Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][graphic][graphic][graphic][graphic][graphic]

DE LA PÉNALITÉ

DANS

TOUTES LES PARTIES DU MONDE CONNU ;

TABLEAU historique, chronologique et descriptif des Supplices, Tortures
ou Questions ordinaires et extraordinaires, Tourmens, Peines corpo-
relles et infamantes, Châtimens, Corrections, etc., ordonnés par les
Lois, ou infligés par la cruauté ou le caprice, chez tous les peuples
de la terre, tant anciens que modernes; auxquels on a rattaché les
Faits les plus importans que l'histoire présente en condamnations ou
exécntions civiles, correctionnelles ou criminelles ;

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][graphic]

ܝ

[merged small][ocr errors][merged small]

# O OREILLECOUPÉE. Ce genre de mutilation a été anciennement fort en usage, et emportait avec lui une sorte d'infamie. On l'emploie encore chez quelques nations sauvages ou peu civilisées. MACÉDoINE. Voy. Nez coupé, t. IV, p. 468. PERSE. Pour les moindres crimes on arrachait les yeux aux condamnés, ou on leur coupait le nez, les oreilles, les pieds ou les mains : ces amputations étaient principalement réservées aux voleurs ordinaires. — Le roi de Perse, Séfi, ayant tué de sa main son chancelier, en 1625 (ou 1 o55 de l'hégire), un poète, faussement accusé d'avoir mis cette cruelle exécution en vers, et de les avoir chantés au méïdan ou marché , fut conduit dans ce même lieu, et là on lui coupa le nez, les oreilles, la langue, les pieds et les mains , mutilations dont il mourut quelques jours après. RUssIE. Un premier larcin était puni du fouet, de l'amputation d'une oreillo, et de la prison temporaire; la récidive entraînait la perte de l'autre MExIQUE. Chez les Ysipaques, l'amputation du nez et des oreilles était la punition de la femme infidèle. AMBoINE (île d'). On coupe le nez et les oreilles aux voleurs, et on les fait esclaves pour la vie. ACHEM. Les mutilations sont le genre de peine le plus fréquent que prononce le roi de ce pays. Il fait souvent couper aux condamnés, le nez, les oreilles ou la lèvre supérieure, et ces exécutions n'ont quelquefois pour motif que son caprice. Les exécuteurs mettent à contribution les patiens, et leur font chèrement payer l'avantage d'être ainsi mutilés proprement et d'un seul coup. MIssoURI. Certains peuples de cette contrée punissent de mort l'adultère de la femme; mais souvent le mari lui-même se contente de lui couper le nez et les oreilles. ALLEMAGNE. L'article 125 du Code criminel de Charles V met l'amputation des oreilles au nombre des peines à infliger à ceux qui aident à la prostitution des femmes mariées. PRUssE. Voy. Nez coupé, t. IV, p. 469. ANGLETERRE. Autrefois on coupait un pouce, une oreille, un pied ou unemain, pourles plus petits vols. FRANCE. L'essorillement, ou amputation de l'oreille, a été fort en usage en France. Anciennement, quand les maîtres étaient mécontens de leurs serfs, ils leur faisaient couper les oreilles, et même, pour en détruire la race , ils les faisaient mutiler. Sous la deuxième race , au lieu d'imposer des peines canoniques à leurs moines, les abbés leur fai| saient couper une oreille, un bras, une jambe. —

oreille, et la déportation en Sibérie. T. V , - - 1

« PrécédentContinuer »