuer »