De l'organisation judiciaire et de la codification. Essai sur la situation politique de l'Espagne

Couverture
Société belge de librairie, 1840
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 80 - Il n'ya point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice. Si elle était jointe à la puissance législative, le pouvoir sur la vie et la liberté des citoyens serait arbitraire : car le juge serait législateur. Si elle était jointe à la puissance exécutrice, le juge pourrait avoir la force d'un oppresseur.
Page 80 - De cette façon, la puissance de juger, si terrible parmi les hommes, n'étant attachée ni à un certain état, ni à une certaine profession, devient, pour ainsi dire, invisible et nulle. On n'a point continuellement des juges devant les yeux; et l'on craint la magistrature, et non pas les magistrats.
Page 80 - Il faut même que, dans les grandes accusations, le criminel, concurremment avec la loi, se choisisse des juges, ou, du moins, qu'il en puisse récuser un si grand nombre que ceux qui restent soient censés être de son choix.
Page 79 - ... sans doute trop: si vous les regardez dans le rapport qu'elles ont avec la liberté et la sûreté des citoyens, vous en trouverez souvent trop peu...
Page 80 - La puissance de juger ne doit pas être donnée à un sénat permanent, mais exercée par des personnes tirées du corps du peuple (i), dans certains temps de l'année , de la manière prescrite par la loi , pour former un tribunal qui ne dure qu'autant que la nécessité le requiert.
Page 80 - ... il n'ya point de liberté, parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le -même sénat ne fasse des lois tyranniques pour les exécuter tyranniquement. Il n'ya point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de- la puissance législative et de l'exécutrice.
Page 79 - Abolissez dans une monarchie les prérogatives des seigneurs, du clergé , de la noblesse et des villes , vous aurez bientôt un État populaire , ou bien un État despotique.
Page 368 - Quand, après avoir goûté un plaisir, on le recherche , cela seul est une preuve de sa bonté. Tout acte qui procure du plaisir est bon , toutes conséquences à part. Tout acte qui procure du plaisir sans aucun résultat pénible est un bénéfice net pour le bonheur; tout acte dont les résultats de peine sont moindres que ses résultats de plaisir, est bon jusqu'à concurrence de l'excédant en faveur du Bonheur. Chacun est non seulement le meilleur, mais encore le seul juge compétent de ce...
Page 237 - ... 383. La réforme proposée sera de nouveau discutée, et si elle est approuvée par les deux tiers des députés, elle deviendra constitutionnelle, et sera publiée comme telle par les cortès.
Page 395 - Il n'est donc pus plus convenable , en économie morale, de faire du désintéressement une vertu, que de faire en économie politique un mérite de la dépense. Le désintéressement peut se trouver dans les hommes légers et insouciants ; mais un homme désintéressé avec réflexion, c'est ce qui, heureusement , est rare. Montrez-moi l'homme qui rejette plus d'éléments de félicité qu'il n'en crée, et je vous montrerai un sot et un prodigue.

Informations bibliographiques