Considerations sur les corps organisés, où l'on traitede leur origine, de leur développement, de leur réproduction, & c. & où l'on a rassemblé en abrégé tout ce que l'histoire naturelle offre de plus certain & de plus intéressant sur ce sujet

Couverture
Chez Marc-Michel Rey, 1762 - 328 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

T. 1

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 136 - ... les individus qui proviennent du papillon, ne doivent pas être des papillons , mais des chenilles , parce qu'en effet , c'est la chenille qui a pris la nourriture , et que les parties organiques de cette nourriture se sont assimilées...
Page 122 - ... supposer que la Nature a voulu renfermer dans l'individu de cette petite bête plus de facultés . pour la génération que dans aucune autre espèce d'animal , et qu'elle lui aura accordé non seulement la puissance de se reproduire tout seul , mais encore le moyen de pouvoir aussi se multiplier par la communication d'un autre individu.
Page 38 - ... déterminer combien. Si l'on coupe la nouvelle jambe, il en renaît une autre dans la même place. Enfin , il faudrait encore admettre que chaque nouvelle jambe...
Page 273 - Considérations sur les corps organisés, où l'on traite de leur origine, de leur développement, de leur reproduction, etc.
Page 92 - ... et à leur reproduction ; la nutrition s'opère par la pénétration intime de cette matière dans toutes les parties du corps de l'animal ou du végétal. Le développement n'est qu'une espèce de nutrition plus étendue , qui se fait et s'opère, tant que les par*ties ont assez de ductilité pour se gonfler...
Page 127 - Femelle, on y trouve des œufs ; & fi c'eft en Été, on y trouve des œufs & des Petits prêts à naître. Les Petits des vivipares éclofent dans le ventre de leur Mère , les Petits des ovipares, après en -être fortis. Les Petits des vivipares prennent donc dans le ventre de leur Mère , un accroiflement que n'y prennent pas les Petits des ovipares. Les Pucerons qui naiflent...
Page 145 - HARVEY voit d'abord fe former le fac qui le doit contenir : & ce fac , au lieu d'être la membrane d'un œuf qui fe dilateroit , fe fait fous fes yeux comme une toile dont il obferve les progrès. Ce ne font d'abord que des filets tendus - d'un bout à l'autre de la matrice } ces filets fe multiplient , fe ferrent , & forment enfin une véritable membrane. La formation de ce fac eft une merveille qui doit accoutumer aux autres. HARVEY ne parle point de la formation du fac intérieur , dont , fans...
Page 54 - ... ni la tête du Polype , &c. Nous admettrons plus volontiers, que ces organes préexiftoient invifibles dans l'ergot & dans la crête, mais avec des déterminations différentes de celles qu'ils ont reçues de la greffe. La tête eft pour l'ergot un terrein bien différent de celui où il étoit appelle à croître. L'on n'ignore pas combien la qualité des fucs, leur abondance ou leur diiette modifient les productions.
Page 95 - Cette différence ne viendroit-elle pas de ce qu'il faut beaucoup plus de nourriture pour entretenir un grand corps que pour en nourrir un petit , et que , proportion gardée , il y a dans les grands animaux beaucoup moins de nourriture superflue qui puisse devenir semence , qu'il n'y en a dans les petits animaux? Il est certain...
Page 2 - LE Soleil un million de fois plus grand que la Terre , a pour extrême un globule de lumière , dont plufieurs milliards entrent à la fois dans l'œil de l'animal vingt-fept millions de fois plus petit qu'un Ciron.

Informations bibliographiques