Images de page
PDF
ePub

srestation, f. f. Mépris de soi- Aboni, ie, part. zeme,

Abonir , v. a. Rendre meilleur. bi, f. m. Le cri naturel d'un On écrit auffi Abonner & abonchien. V. Abois.

nir: mais ces deux mots viennent Abuiment, s m. Action d'aboyer. de l'adjectif bon, qui en s'alon

On écrit auffi aboiement : inais geant perd le son nasal de l'o: on on prononce aboimeni. L'e muet

prononce donc Aboner & abonir. se perd après une voyele devant Abord, f. m. Approche, acces. la terminaison meni.

d'Abord, adv. Premiérement. tois, f. m. plur.

Abordable, adj. m. & f. Qu'on C'eft l'extrémité où est réduit

peut aborder. le cerf. On dit aussi d'une per. Abordage, f. m. t. de Marine. Il íode qui se meurt, qu'elle est se dit de deux vaisseaux ennemis ex ebois.

qui s'accrochent pour se comAli, ie, part.

battre ; & de deux veisseaux du Abolir, v. a. Anuller, détruire. même parti, qui se heurtent par yolissement, f. m. Abrogation. la violence des vents, ou des bition, . f. t. de Chancelerie. flots qui les foot deriver l'un sur

Lettres de pardon du Prince. l'autre.
Dettruction d'une Loi, d'une Abordé, ée, part.
Coutume.

Aborder, v. a. Aller à bord. comafus , f. f. l'un des eftomacs Aborder, v. n. Approcher.

des animaux qui ruminent. Aborigenes, s m. pl. Peuples dont bominable, adj. Horrible. on ne connoît pas l'origine. abominablement, adv.

Aborné, ée, part. Abomisation, f. f. Horreur, action Abornement, f. m. L'action d'a. execrable.

borner. Sondament, adv. Avec abondance. Aborner, v. a. t. d'arpentage.

Oa écrit auslı abordarament; Donner des bornes. mais on prononce abondamenı : Abortis, ive , adj. Qui est venu ces fortes d'adverbes dérivés des avant terme. adiectifs en ani, perdent le son Abouché, ée, part. pasal de l'a: ainfi de l'adjectif Abouchement, l. m. Conférence. akadan: se forme abondament, Aboucher, v. a. Ménager un ensec.

tretien entre deux persones. #sondance , f. f. Grande quantité. Aboucouchou , f. m. Sorte de drap

ondant, ante, adj. Qui abonde. qu'on fabrique en Provence. Abondant, adv. t. de Prat. De Abougri, ou plutôt Rabougri , ie, plus, outre cela.

t. de Forêt. onder, v. n. Avoir ou être en Abouquement, f. m. Addition de grande quantité.

nouveau sel sur un monceau de oné, ée, part.

vieux. dopement, i, m. Convention. Abouquer, v. a. t. de Salines. Aboner, v. a. Donner à un prix About, f. m. Extrémité de toutes qie l'on trouve bon.

fortes de pieces de charpenterie Aboner, v. par.

& de menuiseric mises en æuvre.

[ocr errors]

m.

Aboulé, ée, adj. t. de Blason. Abreneé, ée, part.

Il se dit des pieces d'armoiries Abreuver, v. a. Mener à l'abreuqui se répondent par les pointes. voir. Abouti, ie, part.

Abreuvoir, f. m. Lieu où l'on me. Aboutir, v. n. Toucher par un ne boire les chevaux & le bétail. bout.

Abri, f. m. Lieu où l'on se met
Aboutillant, f. m. Ce qui aboutit. à couvert du mauvais temps.
Aboutiffant, ante, adj. Quiahourit, à l Abri, adv. A couvert.
Abontisf-ment, f. m. Ne le dit

que

Abricot, f. m. Fruit. d'un abscés qui aboutit.

Abricoté, l. m. Sorte de dragée. «
Aboyant, ante, adj. Qui aboie.

Abricotier, f. Arbre.
Abové, éc, part.

Abrié, ée, part,
Aboyer, v.0.

Abrier , v, a. t. de Jardinier. Met. 9;n
'll ne faut pas écrire aboier tre à l'abri. L'Académie dit Abri-
comme Richelet, parce que l on ter & Abrisé : ceperdant elle del
prononce aboi-ier. V. Pref. lett. même, du mot épi, forme épier,
i&Y Mais lorsque la finale eft monter en épi; d'où nous con-
en e muet l'y se change en i : Il cluons que l'analogie peut faire
aboie, ils aboieni, parce qu'alors préférer abrier & abrié.
on n'y prononce qu'un i, comme Abrivent, f. m. Ce qui garantit
dans joie , voir.

du vont.
Ahoveur, euse, adj. Qui aboie. Abrogation, f. f. Action

par

laAbraham, f. m. Nom propre.

quelle on casse une Loi, on supAbrégé, f. m. Sommaire.

prime une Coutume.
Abrégé, ée, part.

Abrogé, ée, part.
Abrégement, f.m. Acourcissement. Abroger , v. a. Supprimer.
Abréger, v. a. Acourcir.

Abrohani, f. f. Mouffeline fabri- '
Ces quatre mots nous vienent quée à Bengale.
do Latin abbreviare ; cependant Abrorone, f. f. Herbe odorifé-
l'usage arlopté par l'Académie rante.
en a retranché un b. On trouve Abrouti, ie, adj. t. d'Eaux & Fo:
dans Danet abbrégé & abrégé, rêts. Broute

par

le bétail. ce qui fait croire qu'il balançoit Abruti, ie, part. sur le choix de ces deux ma- Abrutir, v. a. Rendre brute. nieres d'écrire ; mais celui de Abrutissement , f. m. Stupidité l'Académie eft préférable, parce

groffiere. que ce mot en tellement fran- Absceder, W. n. t. de Chirurgie. Se cisé, qu'il perd les vestiges de changer en absces. fon étymologie. Il n'en est pas Abscés, s. m. Apoiteme. de même des mots Abbreviateur Plusieurs écrivent Abscez. V. & Abbreviation, qui conservent P. Lettre é. Danet, Richelet és dans la prononciation même les l'Académie écrivent abcès, fans

veftiges de leur étymologie. avoir égard à l' qui est dans le Abréviateur, f. m.

mot latin abfcefus. Furetiere Abréviation, f. m, V. Abbreviateur écrit absès ; mais c'est une faute & Abbréviation.

qu'il faut éviter.

[ocr errors]
[ocr errors]

d'aille, 1. F. t. de Géométrie. Absollte, f. f. Absolution publique Asence , l. f. éloignement. qui se donne au peuple le Jeudilent, ente, adj. & fubit.

Saint, dans les Cathedrales; & le abfenter , v. n. s'éloigner. jour de Pâque, dans les Paroisses. Abade, 1. f. V. Apsede.

Abftême, f. m. Qui ne boit point Asinthe, 1. f. Plante médicinale.

de vin. Furetiere écrit Absynthe, Riche- s'Abstenir, v. n. Sepriver de quellet & Danet Abfinthe. Calepin & que chose. Il se conjugue comme Etienne disent qu'on écrit égale

Tenir. ment & abfynthus, &abfinthus, ab- Abftergent, f. m. t. de Médecine. fathiem & abfynthium : du Cange Abfterger , v. a. t. de Chirurgie aime mieux absynthus : Boudot ou de Médecine. Purger , nePrefere Abfinthium. Voilà des au toyer. tarités pour les deux manieres. Ablterfif, ive, adj. Qui abfterge. On avoit d'abord mis dans ce Absterfion, s. f. t. de Médecine. Dictionaire Ab/ynthe ; mais on C'est l'action des abftergens sur fair ici le sentiment de l'Acadé

les corps. me qui prefere abfinthe.

Abstinence , f. f. Modération, priblu, lue, adj. Indépendant, im vation d'alimens. perieus.

Abfinent, ente , adj. Qui s'abVolument, adv. D'une maniere ftient, ou qui est modéré dans absolue.

l'usage des alimens. olation, 1. f. Rémiffion. Abstraction, f. f. Défaut d'applicaHolstoire, adj. Qui abfont. tion. C'est aulli la séparation qui falubant, f. m. Médicament qui se fait de quelque chose , par le a la vertu de consumer une hu moyen de l'esprit. beir fans la dissoudre.

Abitraire , v. a. Faire abstraction. sorbant , ante , adj. Qui ab Il se conjugue comme Traire. abe.

Abftrait, aite , part.

Abstrait, f. m. t. de Logique. erber , r. a. Consuiner , en- Abitrus , use, adj. Cache , difficile Coatir.

à entendre, à pénétrer. srption, f. f. t. de Physique. Absurde, adj. m.& f. t. de PhilofoEgloutisement.

phie. Contraire au bon sens. Stre, verbe adlif irrégulier.

Absurdement, adv. D'une maniere J'abłous, tu absous , il ablout : . abfurde. cogs absolvons , vous absolvez, Absurdité, f. f. Ce qui choque le Labsolvent. J'abfolvois , &c. sens commun. vai abfous , &c. Jabloudrai, Abus, f. m. Mauvais usage. 2. Jabloudrois , &c. Absous, Abusé, ée, part. folvez. Que j'abtolve , &c. Abufer, v. a. & n. Tromper,

faire mauvais usage de quelque On écrit aussi Absoudre fans

chose,

&c. tent: mais on prononce Ab- Abuseur, f. m. Qui féduit. kadra, long.

Abusif , ive , adj. Qui tient de bus, abfoute , part.

l'abus.

priorbé, ée , part.

olvant.

m.

m.

Abusivement, ady. Par abus,

Acaftillé, ée, part. Abuter, v. n. t. de Joueurs de 'Acastiller,v.a. t. de Marine. Donne quilles. Tirer au but.

deux châteaux à un Vaisseau. Abutilon, f. ou Guimauve de Acatalecte, adj. t. de Poélie Latine

Theophralle : Plante bonne con Un Vers acatalecte eft celui al tre la Gravelle.

quel il ne manque point de fyl

fy Abyme, f. m.

labe à la fin. Ahymé, ée, part. pas.

Acata lectique , adj. Acatalecte. Abyiner, v. a. & n.

Acutaleptic, í f. 'Impossibilité d Voyez Abime, Abimé, Abimer. favoir une chose. Acabit, f. m, bonne ou mauvaise A cause de , préposition. qualité d'une chose.

A cause que , conjonction qui gou Acacia, f. m. Nom d'arbre,

verne l'indicatif. Académicien, [.

Acazement, f. m. t. de Coutume Académie , f. f. Société de Gens Acazer , v. a. Donner en fief.

de Lettres ; lieu où l'on s'affem. Accâblant, ante, adj. Qui accâble ble pour

le's Sciences ou pour les Accablé, ée , part. Arts.

Accâblement, l. m. Langueur, Académique , adj. m. & f. Accabler, v. a. Surcharger, op Academiquement, adv.

primor. Académifte, f. m. Qui eft d'une Richelet écrit Acablant, Acablé. Académie.

Acablement, Acabler. L'Académie Acajou , f. m Arbre d'Amérique. écrit Accablanı , Accablé , Acca: Acana ncé, ée, adj. t. de Botanique. blement, Accabler. Dans le ftyle

Il se dit des plantes épineuses. familier , on ne prononce qu'un Acanthe, f. f. Plante , & terme c; mais dans le ilyle poétique & d'Architecture.

oratoire , en doublant le c, or Acaparé, ée, part.

rend ce mot plus énergique.Dan : Acaparement, 1. m.

l'un & l'autre l'a du milieu se Acaparer v. a. Enlever d'une foire

prononce long ; c'est pourquoi des marchandises pour les vendre nous mettons Accablant, Accablé, plus cher.

Accâblement,

Accábler. Acaré, ée , part.

Accéder , v. n. t. de Droit. Con. Acarement, f. m. t. de Palais. sentir.

Confrontation de témoins avec Accélérateur, trice , adj. Qui acun criminel.

célere. Acarer, 8. a. t. de Palais. Con- Accélératif, ive, adj. Qui accelere. fronter.

Acceleration, f.f. Promptitude. Acariâtre, adj. Qui eft d'une humeur Acceléré, ée, part. fâcheure.

Accélérer V. a. Preller. Acarne , s. m. Poisson de mer , & Accenfes, f. m. pl. Officiers publics espece de Chardon.

à Rome, dont la fondation réponAcaste, f. m. Fameux Chasseur. doit à celles de nos Huilliers. Acastillage, t. de Marine. Qui se dit Accent, f. m. Le fon de la voix, la en parlant des châteaux de l'avant maniere de

prononcer , marque & de l'arriere d'un Vaisseau. qui sert à la prononciation.

Accentuation,

[ocr errors]

accent.

Accentuation, 1. f. t. de Gram- Accise ; taxe qui le leve sur le Dairu.

vin & autres boissons en AngleAccentué, ée , part.

terre. Accentuer, v. a. Marquer d'un Acclamation, f. f. Cri de joie &

d approbation. Acceptable , ailj, m. & f. Accommodable , adj. m. & l. Qai Acomitant, anie, adi.

peut s'accommoier. Accupation, s. f. Action d'accepter. Accommodage, f. . Apprêt de Accepié, ée, part.

viande. Acceter, v. a. Agréer, recevoir. Accommodant, ante, adj. Avec Accepteur, l. ni. t. de Cominerce. q'i l'on peut s'accommoder. Acceptilation, 1.de Jurisprudence. Accommodation, I. f. t. de Palais.

Qurance qu'on donne sans re. Acord qui se fait à l'amiable. cevoir d'argent,

Accominodé, ée, part. Acception , fi't. Égard, confidé- Accommodement, f. m. Acord, ration qu'on a pour quelqu'un. ajuriem int. Enterme de Granımaire, figni- Accommoder , v. a. Acorder, ajufication d'un inot,

fter. On prononce Acomode, 86 Accés, f. m. Ahord , retour pé de même les dérivés. Cependant

riodique de certaines maladies. on écrii Accommoder, parce qu'il Acceiable , adj m. & f. Dont on vient du latin Accommodare. prut approcher.

Accourir, v. n. Venir, aller promAcce: on, f. f. t. de Palais. L'ac ptement. Il se conjugue coinme tion d'acceder à un traité.

courir ; si ce n'est que le Pretérit Acceffit , f. m. t. de College. reçoit l'in & l'autre des verbes Acceffoire, f. m. & adj. m & f. auxiliaires , j'ai accouru , je suis

Qui n'est regardé que comme la accouru; mais en deux fens : j'ai fuite d'un objet principal.

accouru ,

marque une action enAccident, f, m. Malheur , infor tièrement pallée, au lieu que je tune. En terme de Philosophie , suis accouru, marque une action ce qui est dans un sujet en telle dont l'effet ett encore présent.

forte qu'il peut n'y étre pas. On prononce Acourir: cepenpar Accident, maniere de parler dant on écrit Accourir, parce

adverbiale ; par cas fortuit. qu'il vient du latin Accurrere ; Accidentel, ele, adj. Qui n'est que où il faur remarquer qu'encore par accident.

qu'il y ait deux rr cn latin, néan. Accidentelement,adv.Paraccident. moins on n'en met qu'une en

On écrit aufli Accidentelle au François : d'où il fuit qu'on pouféinin de l'adjectif, & delà roit bien aufli n'ymettre qu'un c. l'adverbe Accidentellement ; mais Accouru , ue , part. dans l'un & l'autre on ne pro. Accrétion, f. fit. de Médecine. nonce qu'unel, & cela est ana Accroissement. On y prononce logue aux autres adjectifs & ad les deux cc. verbes: General, ale ; Générale- Accroissement, f.m. Augmentation Rent; Subril , ile; Subtilement, Accroître, v. a. & le conjugue &c.

comme croftra. Augmenter.

B

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »