Discours sur le système et la vie de Vico. Vie de Vico, écrite par lui-même. Extraits de divers opuscules ou lettres de Vico. De l'antique sagesse de l'Italie retrouvée dans les origines de la langue latine. Principes de la philosophie de l'histoire. Livre I

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 305 - Yico, a bien voulu nous communiquer la plupart des ouvrages italiens que nous avons extraits ou cités ; exemple trop rare de cette libéralité d'esprit qui met tout en commun entre ceux qui s'occupent des mêmes matières. On ne peut reconnaître une bonté si désintéressée, mais rien n'en efface le souvenir.
Page xii - ... en 1725, sous le titre de : Principes d'une science nouvelle, relative à la nature commune des nations, au moyen desquels on découvre de nouveaux principes du droit naturel des gens. Cette première édition de la Science nouvelle , est aussi le dernier mot de l'auteur, si l'on considère le fond des idées.
Page 342 - ... 12. Le sens commun est un jugement sans réflexion, partagé par tout un ordre , par tout un peuple , par toute une nation , ou par tout le genre humain. Cet axiome ( avec la définition suivante) nous ouvrira une critique nouvelle relative aux auteurs des peuples , qui ont dû précéder de plus de mille ans les auteurs des livrett , dont la critique s'est occupée jusqu'ici exclusivement.
Page xxx - Dans une si grande barbarie, leur joug ne peut être que dur et cruel; le Polyphème d'Homère est, aux yeux de Platon, l'image des premiers pères de famille. Il faut bien qu'il en soit ainsi pour que les hommes domptés par le gouvernement de la famille se trouvent préparés à obéir aux lois du gouvernement civil qui va succéder. Mais ces rois absolus de la famille sont eux-mêmes soumis aux puissances divines, dont ils interprètent les ordres à leurs femmes et à leurs enfants ; et comme...
Page 416 - Ce que l'universalité ou la pluralité du genre humain sent être juste , doit servir de règle dans la vie sociale. La sagesse vulgaire de tous les législateurs, la sagesse profonde des plus célèbres philosophes s'étant accordées pour admettre ces principes et ce critérium, on doit y trouver les bornes de la raison humaine ; et quiconque veut s'en écarter, doit prendre garde de s'écarter de l'humanité tout entière.
Page 167 - ... non plus à la solitude des animaux paisibles que leur instinct porte à vivre en troupeaux , mais à l'isolement des animaux féroces qui se tiennent chacun dans leur caverne. La sagesse philosophique des esprits éclairés qui devraient diriger la sagesse vulgaire des peuples, ne fait plus que les pousser plus fortement à leur perte et à leur ruine. L'autre critique est celle des érudits , incapable de donner la sagesse à ceux qui la cultivent. Mais cette analyse vraiment divine des pensées...
Page 396 - ... de l'intelligence humaine. Cela admis, tout homme qui réfléchit, ne s'étonnera-t-il pas que les philosophes aient entrepris sérieusement de connaître le monde de la nature que Dieu a fait et dont il s'est réservé la science, et qu'ils aient négligé de méditer sur ce monde social, que les hommes peuvent connaître, puisqu'il est leur ouvrage?
Page xli - Que si un peuple n'était secouru dans ce misérable état de dépravation ni par la monarchie ni parla conquête, alors, au dernier des maux, il faudrait bien que la Providence appliquât le dernier des remèdes. Tous les individus de ce peuple se sont isolés dans l'intérêt privé ; on n'en trouvera pas deux qui s'accordent , chacun suivant son plaisir ou son caprice. Cent fois plus barbares dans cette dernière période de la civilisation qu'ils ne l'étaient dans son enfance ! la première...