L'Histoire Secrète de l'Astrologie: Révélations sur l'imposture du zodiaque des saisons - Tome II, L'Hérésie tropicaliste venue du Khorassan

Couverture
Patrice Bouriche, 28 mai 2017 - 232 pages
Huit degrés. Tel est l’écart angulaire observé entre les coordonnées astrales référencées sur les premiers horoscopes de l’Histoire et le point vernal. Ce dernier devait pourtant servir à déterminer le point de départ du zodiaque depuis les origines de l’astrologie selon les défenseurs de l’horoscopie saisonnière. Or, jamais le moindre horoscope ne fut calculé à partir du point vernal jusqu’au VIIème siècle, alors que les astrologues alexandrins étaient censés s’appuyer, selon la légende, sur les travaux d’Hipparque ou de Ptolémée ! Aussi, dans la mesure où les règles de l’astrologie furent établies à partir du référentiel des étoiles fixes, l’idée qu’elles puissent s’appliquer aux thèmes calculés sur la base du zodiaque saisonnier est irraisonnée…

Après avoir étudié les différents horoscopes antiques qui nous sont parvenus, y compris celui du zodiaque de Dendérah dont la raison et la datation se trouvent enfin révélées dans cet ouvrage, l’étude nous mènera dans une région comprise entre l’Iran et l’Afghanistan, plus  connue sous le nom de Khorassan. Ce territoire, de tradition zoroastrienne devenu musulman au VIIème siècle, était en effet le véritable berceau de l’horoscopie saisonnière dont le principe consistait à faire coïncider le point de départ du zodiaque avec celui du calendrier persan débutant le jour de l’équinoxe de printemps.

Ce fut donc à la faveur de l’affaiblissement scientifique du monde judéo-chrétien que les musulmans khorassaniens imposèrent au IXème siècle leur vision hérétique de l’astrologie sans que les Occidentaux ne manifestent la moindre résistance, en témoigne l’abandon par certains kabbalistes de la sidéralité originelle du zodiaque hébraïque, notamment dans la péninsule ibérique. Vers l’Orient, le contexte ne prêtait pas à la conversion saisonnologique puisque les astrologues de l’Inde, seuls véritables héritiers de l’astrologie gréco-romaine d’essence sidérale, manifestèrent une résistance énergique face à la « tropicalisation » de l’horoscopie et développèrent, par effet de frontière, des techniques endémiques originales…

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Informations bibliographiques