Lehr- und lesebuch der franzosischen sprache nach der anschauungs- methode

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 289 - A ces mots, le Corbeau ne se sent pas de joie ; Et pour montrer sa belle voix, II ouvre un large bec, laisse tomber sa proie. Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute. Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.
Page 444 - Une Grenouille vit un bœuf Qui lui sembla de belle taille. Elle qui n'était pas grosse en tout comme un œuf, Envieuse s'étend, et s'enfle, et se travaille Pour égaler l'animal en grosseur, Disant : Regardez bien, ma sœur ; Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ? - Nenni. - M'y voici donc ?- Point du tout. -M'y voilà ? - Vous n'en approchez point.
Page 382 - Moi, des tanches ! dit-il ; moi, Héron, que je fasse Une si pauvre chère! Et pour qui me prend-on? » La tanche rebutée, il trouva du goujon. « Du goujon ! c'est bien là le dîner d'un héron! J'ouvrirais pour si peu le bec ! aux dieux ne plaise ! » II l'ouvrit pour bien moins : tout alla de façon Qu'il ne vit plus aucun poisson.
Page 381 - L'insecte vainement cherche à leur échapper , II devient bientôt leur conquête. L'un le saisit par l'aile , un autre par le corps ; Un troisième survient , et le prend par la tête : II ne fallait pas tant d'efforts Pour déchirer la pauvre bête. Oh ! oh ! dit le grillon , je ne suis plus fâché ; II en coûte trop cher pour briller dans le monde. Combien je vais aimer ma retraite profonde ! Pour vivre heureux, vivons caché.
Page 381 - L'insecte ailé brillait des plus vives couleurs : L'azur, le pourpre et l'or éclataient sur ses ailes ; Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs, Prenant et quittant les plus belles. Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien Sont différents ! Dame nature Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Page 302 - Les vice-amiraux donc ne pouvant plus nous mordre, Nos coups aux ennemis furent des coups fataux, Nous gagnâmes sur eux quatre combats navaux. Merlin. Il faut dire fatals et navals ; c'est la règle. La Rissole. Les Hollandais réduits à du biscuit de seigle, Ayant connu qu'en nombre ils étaient inégals, Firent prendre la fuite aux vaisseaux principals.
Page 115 - Aux avantages de la nature le cygne réunit ceux de la liberté ; il n'est pas du nombre de ces esclaves que nous puissions contraindre ou renfermer; libre 'sur nos eaux, il n'y séjourne, ne s'établit qu'en y jouissant d'assez d'indépendance pour exclure tout sentiment de servitude et de captivité; il veut à son gré parcourir les eaux...
Page 302 - J'étais sur un vaisseau quand Ruyter fut tué, Et j'ai même à sa mort le plus contribué : Je fus chercher le feu que l'on mit à l'amorce Du canon qui lui fit rendre l'âme par force. Lui mort, les Hollandais souffrirent bien des mais ! On fit couler à fond les deux vice-amirals.
Page 382 - S'approchant du bord vit sur l'eau Des tanches qui sortaient du fond de ces demeures. Le mets ne lui plut pas; il s'attendait à mieux, Et montrait un goût dédaigneux Comme le rat du bon Horace : Moi, des tanches! dit-il : moi, héron, que je fasse Une si pauvre chère ! Et pour qui me prend-on ? La tanche rebutée, il trouva du goujon.
Page 113 - ... et vagabonde. Ce n'est qu'avec peine qu'on la conduit , et qu'on peut la réduire en troupeau ; elle aime à s'écarter dans les solitudes , à grimper sur les lieux escarpés, à se placer et même à dormir sur la pointe des rochers et sur le bord des précipices : elle...

Informations bibliographiques