Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, Volumes 5 à 6

Couverture
Meline, Cans et Compagnie, 1839
1 Commentaire
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

hierling jou h

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 282 - La Science et la Pratique du plainchant, où tout ce qui appartient à la pratique est établi/ par les principes de la science, et confirmé par le témoignage des anciens philosophes , des Pères de l'Église, et des plus illustres musiciens; entre autres de Guy Arélin et de Jean des Murs.
Page 20 - Il trouva que cette courbe est une trochoïde très-allongée; ensuite il assigna la longueur du pendule simple qui fait ses oscillations dans le même temps que la corde vibrante fait les siennes D'Alembert, Euler et Daniel Bernouilli.
Page 81 - Traité historique et critique sur l'origine et les progrès des caractères de fonte pour l'impression de la musique, avec des épreuves de nouveaux caractères de musique, présentés aux imprimeurs de France, par M.
Page 53 - Considérations sur les divers Systèmes de la Musique ancienne et moderne , et sur le genre enharmonique des Grecs , avec une Dissertation préliminaire relative à l'Origine du Chant, de la Lyre et de la Flûte attribuée à Van; Paris, 1810, 2 vol. in-8°; — Lettre à M.
Page 41 - Deux grands défauts ternissaient l'éclat qui iejaillissait sur lui des productions de son génie. Le premier était une violence de caractère, un emportement qui ne connaissait point de bornes; le second, une intempérance qui le faisait souvent s'abandonner aux excès les plus condamnables. Dans les accès de sa colère, il était capable de se porter aux dernières extrémités : c'est ainsi que, dans un mouvement de fureur contre la cantatrice Cuzzoni, qui refusait de chanter l'air : Falsa...
Page 203 - Sur une espèce de brancard composé grossièrement de plusieurs branches de lauriers, porté par douze satyres, un petit homme d'assez mauvaise mine et d'un extérieur fort négligé. De petits yeux bordés de rouge qu'on voyait à peine, et qui avaient peine à voir, brillaient en lui d'un feu sombre, qui marquait tout ensemble beaucoup d'esprit et beaucoup de malignité.
Page 258 - Jarnowick, vaincu, dut se considérer comme placé bien au dessous du grand artiste qui n'avait pas dédaigné cette lutte. Cependant il ne perdit pas courage ; car avec ce ton gascon qui lui était familier, il s'écria : « Ma foi, mon cher Viotti, il faut avouer qu'il...
Page 119 - ... seul imprimeur de la. musique de la chambre, chapelle et menus plaisirs du roi, par lettres patentes de Henri II , en date du 16 février 1552.
Page 300 - Malade d'une inflammation d'entrailles, il rejeta tout secours de la médecine, et mourut en sortant du cabaret. Doué d'un esprit bizarre et n'écrivant que par caprice, il dissipa dans une vie désordonnée les trésors d'un génie original et vigoureux , mais souvent incorrect.
Page 267 - Laborde et tous ceux qui l'ont copié, mais dans les environs de Toulouse, en 1711. Après avoir appris la musique à la maîtrise de la cathédrale de cette ville, il fut attaché au chœur de cette église comme haute-contre (ténor aigu). La beauté de sa voix était...

Informations bibliographiques