Images de page
PDF
ePub

SCÈNE VI.

CLÉONTE, en Turc; TROIS PAGES, portant la veste de Cléonte; M. JOURDAIN, COVIELLE.

CLÉONTE.

Ambousahim oqui boraf, Giourdina, sala

maléqui!

COVIELLE, à M. Jourdain.

C'est-à-dire : Monsieur Jourdain,

votre

cœur soit toute l'année comme un rosier fleuri! Ce sont façons de parler obligeantes de ce pays-là.

M. JOURDAIN.

Je suis très-humble serviteur de son altesse

turque.

COVIELLE.

Carigar camboto oustin moraf.

CLÉONTE.

Oustin yoc catamaléqui basum base alla moram!

COVIELLE.

Il dit: Que le ciel vous donne la force des lions et la prudence des serpens!

M. JOURDAIN.

Son altesse turque m'honore trop; et je lui souhaite toutes sortes de prospérités.

COVIELLE.

Ossa binamen sadoc baballi oracafouramı.

CLÉONTE.

Bel-men.

COVIELLE.

Il dit que vous alliez vite avec lui vous préparer pour la cérémonie, afin de voir ensuite votre fille, et de conclure le mariage.

M. JOURDAIN.

Tant de choses en deux mots?

COVIELLE.

Oui. La langue turque est comme cela, elle dit beaucoup en peu de paroles. Allez vite où il

souhaite.

SCENE VII.

COVIELLE.

Ah! ah! ah! ma foi, cela est tout-à-fait drôle. Quelle dupe! Quand il aurait appris son rôle par cœur, il ne pourrait pas le mieux jouer. Ah! ah!

SCENE VIII.

DORANTE, COVIELLE.

COVIELLE.

Je vous prie, monsieur, de nous vouloir aider céans dans une affaire qui s'y passe.

DORANTE.

Ah! ah! Covielle, qui t'aurait reconnu? Comme te voilà ajusté!

[blocks in formation]

D'une chose, monsieur, qui le mérite bien.

Comment?

DORANTE.

COVIELLE.

Je vous le donnerais en bien des fois, monsieur, à deviner le stratagème dont nous nous servons auprès de M. Jourdain, pour porter son esprit à donner sa fille à mon maître.

DORANTE.

Je ne devine point le stratagème; mais je devine qu'il ne manquera pas de faire son effet, puisque tu l'entreprends.

COVIELLE.

Je sais, monsieur, que la bête vous est con

nue.

DORANTE.

Apprends-moi ce que c'est.

COVIELLE,

Prenez la peine de vous tirer un peu plus loin, pour faire place à ce que j'aperçois venir. Vous pourrez voir une partie de l'histoire, tandis que je vous conterai le reste.

SCÈNE IX.

CÉRÉMONIE TURQUE.

LE MUPHTI; DERVIS, TURCS assistans du muphti, chantans et dansans.

PREMIÈRE ENTRÉE DE BALLET.

(Six Turcs entrent gravement, deux à deux, au son des instrumens. Ils portent trois tapis qu'ils lèvent fort haut, après en avoir fait, en dansant, plusieurs figures. Les Turcs chantans passent par-dessous ces tapis pour s'aller ranger aux deux côtés du théatre. Le muphti, accompagné des dervis, ferme cette marche.)

(Alors les Turcs étendent les tapis par terre, et se mettent dessus à genoux Le muphti et les dervis restent debout au milieu d'eux ; et pendant que le muphti invoque Mahomet en faisant beaucoup de contorsions et de grimaces sans proférer une seule

parole, les Turcs assistans se prosternent jusqu'à terre, en chantant alli, lèvent les bras au ciel en chantant alla, ce qu'ils continuent jusqu'à la fin de l'invocation, après laquelle ils se lèvent tous en chantant, alla ekber; et deux dervis vont chercher M. Jourdain.)

SCÈNE X.

LE MUPHTI; DERVIS, TURCS, chantans et dunsans; M. JOURDAIN, vétn à la turque, la téte rasée, sans turban et sans sabre.

LE MUPHTI à M. Jourdain.

[blocks in formation]
[ocr errors]

Mi star muphti;

Ti qui star ti?

Non intendir;

Tazir, tazir.

(Deux dervis fout retirer M. Jourdain )

SCÈNE XI.

LE MUPHTI; DERVIS, TURCS, chantans et

dansans.

LE MUPHTI.

Dice, Turqué, qui star quista.

Anabatista? anabatista?

« PrécédentContinuer »