Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

Adapter, F. a. Ajutter, appliquer Adhérent, ente, adj. Qui adhere. une chose à une autre.

Le plur. Adherens se prend subAdsrca, f. m. t. de Marine, Écume ftantivement. la ee.

Ces mots sont formés du parAdarige,f.m. C'eftle selammoniac. ticipe adhærens ; ainsi Joubert a Adstais, f. f. Toile de coton laite tort d'écrire adhérant, adhérante. á Bengale.

Adhérer, v. n. Tenir à quelque Addiiion, f. f. Augmentation, ad chose , suivre un parti. jonction.

Adhéfion, f. f. Liaison, jonction. On proronce les deux dd; & Ardiante , f. m. Plante capillaire. par-là on distingue ce terme du diaphore, 1. m. Esprit de Tartre. mot Adition, qui a une autre fi- Adiaphoriile, s. m. & f. LutheDification. V. Adition.

rien mitigé. Additionné, ée, part.

Adieu, adv. Therme de civilité Additionner, v. a. t. d'Arithmé dont on se sert en prenand contique. On prononce les deux dd, gé les uns des autres.

On écrit auffi Additionner ; Adieu , f. m. Au plur. Adieux. Les mais en prononce Additioner. V. derniers faluts que l'on se donne Abarduner.

en se quitant. Adilucteur, adj. & f. m. t. d'Ocu. Adipeux, euse, adj. t. de Médeline.

cine. Gras. Adduction, f. f. t. d'Oculiste.

Adiré, ée, part. Dans ces deux mots, on pro- Adirer, v. a. Egarer. nonce les deux dd: c'est que ces Adires, f. m. Sorte de chiens de mots viennent immédiatement Barbarie,

di Latin Adductor, Adductio. Adition , s. f. t. de Jurisprudence. Adelaide , f. f. Non propre. Acceptation d'un heriiage. Ademption, f. f. t. de Droit. Ré- Adjacent, ente, adj.Contigu. vocation, retranchement.

Quelques uns retranchent led Adenologie, f. m. Partie de l'Ana de ce mot, parce qu'ils ne le pro

tomie qui traite des glandes. noncent pas; mais l'usage vent Adenos, 1. m. beau coton qui vient qu'on l'y admette , à cause du d'Alep.

Latin dont il tire fon analogie, Adont, 's m. t. de Charpentier. & parce qu'il se prononce.

Entaille en forme de dent. Adjectif, adj. & f. m.t. de GramAdeône & Abeone, 1. f. Divinj. maire. Il se dit d'un nom qui se

tés qui prélidoient aux voyages. joint ordinairement à un suhlt. Adepte, 1. m. Celui qui eit initié Adjectivement, adv. En maniere

dans les myfleres d'une Secle d'adjeciif. ou d'une Science.

Adjection, f. f. t. Dogmatique. Adextré, ée, adj. t. de Blason. Jonclion d'une chose à une autre.

Il se dit des pieces qui en ont Adjoindre, v. a. Donner un allocié une autre à leur droite.

pour traiter une afaire. Adhérence, f. 1 Atachement à Adjoint, ointe, part.

un sentiment, à un parti, à une Adjoint, f. m. Collegue , affocié. chofe.

L'ancien usage veut qu'on écri

ve de ceite fonte, parce que le d qu'il vient de Metere : mais se prononce; mais Richeler veut

on prononce Merre & Admeire. qu'on écrive Ajoint Il est ce. Si l'on conserve les deux 10 pendant à prefumer qu ildoutoit comme dans Bartre, parce que de la réussie de cette nouvele ce sont de periis mots dont l'ore Orthographe, puisqu'à la page thographe change moins volon142, de son premier volume, il tiers , il semble que du moins écrit fort bien Adjoint. Voyez dans les compoés, on peu: bien Pr. lct. D.

écrire Admeire coinme Abutre. Adjonction, f. f. t. de Palais. Ad

Voyez Atarre : du reile ce vei be dision de nouveaux moyens. se conjugue comme Mettre. Adjudant, f. m. Aide Il s'emploie Adminicule , 1. 10. 1: de Pratique. :)

en parlant d'Officiers etrangers. Circontiance qui sert à foriner
Adjudant Major, eit en France
une preuve.

SA Aisie-liajor.

Administrare'ir, f. m. trice, f. CeOn scrit auffi Ajudant ; l'A lui ou ceile qui a la conduite de cadémie écrit Adjudant.

quelques afaires publiques ou Adjudicataire, f. m. & 1. Celui ou particulieres.

celle à qui l'on a adjugé quelque Adminitiation, f. f. Conduite , bien.

régie. &c. Adjudicatif, ive , adj. Qui arliege. Administre, ce, part. Adjudication, f. f. Acte par lejuel Adininiftrer, v a Gouverner régir. on adjuge.

Adinirable , adj. m. & f. Adjuge, ce , part.

Admirablement, adv. Adjuger, v. a. t. de vente. Atri- Admiraienr, f. m trice, f.

buer à quelqu'un par autorité Arimiratis, ie, adj. de Jutlice.

Admiration, f. f. L'Académie, Furet. Danet & Adinie, ée, part. tous les anciens Dictionnaires Admirer, v.a. Considérer avec sure écrivent ainsi; mais Jouberi

prile ce qui paroit merveilleux.
| quelques autres Modernes écri- Admis, ife, part. du verbe Ad-

vent ces mots sans d, en suppo merre.
fant qu'on prononce ajugé ajurer Admissible , adj. m. & f. Digne

&c. en quoi ils se trompeni. Pour d'être admis.
( moi je crois qu'on doit écrire & Admision, f. f. Réception.

prononcer Adjuger, conforme- Admodiaseur, s. ment à l'étymologie de ce mot Admodliation, f. f.

qui nous vient des Latins. Allmodier , v. a. Adjuration, f. f. t. Eccléliailique. V Amodiateur , Amodiarion & Formule dont l'Eglise fe fert Amodier. dans les exorcismes.

Admonéte , ée Adjuré, ée , part.

Admoneter, v. a Ruprimander. Adjurer, v, a. Commander au L'é penultieme s’alonge & nom de Dieu.

prend le circonflexe quand la derAdmetre , v. a. Recevoir. niere fyllahe eft muete. Ainti on On écrit aulli Admettre, parce

prononce Son écrit; J'admonete,

m.

, part.

mais ellt.

[ocr errors]

mens.

e be

1. m.

l'enlance.

ner

ou

[ocr errors]

J'adoucis, tu adoucis, il adou. Adultere , fi m & f & adj. Qui

fi admonétes , il admonere; nous cillez, ils adouciffent. J'adoucií. cdmontons , vous admonétez , ils fois, &c. J ai adouci, &c. J'aadmonerert.

doucis , &c. J'adoucirai , &c. que

On écrit auffi Amonéter: mais J'adoucirois, &c. Adoucis,

l'Académie prefere Admonéter. adoucitlez. Que j'adoucife. Tone Admoniteur, I'm. trice, f. Celui On écrivoit autrefois Addoucir; eins ou celle qui donne des avertisse mais on prononce Adoucir: &

il est d'usage de l'écrire ainsi, Admonition , 1. f. Avertissement. Adoucissant, 1. m. t. de Médecine. Adolescence, 1. f. Age qui suit Adoucissement

Adoué, ée, adj. t. de Fauconerie. ue.

Adolescent, f. m. Jeune homme. Il se dit des perdrix acouplees.
Adonien , adj. t. de Poésie. Adrachne, f. f. Plante dont on

On dit auffi Adorique ; l'Aca-
Ce.

fait du papier à la Chine. démie prefere Adonien.

Adragan. 1. in. Efpece de gorme. - de

Adonis, 1. m. Jeune homme ex- Adreilaut, ante. adj. Qui s'acretie. trémement beau.

Adreile, l. I. Indication. Dextérité.

Adrello, ée, part.
V. a. Parer.

Adresler, v. a. & n. Envoyer.

Toucher. s'Adoner, v. n. pal. Se livrer. ir.

On écrivoit autrefois Addriller; On écrit aulli s'Adonner ; &

mais on prononce Adreffer; & il l'on écrivoit même autrefois

est d'usage de l'écrire ainii. Ces deux exemples , Adoucir & Adreftir, confirment encore ce que nous avons dit contre la réduplication des confonnes

dans les mots composés de la Adoption, 1. f.

particule A. Voyez Abatre. to

Adriatique, adj. Mer, c'est le

Golle de Venise.
Adrogation , 1. f. t. de Jurispru-

dence. Efpece d'adoption.
Adroit, oite , adj.

,

adv. Ados, I. m. t. de Jardinage. Terre Adulateur , 1. m. trice, f. celui

ou celle qui flate.

Adulauif, adj. m. Flateur.
V. a. Mettre une chofe Adulation, 'f. f. Flarerie,

Adulte, adj. m. & f. Il ett aufli f. v. a. Boucher des trous.

Celui ou celle qui est en âge

d'adolescence. part.

Aduitere , 1. m. Violement de

la foi conjugale.

Adonisé, ée, part.
Adoniser,
Adons, ee, part.

[ocr errors]

pour fils.

[ocr errors]

s'Adonner: mais on prononce
s'Adoner. V. Abarre.
Adopté, ée. part.
Adopter, v. a. Prendre quelqu'un
Adoptif, ive, adj. Qui eft adopté.
Adorable', adj. m. & f.
Adorateur , fi m.
Adoration, f. f.
Adoré, ée, part.

[ocr errors]

Adorer,

V. a.

[ocr errors]

élevée en talus contre un mur.
Adole, ée, pari.
Adoffer,

contre une autre.
Adouber,

C'est ausli un terme de trictrac.

Adouci , ie,

Adoucir , v. a. Rendre doux.

cit: nous adoucisons,

vous adou

viole la foi conjugale.

C

2

.

Adultérer, v. a. Commettre un Ainsi d'Ægyprus, se forme en adultere.

françois Egypre, & d'Æthiopia, Adulterin , ine, adj. Né d'un E hiopie , &c. Cependant on adultere.

cupferve cette diphthonguedans Aduite, adj. t. de Médecine. Brulé. certains mois d un usage inoins Adufiion, f. f. Brúlement.

commun, tels que ceux qui vont Ces deux derniers mots ne suivie. Ceux qui ne se trouvefe disent qu en parlant du corps ront point ici, se trouveront hurnain.

Tous la lettre E, tels que Egée, Adventif, ive , adj. t. de Jurispru Egide , &c.

dence. Biens qui arrivent à Æaque , f. m. Un des trois Juges quelqu'un, soit par présent soit des Enfers chez les Paiens. par luccellion collaterale. Ægee, adj. V. Egée. Adverbe , f m. t. de Gramınaire. A gide, V. Egide. Adverbial, ale, adj. Qui tient Ægilops, s. m. t. de Médecine. de l'adverbe.

Tumeur qui s'ouvre à l'angle de Adverbialement, ady.

l'oeil. Advei bialité, f. f. t. de Gram- Ægyptiac, adj. Onguent déterff. maire.

Aeré, ée , part. Adversaire , f. m. Celui ou celle Aérer, v. a. Donner de l'air. qui s'oppose.

On dit aussi Aerier pour dire Il y en a qui écrivent & pro changer l'air , chassir le mauvais noncent Aversaire ; mais Danet, air : mais l'Académie, dans ce Joubert & l'Academie les con sens même , dit Aérer. damnent, & l'usage veut qu'on Aérien, ene , adj Qui est d'air. prononce le d.

Aerographie , f. f. Description Adversatif, ive, adj. Qui marque de l'air. oppofition.

Aéromancie, f. f. Art de deviner
Adverse, adj. f. Opposé, contraire. par le moyen de l'air.

De tout temps on a écrit de la Aérometre, s. m. Inftrument qui
forte; mais Richelet a jugé à pro fert à mesurer l'air.
pos d'écrire Averse, sans d lous Aérométrie, s. f. C'est l'art de
prétexte qu'il ne se prononce mesurer l'air.
pas en ce mot. Joubert a suivi Aérophobe, f. m. & f. Qui craint
ce fentinent, qui répugne à l'é l'air.
tymologie, à l'usage & à la pro- Ærugineux , euse, adj. Qui tient

nonciation reçue.V.Prel.let,D. de la rouille.
Adversité, f. f. Disgrace, Malheur. On écrit aussi Érugineux , ce
Généralement tous les Auteurs

qui prouve qu'il ne faut pas écrivent de cette maniere; ce qui prononcer, Aerugineux, mais seul doit prouver qu'il faut écrire Ærugineux;en eifet il ne vient pas Adverse, puisque ces deux mots. de Aer aeris, comme les précésortent de la méme source, & des; mais de /Erugo, la rouille, que leds'y prononce également, Æruginosus, Ærugineux. Æ, diphthongue banie de la plu- Æsculan, f. m. Dieu qui prélidoit

part des mots dérivés du lalin. à la Monoie.

19

Etiologie.
Afadi , ie , part.

Afadillement, l. m.

Afaire, ee, adj.

Afaitement, f. m. Action d'afaiter. Aflâble, adj. Doux, gracieux.
Afaiter , V. a. Dresser un oiseau Affablement, adv.

prendre le large, par trop ou Affaneures,f.f.pl.Blé qu'on donne
Afaler, v.a. t. de Marine. Abaisser. Afcciation, f. f. Maniere trop re.
la même habitude de doubler Aftedlé, ée.
la colonne après l'a: mais ici Afecler,va D liner, loucher,&c.

AF F est

Æthiopis, l. f. Plante. Afamer, v. a. Faire fouffrir la faim bia,

£iologie, 1. f. Partie de la Mé On écrit autii Afamer; mais ce on

decine qui traite des causes mot vient de Faim, & rien n'y ans des maladies.

exige le doublement de l'f. ins

On écrit aussi Aisiologie & Aféagé, ée, part. pas. ont

Afeagement, fm.

Afeager v. a. t. de Coutume. ont Afadir , v. a. Rendre fade.

Donner à séage. ll, On écrit auili Affadir , mais

On écrit auth Afeager : mais ce mot vient de Fade, & rien ges n'y exige le doublement de l'f.

ce mot vient de reage, & rien
n'y exige le doublement de l'f.

Afermé, éc, part,
Afaire

, f. f. Tout ce qui est le sujet Afermer, v. a.
de quelque occupation, &c.

On écrit aussi Afermer: mais e. de On écrit ausfi Affaire, mais

ce mot vient de ferme, & rien

n'y exige le doubleinent. ce mot vient de Faire, & rien Afeurage, f. in. Prix que niet aux EF. n'y exige le doublement de l'f.

denrees un Seigneur ou un NiaAfaissement causé par sa propre pesanteur. Afeuré, ée, part.

giftrat. Afailer, v. a. Surcharger , faire

Afeurer, v. a. Mettre le prix aux

choses, en évaluer les seurs. On écrit auffi Affaifler , mais

On écrit aussi Affevrer; mais ce mot vient de Faix, & rien

ce terme vient du mot feurs,

& rien n'exige le doublement. hair exige le doublement de l'f

. Adabilité , f. f. Maniere douce & Afaitage 1. m. t. de Fauconerie. I

horêle de parler à quclqu'un &

de l'écouter. i

On conserve les deux f dans ces trois mots, parce qu'ils vie. nentdu Latin Affibilis. Le second a eft long dans Affable & dans Affablement, à cause de la llabe mucte : mais il eft bruf dans Affabilisé, parce qu'alors cette syllabe n'est plus muete, alix moitonneurs au lieu d'argent. cherchee & trop étudiée.

pait.

Afailsement, f. m.
Afaiffe , ée, part.

се

tomber sous le faix.

[ocr errors]

Afaité ée, part.

[ocr errors]

de proie.
Afaiteur, l. m. t. de Fauconerie.

On écrit auffi Affairer , &c.
par l'habitude qu'on a de doubler
la consone après l'a; mais ici
rien n’exige ce doublement.
Afalé , part. t. de Marine. Il se

dit d'un vaisseau qui ne peut trop peu de vent.

On écrit auffi Affuler , par

rien n'exige Alamé, ée, part.

ce doublement.

Onconscrve dans ce mot les deux ff, parce qu'il vientdulat. Afilare

« PrécédentContinuer »