Images de page
PDF
ePub

L'un, inscrit sous le n° 1, porte pour épigraphe:

'Ex 'OXu(imaffiv oùx ol xi/Àii-ii xai rex^potaTOi onfawOvrxi il) iydin'inEvoi.... Toûtuv fâp ii/t; Vixûvtoii.

(aristote, Eth. Sic., I, I, c. ix.)

dont l'auteur est M. Ed. Cbaignet, professeur à la Faculté deslettres de Poitiers. L'autre, inscrit sous le n° k, porte pour épigraphe:

Rien n'est beau que le vrai, le vrai seul est aimable.

dont l'auteur est M. Albert Desjardins agrégé à la Faculté de droit de Nancy.

L'Académie a décidé aussi qu'une médaille de 1000 francs, prise sur la valeur du prix, serait attribuée à chacune des deux mentions.

PRIX FONDÉ PAR M. LE BARON GOBERT.

Ce prix, conformément à l'intention expresse du testateur, se compose des neuf dixièmes du revenu total qu'il a légué à l'Académie, l'autre dixième étant réservé pour l'écrit sur FHistoire de France qui aura le plus approché du prix.

L'Académie a décerné cette année le grand prix de la fondation Gobert à M. Trognon, pour les quatre premiers volumes de son ouvrage intitulé : Histoire de France, in-8.

Elle a décerné le second prix de la même fondation à M. Théophile Lavallée, auteur d'un ouvrage intitulé : les Frontières de la France, 1 vol. in-12.

PRIX FONDÉ PAR M. BORDIN.

L'Académie, par une décision spéciale, avait décidé, en 1864, que le prix de la fondation Bordin ne serait pas décerné. La somme de 3000 francs, valeur de ce prix, ayant été mise en réserve, l'Académie pouvait cette année disposer de deux prix.

Elle a décidé que le prix de 3000 francs, affecté à l'année 1864, serait partagé en 1865 entre M. Kosseuw Saint-Hilaire, pour le tome IX de 'THistoire d'Espagne, 1 vol. in-8, et M. J. Bonnet, auteur des ouvrages suivants: Récits du seizième siècle, etc., Aenio Paleario, Étude sur la Réforme, etc., Olympia Morata, 3 vol. in-12.

L'Académie a décidé également que le prix de 3000 francs, affecté à l'année 1865, serait partage entre M. Eug. Fallex, pour sa Traduction en vers d'Aristophane, 2 vol. in-18, et M. Edélestand du Méril, auteur d'un ouvrage intitulé : Histoire de ta Comédie, 1 vol. in-8.

PRIX FONDÉ PAR M. LAMBERT.

Par décision de l'Académie, la récompense honorifique fondée par feu M\ Lambert, pour rémunération de travaux littéraires, a été décernée, cette année, à M. Edouard Plouvier, auteur dramatique.

Ensuite M. Saint-Marc Girardin a fait une lecture piquante et très-applaudie sur l'Apologue et la Parabole dans l'antiquité.

Puis M. Sainte-Beuve, directeur de l'Académie a prononcé le discours d'usage sur les prix de vertu.

Académie des inscriptions et belles-lettres. — La séance publique annuelle de l'Académie des inscriptions et belleslettres a eu lieu le vendredi 28 juillet 1865. Elle a été ouverte par un discours du président, M. Egger, annonçant les prix décernés et les sujets de prix proposés,

PRIX ORDINAIRE DE L'ACADÉMIE.

L'Académie avait proposé en 1863, pour sujet du prix annuel, ordinaire à décerner en 1865, la question suivante:

e Déterminer la date et la valeur des différents textes de la chronique de Froissart. Distinguer ce qui appartient en propre à cet historien; indiquer les emprunts qu'il a faits à ses devanciers et les interpolations ou les remaniements que son œuvre a pu subir. »

Un seul Mémoire a été adressé pour ce concours.

L'Académie ne décerne pas le prix et retire la question du concours, en le prorogeant jusqu'en 1867.

[ocr errors]

ANTIQUITÉS DE LA FRANCE.

L'Académie décerne la première médaille à M. Jules Guiffrey, pour son Essai sur la réunion du Dauphiné à la France, avec les négociations qui l'ont précédées et suivies. Mss. in-4.

La deuxième médaille à M. le docteur G. de Closmadeuc, pour son ouvrage sur les Monuments funéraires de l'Armorique primitive considérés particulièrement dans le Morbihan. Mss. avec dessins.

La troisième médaille à M. l'abbé Hanauer, pour ses ouvrages intitulés : les Constitutions des campagnes de l'Alsace au moyen âge, et les Paysans de l'Alsace au moyen âge, 2 vol. in-8.

Des mentions honorables sont accordées:

1" A M. l'abbé Cochet, pour son ouvrage intitulé : la SeineInférieure historique et archéologique. Époque gauloise, romaine et franque, avec une carte archéologique de ces trois périodes, 1 vol. in-4;

2» A M. Charles de Linas, pour son ouvrage intitulé : Orfèvrerie mérovingienne. Les Œuvres de saint Eloi et la Verroterie cloisonnée, 1 vol. in-8;

3° A M. G. d'Espinay, pour ses Cartulaires angevins. Étude sur le droit de l'Anjou au moyen âge, 1 vol. in-8;

4° A M. Lebrun-Dalbanne, pour ses ouvrages intitulés : le Trésor de la cathédrale de Troyes et les Bas-Reliefs de Saint-Jeanau-Marché de Troyes, 2 vol. in-8;

5° A M. Ëlie-A. Rossignol, pour son Étude sur l'histoire des institutions seigneuriales et communales de l'arrondissement de Gai II ne, Mss. in-4;

6° A M. P. Levot, pour son Histoire de la ville et du port de Brest, t. I; la Ville et le port jusqu'en 1681, 1 vol. in-8.

PRIX DE NUMISMATIQUE.

Le prix ne numismatique (fondation de M. Allier de Hauteroche) est décerné à M. John Evans, pour son ouvrage intitulé: Tlie Coins of the ancient Britons, 1 vol. in-8, avec planches, 1864.

PRIX FONDES PAR LE BARON GOBERT.

Pour le travail le plus savant et le plus profond sur l'histoire de France, et les études qui s'y rattachent."

L'Académie décerne le premier de ces prix à M. Vallet de Viriville, pour son Histoire de Charles VII, roi de France, et de sonèpoque, 3 vol in-8, 1862 1864.

Le second prix à M. A. Challe, pour son Histoire des guerres du Calvinisme et de la Ligue dans l'Auxerwis, le Sénonais et les autres contrées qui forment aujourd'hui le département de VYonne, 2vo1. in-8, 1863-1864.

PRIX FONDÉ PAR M. BORDIN.

L'Académie avait proposé en 1863, pour sujet du prix qu'elle devait décerner en 1865, la question suivante:

t Réunir toutes les données géographiques, topographiques et historiques sur la Palestine, disséminées dans les deux Talmuds, dans les Midraschim et dans les autres livres de la tradition juive ( Megillath - Taanith , Séder Olâm , Siphra , Siphri, etc.). Présenter ces données dans un ensemble systématique, en les soumettant à une critique approfondie et en les comparant à celles que renferment les écrits de Josèphe, d'Eusèbe, de saint Jérôme et d'autres auteurs ecclésiastiques ou profanes. »

Un seul Mémoire a été adressé pour ce conccurs.

L'auteur de ce Mémoire a fait, sur un sujet difficile, des études étendues, quoique insuffisantes; certaines parties ont été traitées avec talent et, en général, la méthode suivie est bonne; mais l'ouvrage, dans son état actuel, offre un trop grand nombre d'imperfections et d'erreurs, même matérielles, pour qu'il soit possible de décerner le prix.

L'Académie propose de nouveau la question pour 1867.

Ensuite le secrétaire perpétuel à lu une notice historique sur la vie et les travaux de M. Quatremère, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Enfin M. Miller a parlé de quelques découvertes Hué raires faites dans les bibliothèques grecques de l'Orient.

3

Nominations et promotions dans l'ordre de la Légion d'honneur.

Parmi les nominations faites dans l'ordre de la Légion d'honneur, à l'occasion du 15 août, il y en a eu bien peu, cette année, qui aient été motivées spécialement sur des titres littéraires.

Le décret du 12 août, qui, sur la proposition du ministre de l'instruction publique, décore des hommes de lettres comme tels, contient les noms suivants:

MM. de la Landelle, homme de lettres;
Montegut (Emile), homme de lettres;
Aubryet (Xavier), sous-chef au ministère des finances,

homme de lettres;
Poney, ouvrier-poète, à Toulon, secrétaire depuis quinie

ans de la chambre de commerce; Quératd, homme de lettres; Champion (Maurice), homme de lettres, cinq fois lauréat

de l'Institut '. Joubleau, avocat, homme de lettres, lauréat de l'Institut.

Sur la proposition du ministre de la maison de l'Empereur et des beaux-arts, ont été promus en outre: Au grade d'officier:

MM. Dumanoir, auteur dramatique;
Jules Lacroix, auteur dramatique.

Au grade de chevalier:

MM. Jules Barbier, auteur dramatique;
Lokroy, auteur dramatique.
Nous pouvons relever en outre, dans l'administration,
dans les arts, dans l'enseignement, un certain nombre de

1. C'est par erreur que le Moniteur donne cette dernière qualification à l'auteur des Inondations de la France. Nous n'avons jamais entendu parler de cette quintuple couronne décernée à ce travail, si important et si utile qu'il soit.

« PrécédentContinuer »