Images de page
PDF
ePub

la Théorie de l'impot, et de tant d'autres publications. Un de ses livres posthumes, les Evangiles annotés ont encore été aussi condamnés. — Il était né à Besançon en 1809.

QUERARD (Joseph-Marie), célèbre bibliographe, auteur de la

France littéraire, des deux premiers volumes de la Littérature française contemporaine, des Supercheries littéraires dé. voilées, etc. Ses importants travaux le laissèrent dans une existence précaire. Il fut tardivement décoré de la Légion d'honneur, deux mois avaut sa mort. — Il était né en 1795.

SAINTINE (Joseph-Xavier BONIFACE), romancier et vaudevilliste ,

auteur de Picciola (1836), de Seul ! de la Seconde vie, etc; coliaborateur au théâtre, sous son prénom de Xavier, de

Scribe, Ancelot, Carmouche, Varin. — Il était né en 1798. VIARD (Jules), journaliste, ancien rédacteur du Corsaire, du

Représentant du peuple, etc.

Concours et prix académiques.

Académie française. - L'Académie française a tenu le jeudi, 3 août, sa séance publique annuelle, sous la présidence de M. Sainte-Beuve, directeur.

La séance a été ouverte par le rapport du secrétaire perpétuel sur les concours.

Voici le programme des prix décernés :

Prix de poésie. – L'Académie a décidé que le prix de poésie de 1865, ayant pour sujet : Vercingetoriæ, ne serait pas décerné.

Une mention très-honorable, à laquelle est attribuée une médaille de 1000 francs, prélevée sur la valeur du prix, a été accordée à la pièce de vers inscrite sous le n° 97, portant pour épigraphe :

Vercingetorix avait trop de patriotisme pour depoir son élévation

à l'avilissement de son pays, trop de fierté pour l'accepter des mains de l'étranger. (Amédée Thierry. - Histoire des Gaulois.) dont l'auteur est M. Delphis de la Cour.

PRIX MONTYON.

Prix destinés aux ouvrages les plus utiles aux mours. – L'Académie française a décerné trois prix de 2500 francs : à M. Fustel de Coulanges, auteur d'un ouvrage intitulé : la Cité antique, étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome, 1 vol. in-8; à M. E. Caro, auteur d'un ouvrage intitulé : l'Idée de Dieu et ses nouveaux Critiques, 1 vol. in-8; à M. C. Martha, auteur de l'ouvrage intitulé : les Mordlistes sous l'empire romain, philosophes et poëtes, 1 vol. in-8.

Deux médailles de 2000 francs : à M. le comte de Champagny, auteur d'un ouvrage intitulé : les Antonins, 3 vol. in-8; à M. Antoine Campaux, pour le recueil de ses poésies intitulé : les Legs de Marc Antoine, 1 vol. in-8.

Trois médailles de 1500 francs : à M. l'abbé Eugène Bernard, auteur d'un ouvrage intitulé : les Voyages de saint Jeróme, sa vie, ses euvres, son influence, 1 vol. in-8; à M. L. Crouslé, auteur d'un ouvrage intitulé : Lessing et le Goút français en Allemagne, 1 vol. in-8; à M. Michel Masson, auteur d'un ouvrage intitulé : la Gerbée, contes à lire en famille, 1 vol. in-12.

PRIX EXTRAORDINAIRE PROVENANT DES LIBÉRALITÉS

DE M. DE MONTYON.

L'Académie avait proposé pour sujet d'un prix de 3000 fr., à décerner en 1863, la question suivante :

« De la nécessité de concilier, dans l'histoire critique des lettres, le sentiment perfectionné du goût et les principes de la tradition avec les recherches érudites et l'intelligence historique du génie divers des peuples. )

Elle ne décerna pas le prix et maintint la question au concours, pour 1865.

En 1865, l'Académie a décidé de nouveau qu'il n'y avait pas lieu de décerner le prix, mais elle a accordé des mentions hoporables à deux Mémoires distingués par elle dans le concours.

L'un, inscrit sous le n° 1, porte pour épigraphe : 'Εν Ολυμπίασιν ουχ οι κάλλιστοι και ισχυρότατοι στεφανούνται άλλ αγωνιζόμενοι.... τούτων γάρ τινες νικώνται.

(Aristote, Eth. Nic., 1, 1, c. 1r.) dont l'auteur est M. Ed. Chaignet, professeur à la Faculté des lettres de Poitiers. L'autre, inscrit sous le n° 4, porte pour épigraphe :

Rien n'est beau que le vrai, le vrai seul est aimable. dont l'auteur est M. Albert Desjardins agrégé à la Faculté de droit de Nancy.

L'Académie a décidé aussi qu'une médaille de 1000 francs, prise sur la valeur du prix, serait attribuée à chacune des deux mentions.

PRIX FONDÉ PAR M. LE BARON GOBERT.

Ce prix, conformément à l'intention expresse du iestateur, se compose des neuf dixièmes du revenu total qu'il a légué à l'Académie, l'autre dixième étant réservé pour l'écrit sur l'His. toire de France qui aura le plus approché du prix.

L'Académie a décerné cette année le grand prix de la fondation Gobert à M. Trognon, pour les quatre premiers volumes de son ouvrage intitulé : Histoire de France, in-8.

Elle a décerné le second prix de la même fondation à M. Théophile Lavallée, auteur d'un ouvrage intitulé : les Frontières de la France, 1 vol. in-12.

PRIX FONDÉ PAR M. BORDIN.

L'Académie, par une décision spéciale, avait décidé, en 1864, que le prix de la fondation Bordin ne serait pas décerné. La somme de 3000 francs, valeur de ce prix, ayant été mise en réserve, l'Académie pouvait cette année disposer de deux prix.

Elle a décidé que le prix de 3000 francs, affecté à l'année 1864, serait partagé en 1865 entre M. Rosseuw Saint-Hilaire, pour le tome IX de l'Histoire d'Espagne, 1 vol. in-8, et M. d. Bonnet, auteur des ouvrages suivants : Récits du seizième siècle, etc., Aenio Paleario, Étude sur la Réforme, etc., Olympia Morata, 3 vol. in-12.

L'Académie a décidé également que le prix de 3000 francs, affecté à l'année 1865, serait partagé entre M. Eug. Fallex, pour sa Traduction en vers d'Aristophane, 2 vol. in-18, et M. Edélestand du Méril, auteur d'un ouvrage intitulé : Histoire de la Comédie, 1 vol. in-8.

PRIX FONDÉ PAR M. LAMBERT.

Par décision de l'Académie, la récompense honorifique fondée par feu M. Lambert, pour rémunération de travaux littéraires, a été décernée, cette année, à M. Edouard Plouvier, auteur dramatique.

Ensuite M. Saint-Marc Girardin a fait une lecture pi. quante et très-applaudie sur l'Apologue et la Parabole dans l'antiquité.

Puis M. Sainte-Beuve, directeur de l'Académie a prononcé le discours d'usage sur les prix de vertu.

Académie des inscriptions et belles-lettres. -- La séance publique annuelle de l'Académie des inscriptions et belleslettres a eu lieu le vendredi 28 juillet 1865. Elle a été ouverte par un discours du président, M. Egger, annonçant les prix décernés et les sujets de prix proposés,

PRIX ORDINAIRE DE L'ACADÉMIE.

L'Académie avait proposé en 1863, pour sujet du prix annuel, ordinaire à décerner en 1865, la question suivante :

« Déterminer la date et la valeur des différents textes de la chronique de Froissart. Distinguer ce qui appartient en propre à cet historien; indiquer les emprunts qu'il a faits à ses devanciers et les interpolations ou les remaniements que son Quvre a pu subir. )

Un seul Mémoire a été adressé pour ce concours.

L'Académie ne décerne pas le prix et retire la question du concours, en le prorogeant jusqu'en 1867.

.

VIII - 31

ANTIQUITÉS DE LA FRANCE,

L'Académie décerne la première médaille à M. Jules Guiffrey, pour son Essai sur la réunion du Dauphiné à la France, avec les négociations qui l'ont précédées ei suivies. Mss. in-4.

La deuxième médaille à M. le docteur G. de Closmadeuc, pour son ouvrage sur les Monuments funéraires de l'Armorique primitive considérés particulièrement dans le Morbihan. Mss. avec dessins.

La troisième médaille à M. l'abbé Hanauer, pour ses ouvrages intitulés : les Constitutions des campagnes de l'Alsace au moyen age, et les Paysans de l'Alsace au moyen âge, 2 vol. in-8.

Des mentions honorables sont accordées :

1° A M. l'abbé Cochet, pour son ouvrage intitulé : la SeineInférieure historique et archéologique. Epoque gauloise, romaine el franque, avec une carte archéologique de ces trois périodes, 1 vol. in-4;

20 A M. Charles de Linas, pour son ouvrage intitulé : Orfévrerie mérovingienne. Les OEuvres de saint Eloi et la Verroterie cloisonnée, 1 vol. in-8;

30 A M. G. d'Espinay, pour ses Cartulaires angevins. Etude sur le droit de l'Anjou au moyen dge, 1 vol. in-8;

40 A M. Lebrun-Dalbanne, pour ses ouvrages intitulés : le Trésor de la cathédrale de Troyes et les Bas-reliefs de Saint-Jeanau-Marché de Troyes, 2 vol. in-8;

5° A M. Elie-A. Rossignol, pour son Etude sur l'histoire des institutions seigneuriales et communales de l'arrondissement de Gaillac, Mss. in-4;

6o A M. P. Levot, pour son Histoire de la ville et du port de Brest, t. I; la Ville et le port jusqu'en 1681, 1 vol. in-8.

PRIX DE NUMISMATIQUE.

Le prix ne numismatique (fondation de M. Allier de Hauteroche) est déceroé à M. John Evans, pour son ouvrage intitulé: The Coins of the ancient Britons, 1 vol. in-8, avec planches, 1864.

PRIX FONDÉS PAR LE BARON GOBERT.

Pour le travail le plus savant et le plus profond sur l'histoire de France, et les études qui s'y rattachent:

« PrécédentContinuer »