Images de page
PDF
ePub

tient à ce qu'elle n'était pas encore apparue en avril et mai, date de leurs observations. » Les expériences faites par M. Quatrefages ont démontré que l'addition de sucre à la feuille du mûrier produit les meilleurs résultats. M. Nourrigat en conclut que la feuille manque de partie sucrée, et, par conséquent, de qualité substantielle, peut-être même d'autres propriétés non moins essentielles aux fonctions de l'insecte. Du reste, la maladie végétale a ses phases; elle n'agit pas d'une manière immédiate sur les générations; son action est plus ou moins lente, mais toujours progressive. C'est ce qui explique l'échec d'une race à côté de la réussite d'une autre, bien que toutes deux aient été élevées simultanément dans le même local et nourries de la même feuille. » D'ailleurs, cette immunité d'une même race s'étend rarement à plusieurs générations, si elle reste soumise aux mêmes influences : l'expérience l'a prouvé. » Il n'est pas étonnant que le mûrier, soumis depuis des siècles à un mode de culture qui contrarie sa végétation, puisqu'il le prive de ses feuilles au moment même où leurs fonctions s'exercent avec le plus d'activité, ressente aujourd'hui les effets de ce traitement contre nature. » Il n'en est pas de même pour l'espèce nouvelle et très-vigoureuse introduite par M. Nourrigat. Le mûrier du Japon ou Nangasaki (morus japonica), par sa végétation constante et le renouvellement incessant de ses feuilles, s'harmonise parfaitement avec les organes délicats des jeunes insectes pendant leurs

quatre premiers âges. L'introduction de ce végétal permet de doubler la production annuelle au moyen d'une deuxième récolte, et de donner à la seconde feuille tombante d'automne des mûriers ordinaires, précédemment perdue pour l'agriculture, une valeur égale à celle de la feuille du printemps. » Ce nouveau mûrier sauvage à grandes feuilles, dont le mérite a été attesté par les médailles obtenues dans nos grandes expositions agricoles, loin de faire attendre ses produits pendant huit ou dix années, comme le mûrier ordinaire , donne un revenu presque immédiat; il présente une économie de 25 à 30 p. 100 sur la consommation. Ses feuilles, plus nutritives et moins chargées de parties aqueuses, n'exposent pas l'insecte aux nombreuses maladies qui naissent de l'alimentation par la feuille du mûriergreffé. » Enfin, le mûrier sauvage, par sa multiplication rapide et sa prodigieuse végétation, permet d'obtenir de nos landes les plus arides, et sans aucune valeur, un revenu des plus importants. » Les vers alimentés dans leurs premiers âges par la feuille naissante du mûrier du Japon, marchent avec une simultanéité remarquable, montent à la bruyère en quarante ou quarante-deux jours, ne laissant ni morts ni malades sur les litières, et produisent enfin d'abondants et excellents cocons. » La graine provenant de ces éducations, pondue en novembre, a constamment donné à Lunel, chez M. Nourrigat, les meilleurs résultats au printemps suivant. Et ce qu'il y a surtout de remarquable dans cette semence automnale, c'est la spontanéité des naissances à l'incubation; un jour d'avant-coureurs et deux jours d'éclosion suffisent pour la complète apparition des vers. » Si une expérience, facile à faire, constate que le morus japonica possède réellement les qualités qu'on lui attribue, ce sera pour notre industrie séricicole une précieuse acquisition. » Une autre industrie nouvelle nous paraît pouvoir se développer dans le pays bordelais. Le voisinage des plus belles forêts de pins maritimes qui existent en Europe et qui s'étendent sans interruption de l'embouchure de la Gironde jusqu'à l'Adour, ne pourraient-ils pas faire naître en effet sur notre territoire quelques essais commerciaux ? Il existe en Prusse, dans les environs de Breslau, au lieu appelé Pré Humbold, une manufacture de laine végétale faite avec la feuille du pin maritime. Cet établissement est en grande prospérité; il fabrique principalement des matelas et des couvertures, qu'il livre à bas prix et qui sont adoptés dans une grande partie des hôpitaux de l'Allemagne. On les considère comme très-favorables à la santé. A la fabrique sont réunis des bains aromatiques, alimentés par les eaux de l'usine; ces bains sont en grande réputation comme curatifs et fortifiants. Il nous semble qu'il n'est pas un pays où un établissement de ce genre fût mieux placé que dans les environs de Bordeaux.

En ce qui regarde les fabriques qui ont pour base la consommation des produits étrangers et notamment le tissage du coton, on ne peut contester que · leur adoption dans nos contrées eût été un grand bien pour notre port ; elles y auraient ramené la grande navigation des États-Unis. On ne conçoit pas comment les capitaux bordelais n'ont pas fait d'énergiques efforts pour arriver à cet immense résultat; on doit reconnaître au contraire qu'à cet égard l'indifférence et même la froideur du pays n'ont pas été sans reproches. Une manufacture de tissage, établie aux Chartrons depuis vingt ans, vient de cesser ses travaux. Pour vivre et grandir, il faut que les industries trouvent autour d'elles le patriotisme éclairé qui protége, et la sympathie générale qui donne l'espérance du succès. Nous pourrions peut-être soumettre encore au commerce de Bordeaux quelques critiques fondées ; mais nous bornons là ces observations, que nous avons considérées comme appartenant à l'histoire. De plus longs développements dépasseraient les limites de notre sujet. Est modus in rebus, sunt certi denique fines....

A

FIN.

il

« PrécédentContinuer »