Almanach des muses, Volume 14

Couverture
Claude Sixte Sautreau de Marsy, Charles Joseph Mathon de la Cour, Vigée (M., Louis-Jean-Baptiste-Étienne), Marie Justin Gensoul
Delalain, 1778
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 80 - Mariez-vous ; j'aime à vivre garçon. /J'aurais pourtant un parti; Dieu m'en garde ! Tout doux, peut-être il vous plaira; chanson. Quinze ans; tant pis.
Page 239 - Que ne peut l'image touchante Du seul âge heureux parmi nous ! Ce jour peut-être où je le chante De mes jours est-il le plus doux ! Heureux enfant ! que je t'envie Ton innocence et ton bonheur ! Ah ! garde bien toute ta vie La paix qui règne dans ton cœur ! Berquin.
Page 204 - Dans ce cirque bruyant , témoin de nos travaux , on a des ennemis , & non pas des rivaux. L'antique Poéfie aujourd'hui détrônée , s'achemine à pas lents de pavots couronnée. Ce n'eft plus , ce n'eft plus cette fille des cieux qui conftruifit l'Olympe, & donna l'être aux Dieux ; qui du chaos informe où dormoit la matière, fit éclore la vie & jaillir la lumière , alluma de...
Page 207 - S'il abrégea tes jours , il les rendit heureux. Objets idolâtrés des Rois de l'harmonie , Arbitres de nos chants , & feul prix du génie , Notre gloire, par vous, acquiert de la valeur; Vous doublez le plaiiîr , vous charmez la douleur; , (* ) M, Colardeau avoit commencé une Épître de 1л Valicie.
Page 255 - Avec l'Hymen et l'Amour, Ont embelli mon féjour, Et m'ont fait aimer la vie. Les glaces de mon cœur ont reflenti leurs feux ; La Parque a renoué ma trame défunie , ' Leur bonheur me rend heureux. Enfin vous renoncez , mon aimable Tibulle , A ce fracas de Rome , au luxe , aux vanités , A tous...
Page 144 - C'est bien assez qu'une vaine imprudence Ait égaré l'univers deux mille ans. Sachons douter. La tardive évidence Veut qu'on la suive et non qu'on la devance ; Et la raison doit marcher à pas lents.
Page 20 - Quelque autre avait-il eu sa foi? Je vois ma bergère qui compte Gravement avec ses dix doigts : Le rouge au visage me monte , Je frissonnais à chaque fois. Ton calcul a de quoi confondre : As-tu formé tant de liens ? Paix ! dit-elle ; avant de répondre , Je m'amuse à compter les tiens.
Page 255 - Je defcendais en paix dans l'Empire des morts ; Lorfque Tibulle & Délie Avec l'Hymen & l'Amour Ont embelli mon féjour, Et m'ont fait aimer la vie. Les glaces de mon cœur ont reflenti leurs feux; La Parque a renoué ma trame défunie; Mon exiftence elt rajeunie , Et leur bonheur me rend heureux.
Page 208 - Sur ces débris, forméi des dépouilles humaines, Oublions nos débats, & dépofons nos haines. Sous des chaînes de fer , au fond de ces caveaux, La Parque inexorable unit tous les rivaux. Vene?.
Page 231 - De qui t'envie ou qui t'encenfe > Je veux honorer ta faveur Par des vers de condoléance ; Je ne crois plus à ton bonheur, En apprenant ta dépendance. L'éclat , le crédit , l'opulence Ne font pas des biens pour le cœur ; Et , n'en déplaife à ta Grandeur , Sont des écueils pour l'innocence. Quant au repos, où tes beaux jours Ont jadis commencé...

Informations bibliographiques