Images de page
PDF
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors]

C H A PI T R E l. Avènement de Pie IX. - Amnistie. -- Réforme. - Caittemporawieo.

La. Marseillaise romaine. - Démonstration au Quirinal. - Tournée du 14 juillet. -- Complot. - Organisation de la garde civique. Fètes et réjouissances. - Évènements de Ferrare. - Fermeté de

Pie IX. - Mouvements des sociétés secrètes. - Attitude du gouver

nement autrichiem- Dépêches du prince de ltletternich ù lord

Palmerston. - Réponse du ministre anglais. - Lo prince de Canine

I/exaltation de Pie IX au trône de saint Pierre est le plus grave événement du xix’ siècle. Son nom, proclamé solennellement au conclave le 16 juin 1846, fut salué comme l’aurore d’une ère nouvelle, non-seulement par la ville éternelle et l’Italie entière, mais encore par les acclamatious

universelles du monde catholique. Dès son entrée au Quirinal, ses images, offertes à l’admiration des peuples, reçurent les hommages de la reconnaissance; car le premier acte de sa puissance souveraine emprunta l‘une des plus nobles et des plus saintes prérogatives de la divinité dont il était le digne représentant sur la terre : le pardon.

A cette époque un grand nombre de familles des États-Romains pleuraient l’absence de leurs fils, subissant dans l’exil ou dans les cachots la conséquence de coupables erreurs. La main de Pie IX, s’élevant pour bénir, laissa tomber l’amnistie Remarquable par la forme et par la pensée, cet édit fera monument dans l’histoire des papes : jamais noble concession ne fut faite d’une manière plus large, plus tendre et plus magnanime. Pie IX ne peut croire que des hommes égarés, auxquels il rend le bonheur du foyer domestique et le soleil de la patrie, lui refusent leur concours. En échange du pardon qu’il leur accorde sans condition , pour ainsi dire, il ne leur demande pour garantie contre l’avenir qu’une seule parole sanctionnant un engagement d’honneur, celui de n’abuser en aucune manière et en aucun temps de la grâce qu’ils reçoivent, et de remplir tous les devoirs de bons et de fidèles sujets. Un seul

(l) Voir les documents historiques. N. 1.

homme, le comte Mamiani, refuse d’y souscrire; et cependant plus tard, il sera le seul qui, en apparence, lui restera fidèle.

L’effet que l’amnistie produisit en Europe fut énorme. On en trouve une preuve éclatante dans une dépêche adressée, le 5 août suivant, au comte Rossi, par un homme dont le nom seul est une autorité , dont l’opinion est une puissance. M. Guizot était alors en France le ministre des affaires étrangères. Voilà ce qu’il mandait à son ambassadeur :

« Ce que vous rapportez de ce qui se passa à la première audience que vous donna Sa Sainteté, prouve avec quelle rectitude de jugement et élévation d’esprit, le pape se rend compte de sa position et combien il connaît les temps où Dieu l’a appelé à accomplir, en sa double qualité de chef de l’Église catholique et de souverain des états de l’Église, une mission qui, si elle fut de tout temps admirable, est sublime de nos jours, après les tempêtes dont la religion a été assaillie et lorsqu’il s’agit de rendre à cette dernière, sur la société, l’empire salutaire qu’elle doit toujours exercer, quels que soient d’ailleurs les changements qui se font dans l’esprit des hommes et dans l’ordre intérieur des États.

« L’amnistie publiée le 16 juillet a fortifié les

[ocr errors][merged small]
« PrécédentContinuer »