Histoire des musulmans d'Espagne: jusqu'à la conquête de l'Andalousie par les Almoravides, 711-1110, Volume 3

Couverture
E. J. Brill, 1861
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 60 - Quelques-uns d'entre eux avaient été faits prisonniers par les pirates andalous ; d'autres avaient été achetés dans les ports de l'Italie , car les juifs, spéculant sur la misère des peuples, se faisaient vendre des enfants de l'un et de l'autre sexe, et les conduisaient dans les ports de mer, où des navires grecs et vénitiens venaient les chercher, pour les transporter chez les Sarrasins. D'autres encore , à savoir les eunuques destinés au service du harem , arrivaient de France , où...
Page 126 - ... conventions fixées d'avance. Chaque chevalier qui recevait une maison pour son partage recevait, en outre, tout ce qu'il y avait dedans, les femmes, les enfants, largent, etc., et il pouvait faire du maître de la maison tout ce qu'il voulait ; aussi prenait-il tout ce que le maître lui montrait, et il le forçait par des tortures de tout genre Uni livrer ce qu'il voulait lui cacher.
Page 207 - Kitâb al-Iktifû' est très partial pour les Almoravides. Cependant, les Andalous qui avaient pris la fuite étaient parvenus à se rallier, et ils retournèrent sur le champ de bataille pour soutenir al-Muctamid. D'un autre côté, Yûsuf jeta sur les Castillans sa garde noire qu'il tenait en réserve et qui fit des merveilles. Un nègre réussit même à s'approcher d'Alphonse et à le blesser à la cuisse d'un coup de poignard. A la nuit tombante, la victoire, chaudement disputée, se déclara...
Page 34 - Aucun prince de la maison de France n'avait tant réfléchi sur l'art de régner, n'avait tant étudié la politique, le caractère et les passions des hommes, les moyens de les dominer par leurs vices ; aucun ne parlait avec autant d'élégance ou d'adresse, ne maniait mieux la flatterie, ne savait avec plus d'art être caressant ou familier dans le discours, entraînant par sa verve ou persuasif par ses arguments. Mais aussi aucun n'avait moins de respect pour sa parole ou pour la vérité...
Page 63 - Luxembourg, reprit le roi avec fermeté, mes réflexions sont faites; je suis déterminé à tous les sacrifices, je ne veux pas qu'il périsse un seul homme pour ma querelle. Dites donc à l'ordre de la noblesse que je le prie de se réunir aux deux autres. Si ce n'est pas assez, je le lui ordonne comme son roi : Je le veux!
Page 234 - Ils déclarèrent donc que les princes andalous étaient des libertins, des débauchés, des impies; que, par leur mauvais exemple, ils avaient corrompu les peuples et les avaient rendus indifférents aux choses sacrées...
Page 287 - J'étais encore trop jeune pour voir et constater autre chose que des faits. J'en serais peut-être toujours resté là, grâce à mon indolence naturelle et à cet amour des choses extérieures qui est le bonheur et l'infirmité des artistes, si l'on ne m'eût poussé, par des critiques un peu pédantesques, à réfléchir davantage et à m'inquiéter des causes premières, dont je n'avais, jusque-là, saisi que les effets.
Page 174 - ... rendu la vie à tout le genre humain. 36. Nos envoyés ont paru au milieu d'eux accompagnés de signes évidents ; mais , même après l'apparition de ces signes , la plupart des hommes commettaient des excès. 37. Voici quelle sera la récompense de ceux qui font la guerre à Dieu et à son envoyé , et qui emploient toutes leurs forces à commettre des désordres sur la terre : vous les mettrez à mort ou vous leur ferez subir le supplice de la croix; vous leur coupe1 C'est l'histoire de Caïn...
Page 187 - Abï cAmir avait pour eux des attentions infinies. Dans son armée le dimanche était un jour de repos pour tous les soldats, quelle que fût leur religion, et s'il s'élevait quelque contestation entre un chrétien et un musulman, il favorisait toujours le chrétien 2).
Page 142 - ... spectacle chaque hiver; jamais tu n'as eu l'idée de m'emmener dans quelque pays où il tombe toujours de la neige! — Ne te désespère pas ainsi, ma vie, mon bien, lui répondit le prince en essuyant les larmes qui sillonnaient ses joues; tu auras ta neige chaque hiver, et ici même, je t'en réponds. Et il ordonna de planter des amandiers sur toute la Sierra de Cordoue, afin que les blanches fleurs de ces beaux arbres qui fleurissent dès que les gelées sont...

Informations bibliographiques