Menagiana ou les Bons mots: les pensées critiques, historiques, morales et d'érudition de Monsieur Ménage, Volume 1

Couverture
chez Florentin et Pierre Delaulne, 1694 - 440 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 51 - L'insolent en eût perdu la vie ; Mais mon âge a trompé ma généreuse envie; Et ce fer que mon bras ne peut plus soutenir, Je le remets au tien pour venger et punir. Va contre un arrogant éprouver ton courage : Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage ; Meurs ou tue. Au surplus, pour ne te point flatter, Je te donne à combattre un homme à redouter; Je l'ai vu, tout couvert de sang et de poussière, Porter partout l'effroi dans une armée entière.
Page 5 - ... qui lui donnèrent des coups de bâton. Ce mauvais traitement ne le fit point changer; au contraire, l'accès qu'il avoit à la cour et la protection de M. le Prince lui avoient donné une certaine hardiesse de dire librement ses sentiments, que les antres n'avoient pas.
Page 175 - J'en boirais moins que ne fait un moineau. Je tirerai pourtant de mon cerveau, Plus aisément, s'il le faut, un rondeau, Que je n'avale un plein verre d'eau claire A la fontaine. De ces rondeaux un livre tout nouveau A bien des gens n'a pas eu l'art de plaire.
Page 191 - Ce qu'on a donné depuis dans ce genre d'écrire, eft une grande marque du mauvais goût de nôtre tems & du génie médiocre qui le produit : ce ne font que de petites Nouvelles tout au plus , qui ne font rien concevoir à nôtre idée ni d'utile ni de majeftueux Ce qu'a fait Mademoifelle de Scudéry forme dans n«tre âme les grands fentimtnsde vertu que ces fortes de pièces doivent mfpirer.
Page 9 - Bourgogne, où il faisoit le plus important personnage, que M. le cardinal de Richelieu voulut l'entendre. En effet, il le fit venir, pour être témoin lui-même de tout le bien qu'on lui en avoit dit. Mondori joua son rôle devant ce ministre, qui ne put s'empêcher de verser des larmes dans les endroits les plus touchants.
Page 225 - Artisans quitoient leurs bou« tiques pour l'aller entendre ; les Marchands , leur négoce ; les « Avocats, le Palais ; les Médecins, leurs malades : pour moi lorsque « j'y prêchai l'année d'après, je remis toutes les choses dans l'ordre, «i personne n'abandonnoit plus son emploi.
Page 380 - Modeste en ma couleur, modeste en mon séjour. Franche d'ambition, je me cache sous l'herbe, Mais si sur votre front, je puis me voir un jour, La plus humble des fleurs sera la plus superbe.
Page 321 - L'Angely ne tarda pas à s'amasser du bien, grâce aux présents qu'il recevait des personnes qui riaient de ses bouffonneries ou qui achetaient son amitié : « De tous nous autres Fous qui avons suivi le parti de M. le Prince, disait Marigny, un des bouffons du cardinal de...
Page 63 - Mme de Sévigné avec les deux miennes; lorsqu'elle l'eut retirée, M. Pelletier me dit : « Voilà le plus bel ouvrage qui soit sorti de vos « mains. » Mme de Sévigné décidait la dispute de Despréaux et de Perrault en disant : « Les anciens sont plus beaux, mais nous sommes plus jolis. » MADAME DE LA FAYETTE. M"" de La Fayette, âgée de vingt-neuf ans, disait :
Page 290 - Si vous voulez qu'il n'y ait pas de fautes dans les ouvrages que vous ferez imprimer, ne donnez jamais de copies bien écrites ; car alors on les donne à des apprentis , qui font mille fautes , au lieu que, si elles sont difficiles à lire, ce sont les maîtres qui y travaillent eux-mêmes.

Informations bibliographiques