Images de page
PDF
ePub

vous obtienne une piété filiale allant toujours croissant, un zèle toujours plus industrieux.

RÉSOLUTIONS. Saisir toutes les occasions de propager le culte de Marie.

III. POINT. VERTUS ET MÉRITES DE CETTE VISITE. CONSIDÉRATIONS. S'il est vrai que nos mérites croissent en proportion des actes de vertu que nous pratiquons, combien de mérites n'a pas dû procurer à Marie sa visite à Élisabeth? On y voit briller toutes les vertus : la foi, l'obéissance, la mortification, la ferveur, la modestie, la générosité, le zèle, mais surtout l'humilité et la charité. Elle, la Mère de Dieu, va présenter ses félicitations å Elisabeth comme si celle-ci lui était devenue supérieure en grâces et en faveurs; puis elle reste avec sa cousine pendant trois mois, pour lui rendre tous les services de la plus affectueuse charité. Elle s'entend louer : Vous êtes bénie entre toutes les femmes, mais elle rapporte aussitôt å Dieu seul tout ce qui s'est accompli en elle : Le ToutPuissant a fait de grandes choses en moi. Tout le Magnificat respire le parfum des plus admirables vertus.

APPLICATIONS. Considérez en détail toutes ces vertus, efforcez-vous de les retracer en vous; c'est le vrai moyen de plaire à Marie, de recevoir fréquemment ses visites et de vous enrichir de mérites.

COLLOQUE. Avec la sainte Vierge.

SUR LES GRANDES PRÉROGATIVES

DE LA TRÈS-SAINTE VIERGE MARIE.

1. Prél. Représentez-vous Marie au moment où, félicitée par

sainte Élisabeth, elle prononce ces paroles : Le Tout-Puissant a fait en moi de grandes choses (Magnificat).

II. Prél. Demandez l'intelligence des priviléges accordés à Marie avant, pendant et après le mystère de l'incarnation du Verbe.

I. POINT. - PRIVILÉGES ACCORDÉS A MARIE AVANT L'INCARNATION.

CONSIDÉRATIONS. Marie était destinée à une dignité sans égale ; et Dieu, qui proportionne toujours, dit saint Thomas, les dons de la grâce à la dignité qu'il nous destine, lui accorda des priviléges que personne ne partagea jamais. Les saints Pères en nomment surtout douze, représentés, disent-ils, par les douze étoiles, qui couronnaient la Femme mystique dont parle l’Apocalypse (Ch. 12). Quatre de ces priviléges lui furent accordés avant l'Incarnation du Verbe : 1° la préservation de la tache originelle dans sa conception, privilége que l'Église a proclamé dogme de foi, sous le titre d'Immaculée Conception (8 Déc. 1854); - 2° la plénitude de la grâce dont elle fut enrichie dès son entrée dans la vie; - 3o l'usage de la raison, qui dès lors aussi lui fut donné, afin qu'elle pût correspondre à la grâce; - 4o la connaissance du prix de la virginité ou de la parfaite continence, à laquelle Marie, dans sa Présentation au temple, s'obligea par væu, à l'âge de trois ans.

APPLICATIONS. Unissons-nous fréquemment, en esprit, aux Anges, à l'Église, à tous les serviteurs de Marie pour

la féliciter des prérogatives singulières qu'il a plu au Tout-Puissant de lui accorder. C'est un moyen certain de lui plaire, de la disposer de plus en plus en notre faveur ; d'en obtenir des grâces privilégiées, en particulier, la grâce de conserver la vertu de chasteté et de croître sans cesse, à son exemple, en perfection devant Dieu et devant les hommes.

AFFECTIONS. Réjouissez-vous, reine des® Cieux, parce que le Tout-Puissant a opéré en vous de grandes choses.

RÉSOLUTIONS. Je veux m'efforcer de croître dans la dévotion à la très-sainte Vierge.

II. POINT. PRIVILÉGES ACCORDÉS A MARIE DANS L'INCARNATION•

CONSIDÉRATIONS. Le premier et le plus cher au ceur de Marie, c'est que, tout en devenant mère, elle ne cessa pas d'être vierge : en d'autres termes, qu'elle eut les joies de la maternité unies å l'honneur de la virginité. — Le second, c'est qu'elle eut la gloire incomparable de posséder sous son entière dépendance, durant l'espace de neuf mois, le Fils de Dieu, incarné dans son chaste sein. Il vivait d'elle et dans elle, ne faisant, en quelque sorte, qu'une même chose avec elle ! Le troisième, c'est que pendant ces neuf mois, à mesure que le corps du Verbe fait chair se développait, Marie recevait dans la même proportion un continuel accroissement de grâces. - Le quatrième, c'est qu'elle devint le canal de toutes les grâces que Dieu veut bien communiquer aux hommes, privilége que l'Église semble reconnaître, quand elle salue Marie du titre de Mère de la divine grâce. Mater divinæ gratiæ, ora pro nobis.

APPLICATIONS. En pensant à ces admirables priviléges de notre Mère chérie, et notamment à celui que nous venons d'indiquer en dernier lieu, qu'elle est le canal des grâces qui du ciel découlent sur la terre, demandez-vous å vous-même si votre dévotion, votre recours à la trèssainte Vierge ne laissent rien à désirer, et si là n'est pas la cause du peu de progrès que vous faites et peut-être du peu de succès qui accompagne vos æuvres de zèle.

AFFECTIONS, O Marie, ô ma Mère, apprenez-moi à vous aimer. (Bienh. Claver.)

RÉSOLUTIONS. S'approprier le mot du bienheureux Berchmans : Je craindrai pour mon salut, tant que je n'aurai pas une véritable dévotion à Marie.

III. POINT. — PRIVILÉGES ACCORDÉS A MARIE APRÈS L'INCARNATION.

CONSIDÉRATIONS. Premier privilége : Elle fut exempte de la peine prononcée contre Eve prevaricatrice : Tu enfanteras dans la douleur Gen. 3); c'est une conséquence de son Immaculée-Conception. - Second privilège : Elle mérita le titre de Coopératrice à la rédemption du genre humain.- Troisième privilége: Elle termina sa carrière mortelle sans rien éprouver des douleurs ou des regrets qu'éprouvent le commun des mortels; sa mort fut un ravissement d'amour. – Quatrième privilège : Plus heureuse que les autres Saints, elle fut transportée au ciel en corps et en âme par les mains des anges et vit dès lors ses membres bénis revêtus de tous les dons de l'immortalité.

APPLICATIONS. Il ne tient qu'à vous d'avoir une large part à ces prérogatives de Marie. Mettez à profit les occasions de ramener au bercail de Jésus-Christ les brebis égarées, ne fût-ce qu'une seule, et vous coopérerez réellement à l'oeuvre de la Rédemption. Efforcez-vous de vivre en vrai disciple de Jésus-Christ, et vous partagerez infailliblement avec Marie les joies du ciel, en corps et en âme.

COLLOQUE. Avec la très-sainte Vierge Marie. – La féliciter. Prendre part å ses joies, à son bonheur. La remercier des faveurs qu'elle vous a obtenues. prier de vous être toujours favorable, etc.

La

HYPOCRISIE ET JALOUSIE

DES PHARISIENS.

1. Prél. Représentez-vous Jésus répondant aux accusations perfides des Pharisiens.

II. Prél. Demandez les dispositions d'un coeur humble et compatissant,

1. POINT. - LES PHARISIENS ACCUSENT LES DISCIPLES DE JÉSU

CONSIDÉRATIONS. Jésus, ayant accompli tout ce qui était prescrit pour la célébration de la Pâque, sortit de Jérusalem et retourna en Galilée. Or il arriva, dit saint Luc, qu'il passait par les blés, un jour de Sabbat, et que les disciples, exténués de faim, se mirent à arracher des épis, les froissèrent entre leurs muins et en mungèrent (Ch. 6). La loi autorisait, en termes exprés (Deut. 23), cet usage, assez commun parmi les Juifs; mais les Pharisiens, qui se piquaient d'observer religieusement le repos du Sabbat, les en reprirent avec aigreur : Pourquoi, leur

« PrécédentContinuer »