Images de page
PDF
ePub

OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES

Bordeaux est depuis bien des siècles un des ports les plus fréquentés du monde ; cette ville, heureusement située, a rarement entendu le bruit des armes, et n'a pris qu'une faible part aux grandes commotions politiques; le commerce est sa vocation naturelle : tous les éléments de la richesse y circulent et s'y combinent sur une grande échelle; on peut dire que notre place est une de ces fortes artères sur lesquelles on est sûr de sentir le degré d'affaiblissement ou de vigueur, de calme ou d'agitation du pays tout entier. L'Histoire du Commerce de Bordeaux est donc un livre d'intérêt général.

Mais cette histoire doit être surtout utile et attrayante pour tous les habitants de notre riche contrée. Quel homme intelligent n'aime à trouver, dans un tableau précis et vrai , la marche et les progrès d'une aptitude qui a toujours fait la fortune de son pays? — Au point de vue pratique, quel négociant ne doit rechercher les règles du présent dans les leçons du passé, et où peuton trouver, mieux que dans l'histoire du commerce, la solution des grandes questions qui nous intéressent si profondément ? v

[graphic]

Notre tâche a présenté de grandes difficultés. Il est rare de rencontrer des matériaux authentiques et de quelque importance pour montrer ce qu'était le commerce de Bordeaux jusqu'au XVI° siècle; on peut dire que très-peu de chose a été conservé : les chroniques, les annales, l'histoire de la province et de la ville n'ont en général jugé digne d'intérêt que les guerres, les réceptions des princes, les conflits des autorités locales; quant aux arts, aux sciences, au commerce, les auteul'S ne s'en sont pas occupés ; si quelques mots leur en échappent de loin en loin, c'est, pour ainsi dire, involontairement; on doit lire des centaines de volumes pour trouver quelques renseignements passés inaperçus; il faut, comme Cuvier, reconstruire ce mammifère du premier âge avec des débris en poussière et dispersés. Les archives de la chambre de commerce de Bordeaux ne remontent qu'aux premières années du XVIII° siècle ; alors seulement commencent des chiffres commerciaux véritablement exacts et une suite régulière de données certaines.

Quelle que soit la faiblesse de cet essai, je crois pouvoir invoquer ces raisons comme une excuse légitime. Je fais le premier tracé d'un sentier qui sera plus tard élargi et complété par une main plus habile. Si mon exemple vient à être suivi , comme je l'espère, je me trouverai très-heureux d'avoir fait des recherches qui puissent servir à la publication d'une histoire du commerce de Bordeaux entièrement digne du sujet.

Nul travail ne mérite mieux , en effet , d'arrêter les méditations de l'un de ces hommes remarquables que le commerce de Bordeaux a souvent produits, et qui se trouvent toujours dans ses rangs. — Le goût de notre

[merged small][ocr errors]

époque se porte vers tout ce qui tient aux études économiques. La société cherche, de nos jours, à retrouver, à comparer les titres de son activité et de son intelligence, à faire , pour ainsi dire, l'inventaire de tout ce qui compose la richesse de son génie et de sa force. Aussi chaque nation a l'histoire de son commerce. En France, un grand nombre de nos villes principales, Marseille, Lyon, Rouen, Nantes, ont également la leur; il faut prendre part à ce mouvement élevé. Pourquoi le port important de Bordeaux resterait-il silencieux au milieu de cette noble émulation?... Bordeaux, l'une des villes les plus célèbres du grand commerce maritime !... celle peut-être où les relations du nouveau monde ont trouvé, dans le XVIII° siècle , l'impulsion la plus active et produit les plus immenses résultats !... - ll n'est donc pas possible que ce soit le défaut d'intérêt du livre que nous publions qui ait arrêté jusqu'ici les hommes spéciaux ; ne serait-ce pas plutôt les difficultés nombreuses du travail, le temps qu'il exige et la nécessité de lui donner les proportions qu'il paraît réclamer ? Cette réflexion nous a plus d'une fois intimidé ; nous ne nous sommes pas découragé cependant; nous avons marché, sincèrement convaincu qu'il faut savoir se dévouer à un travail d'intérêt général, dût-on ne produire qu'un simple document imparfait, qu'une réunion de matériaux consciencieusement préparée. On a le droit de nous demander quelles sont les opinions et la pensée dominante de cet ouvrage ; peu de mots suffiront à cet égard. La richesse du commerce sera toujours en raison directe de la modération des tarifs et de la liberté des transactions internationales ; c'est là maintenant une vérité absolue pour tous les esprits droits et non prévenus. On peut discuter sur des détails, réclamer des ménagements pour les conséquences anciennes d'une mauvaise direction ; mais le temps et l'expérience ont parlé : on ne peut plus contester le principe ; le nouveau traité de commerce qui le consacre sera l'un des actes les plus féconds de notre époque. Comment l'historien du commerce de Bordeaux pourrait-il avoir un autre sentiment ? — Notre port n'a-t-il pas été le défenseur le plus vigoureux de cette doctrine économique qui va changer la face du commerce et sera désormais la base des rapports du monde ?— Ne devons-nous pas en trouver la démonstration dans toutes les parties du tableau que nous essayons d'esquisser? C'est donc à ce point de vue que nous nous sommes trouvé naturellement placé pour étudier et écrire l'histoire du commerce de Bordeaux; toutefois, il faut le dire, nous discutons rarement , et cela doit être. L'histoire n'est, selon nous, qu'un rapport fidèle dont l'objet est de préparer, mais non d'imposer un jugement. Le récit calme a été notre tâche; nous sommes d'ailleurs certain de n'avoir manqué ni de modération ni d'impartialité envers toutes les opinions. Ajoutons une explication bien simple quant au plan de notre travail : Il est facile de reconnaître du premier coup d'œil que Bordeaux a pour base de son commerce trois éléments principaux : les riches produits de son sol, qui en ont fait de tout temps un des plus grands marchés de l'Europe ; — sa position géographique reconnue depuis dixhuit siècles comme l'étape la plus heureusement située pour les rapports commerciaux du levant et du couchant ;

[graphic]
« PrécédentContinuer »