Images de page
PDF
ePub
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

aspirée , un grend homme. On prononce, Répond-il, comme Dit-il , Mais en écrivant, on conserve dans tous ces mots le D.

Le D final qui ne se prononce point , reprend sa valeur lorsqu'il cele d'étre final : Ainfi de Grand on forme Grande , Grandeur, Grandir , &c. Cependant Nud & crud, ont au féminin Nue & crue : mais le D reparoit dans Nudité & Crudité. C'est pourquoi on peut le conserver dans les mots primitifs, lors même qu'il ne s'y prononce pas. Au refe ce p doit absolument être conservé dans Grand , parce qu'il se prononce au moins devant les voyeles: mais comme en ce cas même il ne le prononce pas dans Nud & Crud, on poiroit l'y fupprimer.

Mais lors même que le d le prononce en t, on ne doit pas écrire UN T', parce que ce D reparoît dans les dérivés : ainfi ce seroit abusivement que dans Courtaud, crapaud , Échafaud, on chargeroit le D en T, parce que, quoiqu'il s'y prononce ainfi devant les voyeles, cependant on dit, Courtaude , crapaudine , Echafaudage , &c.

Le D néanmoins s'eit changé en r dans l'adjectif verd, d'où l'on a forme vert : l'Académie l’écrit aint : au féminin verte : quoique le D separoille dans verd. tre , verdeur , verdir , verdoyer, verdure.

ARTICLE V. De la Lettre E.
La Vogele E n'exige pas moins de détail que la Voyele A,

elle a même encore plus de variétés.
f. 1. Du fon plus ou moins ouvert , bref ou long , muet ou fermé,

de la lettre E. La lettre e eft celle dont le fon varie davantage dans notre Langue: L's eft non seulement plus ou moins ouvert , & conséquemment long ou bref, comme les autres voyeles; mais il est encore, ce que les Grammairiens appelent, muer ou fermé. Il est long & très-ouvert dans bête ; bref & moins ouvert dans Bétail : fermé dans Abbé, muet dans Homme : toujours bref quand il est muet, comme dans Devoir ; long ou bref quand il eft fermé, bref dans créer ; long dans il crée.

L'e muet se nomme féminin, parce qu'en Poélie c'est celui qui ler. mine les vers féminins , c'est-à-dire, ceux dont la rime eft afoiblie par cet e qui demeure muet,

comme on le voit dans ces deux Vers : Dieu fait, quand il lui plait, faire éclater la gloire,

Et son peuple est toujours present à fa mémoire. Les trois autres e font appelés masculins , uniquement par oppofition à l'e féminin.

L'e muet ou féminin ne commence jamais un mot; souvent il se trouve i la fin, quelquefois au milieu ; & jamais on ne lui donne d'accent.

Rarement on soufre au milieu des mots l'e féminin ou muet dans deux fyllabes confécutives; jamais on ne soufre deux fyllabes féminines á la fin d'ún mot. Ainsi le muet de la penultieme masculine, se change ea E masculin devant une pénultieme féminine. L'E penul

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

tieme eft muet ou féminin dans siener ; mais il devient ouvert ou nasculin dans il mene , au fingulier, & au pluriel ils menent; il redevient muet dans il menoit , il mena; mais il redevient ouvert dans l'antepe ultieme de il menera, il mineroit, parce qu'alors la penultieme eli föminine. En devenant ouvert , il prend un accent sur l'antepe nultieme; il pouroit se prendre auffi sur la penultiome, mais ce seroit fans nécessité; parce qu'alors on le prononce toujours ouvert, il

mene , qu'il mene , sans qu'il soit besoin d'en avertir par un accent.

On soufre deux E muets & même trois dans quelques Verbes composés. Ainsi de tenir, on forme Retenir & Entretenir: venir produit de même Devenir, Revenir , hedevenir.

L'z muet le change en E fermé devant le pronom je transposé. Ainsi quoiqu'on dise, j'aime, je chante, fi l'on transpose le pronom, cet e muet se prononce ferme, & prend l'accent, Aime-je, chanté-je.

Le muet final rend quelquefois longue la penultieme qui étoit breve & change alors fon accent. Ainli l'e et ouvert & bref dans la pénaltieme de blafphemer ; mais il est long dans blafpheme , dans il blafphene , au fingulier; & au pluriel, ils blafphement : il redevient brei dans il blafphémoit, il blafphema; il redevient long dans il blafprimera, il blafphemeroir. Il eit' long dans la penultieme d'Extrême ; bres dans l'antepenultieme d'extrémité, long dans l'antépenultieme d'extrêmement. Il est long dans måler, il mele, il méloit , 'il méla , il milera, il mélerois, mais il est bref dans aélange.

L E feriné ett long devant un e muet, urmee, Pensée , il crée ; & dans les a ijectifs féminins dijiríe, &c. Mais il eft bres devant les autres voyeles: Il créa, il créoit ; & devant un E fermé, ou suivi d'une confone , créé, Créer.

Il est encore long avant le G, College, Privilege , siége; & avant 1', consone , comme on l'a vu dans , Aime-je, chanté-je.

Les e ouverts varient beaucoup plus : voici ceux qui étant longs font susceptibles de l'accent circontlexe.

ECHE, cit long dans Béche, Grieche , Lêche, pêche , fruit : péche , action de pécher , Revêche : il dépéche , il empéche, il prêche ; & de morne dans Dépêcher Empêcher , Prêcher.

EFE, ou EFFE, eit long : Grife, terme de Jardinage; Griffe , terme de Palais, Coefe ou coeffe. C'est abusivement qu'on y doubiz la lettre F , dont on ne fait pas sentir le doublement.

EFLE, 01 EFFLE, long dans rifle, ou abusivement weite.

Eil, ou EILLE, ouvert & bref, dans soleil, someil & abeille ; long & fermé dans vieil homine , vieille femme , vieillard, vieillesse.

ELF. , long dans Frile, Gréle, Péle-nile , voile, zile : Il béle , il fele, il mele, & dans leurs Verhes, Bèler, Féler , Mieler,

EME, communément long, Baptême , blaspheme , chreme , Diadéme; &c. Il ett bref dans creme, Deuxieme ; troisieme, & autres noms ordinaux, & dans Je seme , iu femes, il seme. Celui-ci vient de l'e muet dans femer. Quant à ceux qui vienent du Grec, pluficurs devroient

Etre brefs, comme venant d'un e bref en Grec & en Latin. Ainli du hot L2:, anathema , où la pénultieme eft breve, comme dans le Gre, on devroit écrire & prononcer , Anarheme, bref. Mais la dificule de distinguer ceux qui sont brefs d'avec ceux qui font longs,

yee co'i munement on les prononce tous également longs : Ainli on dit, Anetheme, comme Diadême , quoique selon l'étymologie, le premier foit bref, tandis que le second eit long.

Exe, communément long, alene , Arène , céne , chêne, &c. Il est bref dans Ebene & phénomene. On le fait long dans les noins propres , Arhius, Diogines, Mecane, crigénes, &c. quoique dans plusieurs il dit étre brei relativement à l'étymologie. Ainsi les noms de Diogenes & d'enigenes ayant la pénaltieme breve en Grec & en Latin, devroient l'avoirégalement breve en François ; & en effet l'usage est de n'y point mettre l'accent circonflexe, qui par cette raison ne leur convient pas. EFE , toujours long, crepe, Guépe. Erre , loog dans vépres. Egre, long dans Erèque & Archevêque. ER, ERC, ERD, ERT, longs quand ils terminent la phrafe, ou

de ses membres, ou un Vers, Fir, clerc , verd, desert. Mais here, ils sont suivis d'un autre mot, l’e s'afoiblit jusqu'à devenir douteux, ou même bref : Un fer acéré ; un clerc tonsuré ; un verd de B, an Desert afreux. ERE, long dans chimere, & au pluriel du prétérit indéfini : Ils ekreat ; ils parlerent. Erre , toujours long, Guerre , Tonnerre. Es, toujours long , abscès, Accès , après.

ESE, toujours long, Aleje , Antithese, Catachrëfe, Diocese , &c. It a cependant quelques-uns de ces mots où , selon l'étymologie, l'e derroit etre bref, tels que Antithese , Genese.

E55E, long dans Abbefle, ceffe , compresse, confille, Expresje, 1.4, prise, profese; on s'empresse ; il professe ! & de même dans ift, confiber, s empréffer, Préser, profeser.

Est, long, Il est. Er, long dans acquét , apprét , Arrêt , Benés , Forêt , Genét , Intérét, irit , Prorer, Tér. Tous ces mots s'écrivoient autrefois par Ést. ETE, long dans Arbalère , Arrête , Bére , Boéte , Conguête , créte, Enquete , Féte , Quéte , Requeté, réte. Les autres sont communement uputes brefs , quoique l'on pût en excepter du moins ceux qui par beor étymologie devroient être longs , tels que athlete , Comere , poëte, sphere. Le mot honéte eft long après lon fubftantif : Un homme berite : mais avant il devient bref : Un honete homme ; & dans ce cas 1. doit perdre l'accent qui n'y est mis que pour le rendre long. Yous tes, dans la Poésie, efi long ou bref au gré du Poête. Dans l'usage commun il est bref.

Erre , long dans Ancérre, champérre, cheverre Ètre , Fenêtre, Guerre, #tre, Prétre , salpétre : Je me dépørre : &i delà, se dépérrer.

E long.

E bref.

chrisna ,

Thema,

Ets, toujours long, en sorte que dans les noms même dont la finale eft breve au fingulier, elle devient longue au pluriel : sujet , sujets.

Eve, long dans Grive , Trêve; il réve; & delà Réver.

Je reviens sur les noms en EME , EsE , ETE , qui peuvent être longs ou brefs, selon leur étymologie tirée du Latin ou du grec. Liste de mois en EME, ou EMME, qut peuvent être longs ou

brefs , selon leur étymologie.
Stratagema,

Stratagème. abstemius , Abstéme, supremus ,

Suprême. Apechema, Apecheme. syftema,

Systême. A poliima , Apoftéme. Tenesmus ,

Tenême. Baprifma , Baptême. Theorema,

Theorême. Biremis, Birême. Triremis ,

Trireme. blafphemia, Blasphême.

Chrême.
Diadema,
Diademe. Anathema,

Anatheme.
Dilemma.
Dilemme. Apozema ,

Apozeme.
Emblema,
Embléme,

Theme.
Enthymema, Enthymême.
Epicherema,
Epichereme. Nota. Dans le mot femme,

dérivé Extremus , Extrême.

du Latin Femina , l'E le Lemma , Lemine.

ce comme l'A, mais il prend le Nicodemus , Nicodême.

son foible de l'A bref : on proPoëma , Poême. nonce donc Femme ,

commc Polyphemus ,

Polyphême. Gamme & Lame, où l'A est Problema, Probleme.

puté bref en comparaison de sal

Flamme & Ame, où il eft long. gemma , Liste de mots en Es E qui peuvent être longs ou brefs , selon

leur étymologie. E long

Apothefis,

Apothefe, Antichrasis, Antichrese.

Diathefis ,

Diathefe. Carachrejis, Catachréfe. Diesis,

*Diese. Diephorafis , Diaphorôse ; Ephesus,

Ephese. Diaporefis , Diaporêre. Genefis ,

Genere. Diæcefis , Diocese. Hypothesis, Hypothese, Læsus, Lêle.

sietathefis , Metathese. Ategalefium Megalése. Nemesis,

Nemese.
Peloponesus,
Peloponese. Parænefis ,

Parénere. Synderefis, Syndérése. Parenthefis. Parenthese. E bref,

Projthaphærefis, * Profthaphérese. Antithesis, Antithofe.

* On trouve aussi en François Prostaphérese, sans h après let: mais on voit ici que l'érymologie exige cette H, quoiqu'on ne la prononce pas.

pronon.

Sel geinme.

[ocr errors]

sujets

.

Life de mots en Ete qui peuvent être longs ou brefs, selon

leur etymologie.

ent être grec.

[ocr errors]

E bref.

gs ou

[ocr errors]
[ocr errors]

Eme.

e.

planeta,
Preto,
Papa
Fr. xeneto,

e. ne.

[ocr errors]

ne.

e.

ferire

onon. -nd le

proemme

Amulete. Agonothera , Agonothete.
Anachoréte. Athlotheta. Athloihete,
Athléte. Interpres , etis, Interprête.
Cométe.
Diéle.

* Nota. Dans la plupart de ces mots Planéte.

François, l'e eit repute bief; & Poête.

cependant on voit que felon leur Prophéte. étymologie , il doit être long. Proxenete.

Rubète. * S 2. De l'E suivi d'une voyele ou d'une diphthongue. L'E suivi de l' se prononce fermé & bref, comme dans Éaque , ( Escus ), khéa, il agréa , il créa. Suivi de la diphthongue Al, il se prononce ferme & bref dans s'agréai; il s'eclipfe dans Geai , qui se prosonce J'ai. Suivi de la voyele nafale .4n , il se prononce leriné & bref dans Géans & géante ; II s'éclipse dans Jean & Jeanne; on prononce in & sane. Suivi de la diphthongue 40, il se pronouce fermé & bref dans sause, ( nom de ville ), fleau, préau; il s'éclipfe dans Eau, que l'on prononce 3; & dans toutes les autres terminaisons en eau, que Toa

prononce o bref, Agneau , Bandeau, Carreau , Drapeaul , &c. L'E suivi d'un second e fe prononce fermé, foit que ce second e soit muet, comme dans il agrée, il crée ; soit qu'il soit également fermé, corame dans Agré, crée ; & quelquefois ces deux E fermés sont suivis d'un troisieme qui eft muet, Agréée, créée, &c.

L'e suivi d'un 1, avec lequel il forme diphthongue, ou du moins faute diphthongue , absorbe communément l'ı, & fe prononce en E ouvert & bref. Peine , reine , pleine : il est long dans Reine , Reimre, Suivi de la voycle nasale in , il s'éclipse, & ne laisse entendre que l'I nafal : Dessein se prononce comme Deffin, quoique ce soit deux mots ditierens ; & on prononce de même Frein, sein , plein, de maniere que dans cet adjectif au masculin c'est l'ı qui domine , plein ; & au féminin c'est l'e, pleine. L'e suivi d'un i qui ne forme pas diphthongrie, le prononce fermé & brel, & l'on met sur l'i le tréma: obéir, obeisance. On peut mime se dispenser d'y mettre le tréma; parce que le seul accent qui et far l'e, avertit qu'il se prononce féparément. Le suivi de l’o , fe prononce ferrné dans Gédéon , siméor , Léon: i! s'éclipfe après le G dans Bourgeon , Dongeon, Efcourgeon, Ellurgeon , Pigeon, plongeon, sauvageon, surgeon : la derniere fyllabe de tous ces tois se prononce jon. De inéme dans abrégeois, Alongeoir, legeoit &c,

It re

de

lor

on

« PrécédentContinuer »