Oeuvres completes de Bossuet, évéque de Meaux: revues sur les manuscrits originaux, et les éditions les plus corrects, Volume 7

Couverture
J. A. Lebel, 1815
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Fréquemment cités

Page 268 - Christi urget nos; aestimantes hoc, quoniam si unus pro omnibus mortuus est, ergo omnes mortui sunt; et pro omnibus mortuus est Christus, ut et qui vivunt, jam non sibi vivant, sed ei qui pro ipsis mortuus est et resurrexit.
Page 84 - Fait au Conseil d'Etat du Roi, Sa Majesté y étant, tenu à Versailles le unze septembre mil sept cent soixante dix neuf.
Page 84 - ... et aux principaux ministres du royaume, à la sacrée Faculté de théologie de Paris, ni aux familles religieuses; et que ledit livre est digne de la peine ordonnée de droit pour les libelles diffamatoires et livres hérétiques. Ouï le rapport du sieur Baltazar : Et tout considéré , Sa Majesté étant en son conseil, a ordonné et ordonne que ledit livre, intitulé Ludmici Montaltii Litterss Provinciales , etc.
Page 175 - Haeretici quoque nihil praetermittunt, quo eam potestatem, qua pax ecclesiae continetur, invidiosam et gravem regibus et populis ostentent, iisque fraudibus simplices animas ab ecclesiae matris Christique adeo communione dissocient.
Page 262 - Beatus es, Simon Bar-Jona, quia caro et sanguis non revelavit tibi, sed Pater meus, qui in coelis est...
Page 416 - II est bien extraordinaire que pour exercer nos fonctions, il nous faille prendre l'attache de M. le chancelier et achever de mettre l'Église sous le joug. Pour moi, j'y mettrais la tête. Je ne relâcherai rien de ce...
Page 369 - Peccatum philosophicum seu morale est actus humanus disconveniens naturae rationali et rectae rationi; theologicum vero et mortale est transgressio libera divinae legis. Philosophicum, quantumvis grave, in illo qui Deum vel ignorat vel de Deo actu non cogitat, est grave peccatum sed non est offensa Dei neque peccatum mortale dissolvens amicitiam Dei neque aeterna poena dignum".
Page 398 - J'ai dissimulé la première injure de me donner un examinateur ; ce que cinq chanceliers de suite, à commencer par M. Séguier, n'ont jamais songé. J'ai, dis-je, dissimulé, dans le dessein d'avancer l'impression; elle est achevée; cela va bien de ce côté-là. Mais on passe à une autre injure, de vouloir que l'attestation de l'examinateur soit à la tête. C'est...
Page 176 - Christi vicariis, ipsique ecclesiae, rerum spiritualium et ad aeternam salutem pertinentium, non autem civilium ac temporalium a deo traditam potestatem, dicente domino, regnum meum non est de hoc mundo; et iterum, reddite ergo quae sunt Caesaris Caesari et quae sunt dei deo...
Page 348 - Est licitum Religioso vel clerico calumniatorem gravia crimina de se vel de sua religione spargere minantem occidere, quando alius modus defendendi non suppetit, uti suppetere non...

Informations bibliographiques