Le déïsme réfuté par lui-même, ou Examen des principes d'incrédulité répandus dans les divers ouvrages de M. Rousseau, en forme de lettres

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 156 - ... que cet événement n'a pu cadrer fortuitement avec la prophétie; car, fût-elle plus précise, plus claire, plus lumineuse qu'un axiome de géométrie , puisque la clarté d'une prédiction faite au hasard n'en rend pas l'accomplissement impossible, cet accomplissement, quand il a lieu , ne prouve rien à la rigueur pour celui qui l'a prédit.
Page 86 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas précisément comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilité sans lesquels il est impossible d'être bon citoyen ni sujet fidèle.
Page 87 - Que si quelqu'un après avoir reconnu publiquement ces mêmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort; il a commis le plus grand des crimes, il a menti devant les lois.
Page 103 - Du sein du plus furieux fanatisme la plus haute sagesse se fit entendre, et la simplicité des plus héroïques vertus honora le plus vil de tous les peuples.
Page 102 - Quand Platon peint son juste imaginaire couvert de tout l'opprobre du crime, et digne de tous les prix de la vertu, il peint trait pour trait JésusChrist : la ressemblance est si frappante, que tous les Pères l'ont sentie, et qu'il n'est pas possible de s'y tromper.
Page 85 - Les sujets ne doivent donc compte au souverain de leurs opinions qu'autant que ces opinions importent à la communauté.
Page 125 - Triomphons quand ils attaquent , ils font fans vigueur en fe défendant. Si vous pefez les raifons , ils n'en ont que pour détruire ; fi vous comptez les voix, chacun eft réduit à la fienne; ils ne s'accordent que pour difputer : les écouter n'étoit pas le moyen de fonir de mon incertitude.
Page 261 - LUI-MESMff. ±77 mal par le même motif , ce n'eft pas à elle que l'on doit s'en prendre ; parce que, loin de porter au mal , elle le défend. Vous me direz que ces maux viennent de l'intolérance, que nous prétendons être un devoir de Religion. Mais je vous ai montré que la Religion même naturelle eft intolérante dans certains cas ; que ce n'eft donc point un défaut attaché à la révélation , & que la tolérance univerfelle fexoit le plus grand de tous les maux. Il ne vous en a pas coûté...
Page 78 - Religion de l'Evangile : il eft bien vrai que l'Evangile nous enfeigne très-clairement & très-expreflement tous les devoirs ide la Religion naturelle , & que jamais l'on n'a pu les bien apprendre que là. Mais il nous prefcrit d'autres devoirs dont vous ne voulez pas, Mais cette Religion n'ayant nulle relation particuliere avec le corps politique...
Page 94 - Eh! mon ami, reste de toute ta hauteur , tu seras toujours assez près de terre. Dieu veut être adoré en esprit et en vérité : ce devoir est de toutes les religions , de tous les pays, de tous les hommes. Quant au culte extérieur , s'il doit être uniforme pour le bon ordre , c'est purement une affaire de police; il ne faut point de révélation pour cela.

Informations bibliographiques