Nouveau dictionnaire de médicine, chirurgie, pharmacie, physique, chimie, histoire naturelle, etc: ou l'on trouve l'étymologie de tous les termes usités dans ces sciences, et l'histoire concise de chacune des matières qui y ont rapport, Volume 2

Couverture
Gabon, 1826
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 401 - J'ai de plus constaté que le petit cercle artériel de l'iris n'existe pas chez le fœtus avant la rupture de la membrane pupillaire , et qu'il est formé par les vaisseaux de cette membrane qui se sont retirés vers l'iris sans avoir éprouvé le moindre déchirement...
Page 188 - toutes formées de tissu cellulaire »;«le système lymphatique entre essentiellement dans leur formation ». « Les absorbants s'ouvrent par une infinité d'orifices sur les membranes séreuses. » « II faut regarder les membranes séreuses... comme de grands réservoirs intermédiaires aux systèmes exhalant et absorbant, où la lymphe, en sortant de l'un, séjourne quelque temps avant d'entrer dans l'autre, où elle subit, sans doute, diverses préparations S
Page 245 - ... entre le front et la lèvre supérieure, les orbites et les joues. Ses faces latérales forment, en se réunissant angulairement, une ligne plus ou moins saillante, qu'on appelle le dos du nez.
Page 236 - Mortification des os. On appelle ainsi la mort de la totalité ou d'une partie plus ou moins étendue d'un os. La nécrose est aux os ce que la gangrène est aux parties molles; la partie nécrosée, desséchée, privée de sucs, est devenue un corps étranger analogue aux escarres gangréneuses : la nature fait effort pour séparer cette portion morte; elle l'isole des parties voisines et favorise son expulsion.
Page 386 - Une substance végétale est toujours acide , toutes les fois que dans cette substance l'oxygène est à l'hydrogène dans un rapport plus grand que dans l'eau.
Page 557 - ... à première vue devoir l'entier de leur existence, restent dépendants et étroitement assujettis. Il s'agit donc de faits souverains, et ce sont précisément ceux-là qu'on a ignorés. Une théorie n'est jamais autre chose, en quelque domaine de la science qu'elle s'édifie, qu'un rapport établi entre un fait général, ou le moindre nombre de faits généraux possible, et les faits particuliers qui en dépendent.
Page 256 - ... côtes ; en bas , aux trois quarts antérieurs de l'interstice de la crête iliaque, à la partie postérieure de l'arcade crurale et au pubis ; en arrière , aux apophyses épineuses des deux dernières vertèbres lombaires , et à celles des deux premières pièces du sacrum.
Page 303 - Ligne courbe qui résulte de la section d'un cône quand il est coupé par un plan parallèle à un de ses côtés.
Page 36 - L'hordéïne est insipide, inodore, plus pesante que l'eau, pulvérulente, jaunâtre, un peu rude au toucher, et semblable à la sciure de bois , dont elle se rapproche beaucoup par ses propriétés chimiques. Décomposée par le feu en vaisseau clos, elle donne tous les produits qui proviennent de la distillation des matières végétales ; il ne se forme point de trace d'ammoniaque , et le résidu charbonneux s'élève à 20 pour 100. Elle est tout...
Page 63 - La strychnine cristallise en octaèdres ou en prismes à quatre pans, terminés par des pyramides à quatre faces...

Informations bibliographiques