Abhandlungen der Königlichen Akademie der Wissenschaften zu Berlin

Couverture
Königliche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1773
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 505 - ... l'énumération dut en être bientôt faite. Il étoit bien plus facile de compter tous les sons d'une langue, que de découvrir qu'ils pouvoient se compter. L'un est un coup de génie , l'autre un simple effet de l'attention.
Page 492 - Il ya, en fécond lieu, un accent oratoire, c'eft- àdire, une inflexion de voix, qui réfulte, non pas de la fyllabe matérielle que nous prononçons, mais du fens qu'elle fert à former dans la phrafe où elle fe trouve. On interroge, on répond, on raconte, on fait un reproche, on querelle, on fe plaint : il ya pour tout cela des tons...
Page 368 - Il croit cependant que par les principes de la raifon , aidé des connoiflaiices que le toucher lui fait acquérir , l'aveugle né pourra difcerner les deux corps ; puifqu'il remarquera que dans le globe il n'ya pas des points diftingués du côté du globe même, tout y étant uni & fans angles ; au lieu que dans le cube, il ya huit points diftingués le.s uns des autres. M. de Leibnitz ajoute que s'il n'y avoit pas ce moyen de difcerner les figures, les aveuglés ne pourroient apprendre les rudimens...
Page 493 - ... de la langue que l'on parle. Chaque nation , chaque peuple , chaque province, chaque ville même, diffère d'une autre dans le langage , non seulement parce qu'on se sert de mots différens , mais encore par la manière d'articuler et de prononcer les mots.
Page 451 - La continuité du - bâillement qu'exigé l'Hiatus , met l'organe de la parole dans une contrainte réelle ,& fatigue les poumons de celui qui parle...
Page 494 - Prosodie , appelle accent national. Pour bien parler une langue vivante , il faudroit avoir le même accent, la même inflexion de voix qu'ont les honnêtes gens de la capitale...
Page 429 - Grammaires particulières. La Grammaire générale eft donc „la fcience raifonnée des principes immuables & généraux du langage pro„noncé ou écrit, dans quelque langue que ce foit.
Page 486 - Elle confifte dans une proportion invariable entre les fons , qui peut être caradérifée par des nombres ; enforte qu'une fyllabe n'eft longue ou brève dans un mot , que par relation à une autre fyllabe qui n'a pas la même quantité. Mais , quelle eft cette proportion?
Page 51 - ... es plus grands avantages, justifia ce choix, qui a fait et fait encore le bonheur de ma vie. Je trouve tous les jours dans madame d'Argens, un ami sensé, un homme de lettres instruit un artiste éclairé, et une femme complaisante. Les bontés du roi n'ont jamais été diminuées, j'écris ceci dans son palais de Sans-Souci, où il m'a donné un appartement; j'ai l'honneur de lui faire ma cour une partie du jour, et je ne remarque jamais en...
Page 429 - De la la pollibilité & l'origine des différentes langues qui ont été, qui font, & qui feront parlées fur la terre. La Grammaire admet donc deux fortes de principes. Les uns font d'une vérité immuable & d'un...

Informations bibliographiques