Dictionnaire des hérésies, des erreurs et des schismes, ou, Mémoires pour servir à l'histoire des égaremens de l'esprit humain par rapport à la religion chrétienne, Volume 2

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 463 - En vérité , je vous dis que tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel , et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel....
Page 16 - Les semi-pélagiens admettaient la nécessité de la grâce intérieure prévenante pour chaque acte en particulier, même pour le commencement de la foi, et ils étaient hérétiques en ce qu'ils voulaient que cette grâce fût telle que la volonté humaine pût lui résister ou lui obéir.
Page 384 - La crainte même d'une excommunication injuste ne nous doit jamais empêcher de faire notre devoir... On ne sort jamais de l'Église, lors même qu'il semble qu'on en soit banni par la méchanceté des hommes, quand on est attaché à Dieu, à JésusChrist et à l'Église même par la charité.
Page 119 - Si l'homme est l'ouvrage d'un seul principe « souverainement saint, souverainement puissant, peut-il « être exposé aux maladies, au froid, au chaud, à la faim, « à la soif, à la douleur, au chagrin? peut-il avoir tant « de mauvaises inclinations ? peut-il commettre tant de « crimes ? La souveraine sainteté peut-elle produire une
Page 14 - Tout son système se réduit à ce point capital : Que depuis la chute d'Adam , le plaisir est l'unique ressort qui remue le cœur de l'homme ; que ce plaisir est inévitable quand il vient , et invincible quand il est v.enu. Si ce plaisir est céleste, il porte à la vertu ; s'il est terrestre , il détermine au vice; et la volonté se trouve nécessairement en traînée par celui des deux qui est actuellement le plus fort.
Page 118 - S'il ne fallait que cela pour la bonté d'un système, le procès serait vidé à la confusion de Zoroastre, et de tous ses sectateurs ; mais il n'ya point de système qui pour être bon n'ait besoin de ces deux choses, l'une que les idées en soient distinctes, l'autre qu'il puisse donner raison des expériences. Il faut donc voir si les phénomènes de la nature se peuvent commodément expliquer par l'hypothèse d'un seul principe.
Page 47 - Pour moi, je n'ai pas encore mis la main à la moindre petite pierre » pour la renverser; je n'ai fait mettre le feu à aucun monastère : » mais presque tous les monastères sont ravagés par ma plume et » par ma bouche; et on publie que sans violence j'ai moi seul fait » plus de mal au pape, que n'auroit pu faire aucun roi avec toutes
Page 74 - ... parole qui sépare mystiquement le corps et le sang ; où ce sang par conséquent n'est répandu qu'en mystère , et où la mort n'intervient que par représentation. Sacrifice néanmoins très-véritable, en ce que Jésus.Christ y est...
Page 385 - Ce temps est venu... être regardé et traité par ceux qui en sont les ministres, de la religion, comme un impie, indigne de tout commerce avec Dieu, comme un membre pourri, capable de tout corrompre dans la société des saints, c'est pour les personnes pieuses une mort plus terrible que celle du corps. En vain on...
Page 513 - SABELLIUS, fameux hérésiarque du troisième siècle, né à Ptolémaïde en Libye, disciple deNoëtus de Smyrne, était aussi entêté que son maître. Il ne mettait d'autre différence entre les personnes de la Trinité que celle qui est entre les différentes opérations d'une même chose. Lorsqu'il considérait Dieu comme faisant des décrets dans son conseil éternel, et résolvant d'appeler les hommes au salut, il le regardait comme Père. Lorsque ce même Dieu descendait sur la terre dans...

Informations bibliographiques