Images de page
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

« Et dit-on de plus qu'ayant ramassé tous les bonnets des morts, elle se monstrait ici avec un rouge, là avec un blanc, ailleurs avec un gris ou un blü. » (H" de Carcass, aux arch. de Carcassonne, cité par Bull. du bouq.)

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

De la roïne oussy qui tient grande tenour.
(Hug. Capet, vs. 1297.)
Avoir si charité non faincte
Pouvreté sans nulle contraincte
Et aussi de cueur et de corps
Estre aux pouvres misericors. (!)
(Extr. du Bull. du bouq.)
Eu en ou :
D'oiseaux , de chiens, d'armes, d'amours,
Pour un plaisir mille doulours.
(H. Est. Précell. p. 123.)
Mon père m'a mariée
A un vieillard jaloux,

(1) Voy. aussi Recueil de poés. franç. Jannet, II, p. 155.

Le plus let de la ville
Le plus mal gratioux. (!)
(P. Atteignant, VII" recueil.)
0i en eu :
Que tu es aise ! si un bœuf
Passe par là, mourant de seuf...
(Ronsard ; La grenouille.)
Oi ou oy en ai-ay, ei-ey :
Si recevrai la chrestiene lei,
Serai ses hom par amur e par feid.
(Roland, Mull. vs. 85.)
Jeo l'tendrai si ben endreit de mei.
(La Résurr. du Sauv. Buchon, p. 28.)

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

V. Chap. V, p. 49 où j'ai démontré l'attribution du son eu à la voyelle u.

[merged small][merged small][ocr errors]

(1) Cf. sarqueu et sarcou, feu et fou, etc. et les terminaisons normandes en ur, bourguignonnes en or.

[ocr errors]

VI. TRANSFORMATION D'UN soN MoUILLÉ EN UN soN
NON MOUILLÉ.

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

L en i; Ex. : Empiastre, il pieuvait (emplâtre, il pleuvait). Usité surtout dans la partie du département de Loir-et-Cher qui avoisine la Sarthe.

« Plaisir : aujourd'huy quelques-uns en font piasir. » (H. Est. Précell. p.202.)

VIII. TRANSFORMATION D'UNE LIQUIDE EN UNE AUTRE.

N en l; Ex. : trombole, velin (trombone, venin).

Dragons, serpens, crapaus, tous velins et ordures.
(Le Déb. du Corps, p. 62.)

C'est ainsi qu'aner (adnare) est devenu aller et orphenin, orphelin, et qu'on dit en blaisois caler pour caner. L en n, et réciproq. Ex. : caneçon, luméro ou liméro. Dit's à ma tante que son n'veu A éu l'liméro deux. (Le conscrit de Corbeil.)

Et l'on redira les hauts féts
D'une charmante hospitalière
Sauvée par un calonnier francé.
(G. de la Landelle, dans l'Etoile, journal de l'ouest, du
6 juin 1873.)

3° R en l; Ex. : colidor, poltrait, pallement.

« Je vous envoie le poltrait de la ville ou je suis. » (L" de Henri Placé, soldat de l'arrond de La Flèche, Sarthe, en envoyant à ses parents une vue de Magdebourg, où il était prisonnier. Vu à la montre de Coudray père, encadreur à La Flèche, le mardi 28 février 1871.)

C'est ainsi que plurier est devenu pluriel et peregrin (peregrinus) pélerin ().

« Les règles ne s'opposent point qu'un mot qui a un singulier n'ait aussi un plurier. » (o) (N" obs. quest. VI.)

[merged small][ocr errors][merged small]

V. M. du S. d'Orl. p. 89, musailles (murailles); vs. 7247, vois

(1) Voir Brachet, Dict. Etym., pag. LXXVI, et Turneb. 344.60. (2) Cf. Prendray-je un autre cristère ? (Mtre P. Path.) Cf. passim dans les auteurs du moyen-âge Challes (Charles), paller (parler), uller (hurler), etc. (3) Maleuseuse me semble signifier ici malheureuse, et n'est point, comme on pourrait s'y tromper, le féminin de maleuseur (maluseur, qui use mal) : Encontre gens diffamateurs Maleuseurs, larrons, decepveurs. (M. du S. d'Orl. vs. 18300.)

(voir); vs. 16869, désiz (désirs); vs. 12052, rebouz (rebours); vs. 4271, 4505, 4996, plaisa (plaira).

[merged small][ocr errors][ocr errors]

Réciproquement en changeant p en b on dit coube (couple) accoubler; tribe, tribler; quadrube, quadrubler, etc. 2° M en b : Sy comme la flambe de leur cuisine monstroit. (Trés. des hist. ch. VII : Biblioth. de Valenciennes.)

C en g :
Et pour savoir de son père en segret.
(J. Peletier, Odiss. I. ch. I. p. 10.)

« Pourquoi donc ces messieurs sont-ils si scrupuleux à l'égard des mots drachme, second, absolu, etc., qu'ils n'oseroient écrire dragme, segond, apsolu ? » (Bibl. des Enf. p. 217.)

« J'eu n'ègzamine poên... Jeu m'apstie da mo n'egzil; j'optie par ceu moiïen l'egzercis familié, etc » (Bibl. des Enf. p. 234. — Cf. Wailly, p. 416.)

D en g, très commun en blaisois, toutes les fois que d est suivi de deux voyelles dont la première est un i; Ex. : I'n'eume ni guieu, ni guidbe. (V. IV° partie, des dentales D, T, Règ. 2° p. 232.)

(4) Cf. Quintil. I, 7; Turneb. 877, 47.

« PrécédentContinuer »