Les femmes de l'immigration dans le travail précaire

Couverture
Harmattan, 2011 - 298 pages
Le présent ouvrage est consacré à l'étude des modalités de travail des migrantes et de leurs descendantes, de leur syndicalisation et du développement de conflits dans plusieurs secteurs d'activité : services à la personne, nettoyage, distribution, restauration rapide, centres d'appel. Depuis une vingtaine d'années, les femmes immigrées sont massivement entrées sur le marché du travail. Dans le contexte de la mondialisation, la transformation des processus de production a entraîné la constitution d'un marché du travail segmenté. Les femmes d'origine étrangère sont désormais la catégorie la plus concernée par des modes de gestion précarisants, liés au développement de la flexibilité dans les entreprises. Leur emploi s'inscrit dans le cadre d'une stratification du salariat, qui est fondée sur une différenciation des statuts, des contrats, des durées du travail... Pour les primo-arrivantes, le travail informel, non déclaré, ou de services à la personne continue de prédominer. Les filles de migrant(e)s occupent plus souvent des emplois précaires du commerce et des services standardisés. Cette stratification n'apparaît pas pour autant inéluctable. Des salarié(e)s immigré(e)s - dont des sans-papiers - ont engagé des luttes, qui ouvrent la possibilité d'une recomposition de l'unité du monde du travail.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques