L'amour, les femmes et le mariage, historiettes, pensées et réflexions glanées à travers champs

Couverture
Garnier fréres, 1876 - 591 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 397 - le fils de Cylhère, Je servis, engagé par mes premiers serments. Hélas! quand reviendront de semblables moments! Faut-il que tant d'objets si doux et si charmants Me laissent vivre au gré de mon âme inquiète, Ah ! si mon cœur osait encore se renflammer ! Ne sentirai-je plus de charme qui m'arrête? Ai-je passé le temps d'aimer?
Page 149 - Le ciel défend, de vrai, certains contentements; Mais on trouve avec lui des accommodements! Selon divers besoins, il est une science D'étendre les liens de notre conscience, Et de rectifier le mal de l'action Avec la pureté de notre intention. Molière.
Page 131 - par tout mon corps, sitôt que je te vois : Et dans les doux transports, où s'égare mon âme, Je ne saurais trouver de langue ni de voix. Un nuage confus se répand sur ma vue : Je n'entends plus : je tombe en de douces langueurs, Et pâle, sans haleine, interdite, éperdue,
Page 324 - Que le bon soit toujours camarade du beau, Dès demain je chercherai femme : Mais comme le divorce entre eux n'est pas nouveau, Et que peu de beaux corps, hôtes d'une belle âme, Assemblent l'un et l'autre point, Ne trouvez pas mauvais que je ne cherche point. J'ai vu beaucoup d'hymens, aucuns d'eux ne me
Page 79 - On voit les amants vanter toujours leur choix Jamais leur passion n'y voit rien de blâmable, . Et dans l'objet aimé tout leur devient aimable, ils comptent les défauts pour des perfections, Et savent y donner de favorables noms. La pâle est aux jasmins en blancheur comparable; La noire à faire peur, une brune adorable; La maigre a de la taille et
Page 319 - Le mariage, Agnès, n'est pas un badinage : A d'austères devoirs le rang de femme engage; Et vous n'y montez pas, à ce que je prétends, Pour être libertine et prendre du bon temps. Votre sexe n'est là que pour la dépendance : Du côté de la barbe est
Page 193 - les femmes sont folles Sont bruyants dans leurs faits et vains dans leurs paroles; De leurs progrès sans cesse on les voit se targuer; Ils n'ont point de faveurs qu'ils n'aillent divulguer, Et leur langue indiscrète, en qui l'on se confie, Déshonore l'autel où leur cœur sacrifie. Molière.
Page 463 - A gravés de sa main divine, Et ces cabinets où Martin A surpassé l'art de la Chine; Vos vases japonais et blancs, Toutes ces fragiles merveilles; Ces deux lustres de diamants Qui pendent à vos deux oreilles; Ces riches carcans, ces colliers, Et cette pompe enchanteresse, Ne valent pas un des baisers Que
Page 397 - Rosette, pour un peu d'absence, Votre cœur vous avez changé; Et moi sachant cette inconstance, Le mien autre part j'ai rangé. Jamais plus, beauté si légère, Sur moi tant de pouvoir n'aura. Nous verrons, volage bergère, Qui premier s'en repentira. Vous qui n'aimez que par coutume,
Page 489 - Ne les détournez pas ces yeux qui me déchirent, Ces yeux tendres, ces yeux perçants, mais amoureux, Qui semblent partager le trouble qu'ils m'inspirent. Hélas ! plus ils sont dangereux, Plus je me plais à m'attacher sur eux! Par quel ordre du ciel, que je ne puis comprendre, Vous

Informations bibliographiques