Images de page
PDF

sympathies pourles membres des sociétés secrètes. C’est ainsi qu’au mépris de ses devoirs envers le Saint-Siége, il fréquenta chaque jour les salons du cercle populaire, le club Sterbini et les autres conciliabules, où le feu de la révolution couvait sous la cendre démocratique. La présence de lord Minto était lavant-coureur des tempêtes qui s’amassaient à l’horizon assombri du ciel de Rome.

On touchait alors à l’époque désignée pour la réunion des membres de la consulte d’État; à neuf heures du matin, le cardinal Antonelli, président de la consulte, et les vingt-quatre députés des provinces appelés à l’honneur d’en faire partie, arrivèrent au Quirinal et se réunirent dans la salle du trône pour déposer aux pieds du SaintPère les hommages de Passemblée‘ et les témoignages de dévouement dont elle était animée pour justifier la confiance du souverain et le choix de ses mandataires.

Au discours du cardinal Antonelli, Pie IX répondit par les paroles suivantes: « Je vous remercie de vos bonnes intentions et j’en fais grand cas en vue du bien public. C’est en vue du bien public que depuis le premier moment de mon élévation au trône pontifical, j’ai fait, d’après les conseils inspirés de Dieu, tout ce que j’ai pu; et je suis encore prêt, avec l’assistance divine, à faire

tout pour l’avenir, sans cependant rien retrancher

de la souveraineté du pontificat (Senza menomar mai neppure di un apice la sovranità deZ pontyicala), et de même que je l’ai reçue pleine et entière de mes prédécesseurs, de même je dois transmettre ce dépôt sacré à mes successeurs. J ’ai pour témoins trois millions de mes sujets; j’ai pour témoin toute l’Europe de ce que j’ai fait jusqu’ici pour me rapprocher de mes sujets , pour les unir à moi, pour connaître de près leurs besoins et y pourvoir. C’est surtout dans le but de mieux connaître ces besoins et de mieux pourvoir aux exigences de la chose publique, que je vous ai réunis en une consulte permanente. C’est pour entendre au besoin vos voix, pour m‘en aider dans mes résolutions souveraines dans lesquelles je consulterai ma conscience pour en conférer avec le sacré collége et mes ministres. .

« Celui-là se tromperait grandement qui verrait autre chose dans les fonctions que vous allez remplir.... Celui-là se tromperait grandement qui verrait dans la consulte d’État que je viens de créer, la réalisation de ses propres utopies et le germe d’une institution incompatible avec la souveraineté pontificale. n

Après avoir prononcé avec une grande énergie cette phrase, Pie IX s’arrêta un instant comme

pour laisser agir l’effet qu’il en attendait; puis

reprenant presque aussitôt le ton de douceur qui caractérise toutes ses allocutions, il continua en ces termes : « Cette vivacité et ces paroles ne s’adressent à aucun de vous, messieurs. Votre éducation sociale, votre probité chrétienne et civile, la loyauté de vos sentiments et la rectitude de vos intentions m’étaient connues depuis le moment où j’ai procédé à votre élection. Ces paroles ne s’adressent pas non plus à la presque totalité de mes sujets, car je suis sûr de leur fidélité et de leur obéissance, et je sais que les cœurs de mes sujets s’unissent au mien dans l’amour de l’ordre et de la concorde. Mais il existe malheureusement quelques personnes (en petit nombre à la vérité, il en existe cependant) qui, n’ayant rien àperdre, aiment le désordre, la révolte, et abusent de mes concessions mêmes. C’est à ceux-là que s’adressent ces paroles; qu’ils en saisissent bien la signification.

« Dans votre coopération, messieurs, je ne vois qu’un ferme soutien de personnes qui, se dépouillant de tout intérêt privé, travailleront avec moi par leurs conseils au bien public, et qui ne seront pas arrêtées par les vains propos d’hommes inquiets et peu judicieux. Vous m’aiderez avec votre sagesse à trouver ce qui est le plus utile pour la sûreté du trône et pour le véritable bonheur de mes sujets. » '

Après ce discours, Pie IX admit tous les députés au baisement du pied; puis, se levant pour les bénir, il ajouta ces quelques mots : «Maintenant, messieurs, allez avec la bénédiction du ciel, allez commencer vos travaux : qu’ils soient féconds en bons résultats et conformes aux vœux de mon cœur. »

Alors les députés sortirent du Quirinal: deux bataillons de la garde civique en grande tenue les attendaient sur la place avec les troupes désignées pour leur servir d’escorte : ils prirent place dans vingt-quatre carrosses de grand gala prêtés par les premières familles patriciennes de Rome, et le cortége se mit en marche à travers des flots de peuple ondulant du Quirinal au Vatican. Toutes les maisons étaient pavoisées, toutes les fenêtres étaient ornées de drapeaux, de bannières aux couleurs de Pie IX et aux armes des légations. Tous les balcons étaient parés de guirlandes de verdure et de couronnes de fleurs. Un détachement de dragons en grand uniforme ouvrait la marche précédant les voitures du cardinal président et du prélat vice-président de la consulte, entourées toutes deux des bannières des quatorze Rionis de Rome. Venaient ensuite les voitures des députés, chacune d’elles précédée d’un trophée aux armes de la province, et de deux étendards, l’un portant le nom de la légation, l’autre celui de son

représentant. Des sous-officiers de la garde civique marchaient auprès de chaque carrosse, escorté des nombreuses députations que chaque province avait envoyées pour prendre part à cette fête vraiment nationale. La marche était fermée par les bataillons de la garde civique.

Une heure sonnait au Vatican , lorsque ce long cortége, suivi d’une foule immense, arriva dans la vaste basilique. Les députés se rangèrent aussitôt près de l’autel placé sous la chaire de saint Pierre, et entendirent religieusement le saint sacrifice de la messe. Immédiatement après, ils se rendirent dans les salles destinées à l’exercice de leurs fonctions, et la séance fut ouverte par le cardinal Antonelli.

Dans la soirée, la ville s’illumina. Une foule immense ondula, de la place Venise à la place du Peuple, sous un dôme de drapeaux et de bannières. Un nombre considérable de jeunes gens appartenant à toutes les classes de la société, parcourait le Corso en chantant les hymnes composés en l’honneur de Pie IX, et portant une forêt de bannières au milieu desquelles on voyait flotter le drapeau de la Grande-Bretagne. Ces jeunes gens , après s’être successivement présentés sous les fenêtres des ministres de Sardaigne et de Toscane, se rendirent sous celles de lord Minto pour répéter les ovations des jours précédents. Le représentant officieux de

« PrécédentContinuer »