La mobilité d'une génération de français: recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du XIXe siècle, Numéro 151,Partie 1

Couverture
INED, 2003 - 591 pages
Cet ouvrage a un double objet : les migrations provinciales vers Paris et la mobilité de ces provinciaux et des Parisiens eux-mêmes à l'intérieur de l'agglomération, à la fin du XIXe siècle. Il repose sur l'exploitation d'une source nominative masculine, les registres matricules de l'armée, qui donnent pour toutes les recrues la succession des domiciles - et des condamnations - jusqu'à l'âge de 45 ans. Alors que la migration et la " mobilité résidentielle " constituent des domaines séparés de recherche, cette source permet d'analyser la mobilité d'un individu au cours de sa vie, du domicile de ses 20 ans à celui où il vit au moment de son entrée dans l'âge mûr. L'étude porte sur la classe 1880 pour un échantillon de dix arrondissements de Paris, de dix départements de province, ainsi que de toute la banlieue de l'ancienne Seine, soit au total 48 000 conscrits, suivis à l'époque où Paris connaît une forte croissance démographique et où la province traverse la grande dépression agricole de la fin du siècle. Pour la première fois, une mesure précise de la mobilité est proposée dans ses composantes géographiques et sociales comme dans ses modalités pratiques (âge au départ, étapes...). Nous soulignons l'importance de la mobilité locale et interrogeons sa signification. L'émigration, quoiqu'en aient pensé les contemporains, garde encore souvent un caractère temporaire. Son devenir dans la capitale est analysé à travers les données de la domiciliation, de la mortalité et de la criminalité. Pour les originaires de Paris, la source se prête à une étude détaillée de leur mobilité dans l'espace urbain et national. Des types d'itinéraires se dessinent, et l'on peut précisément mesurer les attractions et les répulsions pour tel ou tel type d'espace, variables selon l'univers social de référence. La comparaison avec les nouveaux venus de province conduit à constater que les comportements résidentiels ne se ressemblaient pas. Puisse le lecteur partager notre conviction que les mobilités constituent une part essentielle de l'histoire sociale.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Introduction générale JeanClaude FARCY et Alain FAURE
1
Les hommes et les lieux
51
Un dépeuplement rural inégal
96
Des Parisiens tout en contrastes Alain FAURE
101
Une banlieue très composite Alain FAURE
139
Sédentaires mobiles locaux et émigrés
155
Partir où ?
197
Partir pourquoi
247
Les nouvelles racines du migrant Alain FAURE
429
La ville tombeau du provincial?
461
La migration école du crime? JeanClaude FARCY
477
CONCLUSION JeanClaude FARCY et Alain FAURE
521
SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE
527
5 Nièvre
533
Intitulé des branches et des activités dans lesquelles les métiers déclarés
545
répartition en proportion
546

Aller et sinstaller en ville 28
281
Mobilité étapes et itinéraires des migrants
308
Agglomération urbaine et mesure de la mobilité
333
La mobilité parisienne dans ses actes
339
La mobilité parisienne dans ses acteurs
371
l Les banlieusards entre Paris et lamour des lieux
405
Répartition des conscrits parisiens par branches et activités
552
Répartition des tailles chez les conscrits parisiens selon les catégories
558
localisation par arrondisse
575
Évolution annuelle de la position des recrues par départements en
587
Droits d'auteur

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques