Mémoires et lettres de Mme de Maintenon, Volume 5

Couverture
J.E. Dufour et P. Roux, 1789
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 6 - La cour de Vienne, de tout temps infectée des maximes de Machiavel, et soupçonnée de réparer par ses empoisonneurs les fautes de ses ministres.
Page 92 - Prince portable à ceux qui vont droit. Ils m'en impatientent fou-vent. Ils font tous d'une vérité qu'on ne peut trop louer & eftimer, mais qu'ils tournent contre eux-mêmes en ne pouvant comprendre que les autres ne leur reffemblent pas.
Page 248 - Je ne regrette que vous; je ne vous ai pas « rendue heureuse, mais tous les sentiments d'estime « et d'amitié que vous méritez, je les ai toujours eus « pour vous; l'unique chose qui me fâche, c'est de
Page 173 - M'ayant un jour fait une réponse peu sincere , le lendemain il vint me dire : Madame , j'eus hier la faiblesse de vous en imposer ; je n'ai pu dormir de toute la nuit , ayant ce détour à me reprocher; je viens vous dire ma faute et la vérité.
Page 247 - J'espère qu'il le fera bien ; j'espère aussi que vous contribuerez tous à l'union, et que si quelqu'un s'en écartait, vous aideriez, à le ramener. Je sens que je m'attendris et que je vous attendris aussi, je vous en demande pardon. Adieu, messieurs, je compte que vous vous souviendrez quelquefois de moi.
Page 338 - Maintenon difparut à leurs yeux, elles pleurerent plus amèrement, comme fi elles la perdoient une feconde fois. Eloge funebre, plus glorieux à fa mémoire , que celui qui fut fupprimé par le Duc de Noailles. L'Orateur avoit une matiere bien propre à tous les ornements de l'éloquence ; mais on crut qu'il valoit mieux fe taire, que (i) 17 Avril,.
Page 91 - ... n'eût tort s'il s'en plaignait. Je garderai ce mémoire pour le montrer au Roi , fi on donne quelque chofe làdeffus au public. Il ne me conviendrait point de le faire voir à d'autres , £• le Roi même ne le verra pas fans votre confentement.
Page 22 - État, de connoître et de récompenser le mérite, et de s'en servir dans ses conseils, dans ses armées, et dans les différents emplois de l'Église et de l'État. Nous l'instruirons de ce qu'il doit à sa gloire, et encore plus de ce qu'il doit à une nation également brave et éclairée, toujours fidèle à ses maîtres. Nous l'exhorterons à se souvenir de sa naissance et de qui il est fils, mais encore plus de qui il est roi.
Page 323 - Ducheffe eurent quelques conférences, qu'ils crurent fort fecretes, & qui ne le furent point pour le Duc d'Orléans. Leur plan étoit d'empêcher le traité de la quadruple Alliance , de rendre le Roi au Duc du Maine , de demander la convocation des Etats-généraux, de s'emparer la nuit des Tuileries, de furprendre le Régent dans quelque partie de plaifir, de l'envoyer à Madrid , de dépêcher des Couriers dans toutes les Provinces avec des ordres convenables, & de répandre de tous côtés des...
Page 299 - Confeil, elle opinoitavec une modeftie qui laifToit toute la liberté aux fuffrages, & avec une fageffe qui la leur ôtoit. Il fallut un ordre de Mr. de Chartres pour fauver du feu un grand nombre d'écrits fort précieux...

Informations bibliographiques