Images de page
PDF
ePub

Son discours d'ouverture est un document historique que nous devons reproduire ici : « Messieurs, « Par la puissance merveilleuse de sa parole, l'ange tutélaire de Rome, l'immortel Pie IX, vient de rendre au Capitole sa vie et sa splendeur. Quelques mois lui ont suffi pour préparer, ordonner et terminer une œuvre à laquelle ceux de ses prédécesseurs qui y mirent la main consacrèrent leur vie toute entière. Les difficultés que devait rencontrer sa pensée créatrice, étaient grandes, nombreuses, presque insurmontables; mais quand il s'agit du bien du peuple qui lui est si cher, il n'est pas d'obstacle que Pie IX ne sache vaincre. Il ne se demande pas si l'œuvre est difficile; il en reconnaît l'utilité et il n'hésite plus. « Par une coïncidence qu'on ne peut s'empêcher de regarder comme providentielle, le même jour que l'immortel Pie IX signait le décret reconstituant d'un sénat romain, il reconstituait le patriarchat latin de Jérusalem, de sorte qu'au même instant la même main restituait leur antique gloire à la première des villes de l'Orient, au berceau du christianisme, etàlacitéqui atoujoursété et qui sera toujours la première entre les capitales du monde. « Ce fut un jour heureux pour moi, messieurs, que celui où Sa Sainteté me confia le poste si honorable de président de la commission chargée de lui présenter les bases sur lesquelles le nouvel édifice du Capitole devait être assis. Il m'a donné l'occasion d'être témoin de l'intelligence et du zèle que déployèrent les membres de cette commission à qui l'on est redevable de la promptitude et de la perfection du travail que nous avons déposé aux pieds du Saint Père et queSa Sainteté a accepté avec tant de bienveillance. Aujourd'hui je m'estime plus heureux encore, puisque je suis appelé à présider, sous les auspices des paroles encourageantes de notre souverain adoré et ceux de la joie universelle, cette imposante assemblée, le premier conseil de la métropole sainte. Ces quelques pa· roles du saint pontife ont servi à vous faire comprendre l'importance de la charge dont vous êtes revêtus et les obligations qu'elle vous impose. « Ce serait abuser de votre indulgence et consumer un temps précieux que d'y en ajouter d'autres pour vous engager à remplir dignement vos devoirs. Je me permettrai seulement de vous rappeler que chacun de vous doit considérer comme ayant une très-grande portée l'acte par lequel vous allez inaugurer vos fonctions. Vous devez donner à Rome un premier magistrat digne de son estime et de sa confiance, capable de protéger et de faire fleurir de plus en plus ses intérêts légitimes, et digne en même temps de la confiance du souverain. « En vous assurant de la constance et du zèle que j'apporterai sans cesse à vous prêter aide et appui, je réclamerai de vous, messieurs, en retour, du calme dans les discussions, une prudence éclairée dans vos décisions, afin que la modération d'une part, et la sagesse de l'autre, servent d'exemple, concourent à la gloire de notre patrie commune, et soient la récompense de notre souverain, lerestaurateur de la représentation romaine.» La nomination d'un sénat était l'acte qui devait inaugurer l'entrée en fonctions des membres de la municipalité. Leurs voix se portèrent sur le prince Corsini, respectable par son nom, son âge et son immense fortune, dont il compte faire un noble · usage. Sur ces entrefaites, le pape, représentant des idées d'ordre, de justice, de vrai progrès, en un mot, bouclier de la civilisation chrétienne, publiait un nouveau motu proprio relatif à la constitution du ministère et du conseil des ministres. Après l'institution de la consulte d'État et de la municipalité romaine, il fallait, pour que tous les rouages du gouvernement correspondissent à un centre unique, ainsi que le souverain le dit luimême, il fallait réformer les divers règlements devenus inutiles par suite de ces deux décrets, il fallait mettre le conseil des ministres lui-même en rapport avec les nouvelles institutions. Par ce troisième édit, complément des deux précédents, le pape voulant donner à chaque ministère une sphère d'action qui lui fût propre, lui imposa avec l'indépendance une responsabilité qui, en descendant des fonctionnaires les plus élevés jusqu'aux employés les plus subalternes, donnait au gouvernement la garantie générale à laquelle doivent être soumis tous ceux qui concourent à l'administration de la chose publique. Par ce système, le gouvernement présentait, dans son ensemble et dans ses détails, l'application d'une théorie politique, uniforme et rationnelle. Au conseil de ses ministres, le pape adjoignit un corps d'auditeurs composé d'hommes habiles et expérimentés dans le maniement des affaires. Toutes les administrations de l'État se trouvèrent réparties dans les ministères suivants : Les affaires étrangères; l'intérieur; l'instruction publique; le département de grâce et justice; les finances ; le commerce, les beaux-arts, l'industrie et l'agriculture; les travaux publics; la guerre; la police. Les chefs de ces divers ministères composèrent le conseil des ministres et devinrent responsables pour toutes les questions qui regardaient la direction, la marche et l'administration de leurs départements respectifs ; enfin, chaque fonctionnaire subalterne assuma la même responsabilité pour la partie exécutive qui lui fut confiée.

Ce dernier acte, monument de sagesse et fruit de sérieuses méditations inspirées par la prière, couronna magnifiquement la fin de 1847, cette année si belle! si productive, si bien remplie du côté du souverain de l'État, chef visible de l'Église ! Durant cette longue année, la seconde de son pontificat, le caractère du successeur de Grégoire XVI ne s'est pas démenti un seul jour. Si nous examinons ses actes depuis le décret de l'amnistie jusqu'au motu proprio du conseil des ministres, nous les trouvons tous empreints du même langage, du même esprit. Dans chacun d'eux, le pape se révèle tel qu'il est; sa parole devient en quelque sorte l'écho de son âme; souverain paternel, les moyens violents répugnent à la bonté de son cœur; est-il obligé de sévir ? il le fait en père de famille; s'il considère la répression comme un devoir, il la tempère par la miséricorde qu'il regarde comme le plus doux attribut de son autorité. Prince pieusement libéral, Supérieur aux alarmes, aux prières, à l'intimidation des uns, aux caresses, aux flatteries, aux ovations des autres, il ne cède rien à la violence, il accorde volontairement tout ce qui lui paraît équitable, légitime, indispensable dans la mesure des besoins des temps. En même temps que la tendresse de son cœur déborde en bienfaits sur son peuple, sa main vigoureuse, soutenue par le bras de Dieu,

« PrécédentContinuer »