Avis

Commentaires des utilisateurs

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Des Hommes Des Femmes, inerties et métamorphoses anthropologiuques.., notre relecture de "Femme et mythe" prélude au colloque du Lestamp Nantes 28-30 juin 2012. C'est le livre savant le plus courageux jamais écrit par un anthropologue, des dérives de l'esprit humain sur une possible ou réelle dédifférenciation des sexes, sur le féminisme niveleur, le transexualisme boucher bien qu'il n'en éprouvât que les prodromes. C'est un maître livre à côté du Pierre Legendre "De la société comme texte", pour résister à la "débandade de la raison" active dans l'idéologie du genre (qu'il pressent avant la lettre), l'homosexualisme dont il a montré l’abusive annexion de la pseudo homosexualité grecque, cette sublimation éducative de la sexualité prégénitale exaltant la créativité de l'adolescence clé du « miracle grec ». Il induit d'une vaste culture de ses mythes sa thèse de la nécessité d'une contrainte sociale pour que hommes et femmes acceptent leur altérité réciproque en vivant une génitalité sublimée en amour, et ainsi concevoir, fondant à la fois l'humanisation différenciée des enfants, de leur société et sa possibilité de survie. ("Ethnopsychanalyse complémentariste" Flammarion). La valorisation sociale indifférenciée de.l’omoios, le même, dans l’homosex, avec l’altérité éprouvée entre sexes, rejoint d''une façon (grosse de haine) le désir mimétique de R Girard qu'il ignore, au risque de la désymbolisation, de la déshumanisation de l'espèce réduite à la parthénogénèse fantasme montant, de la désindividuation des adultes, du délitement de l'altérité dont le concert sexué est matrice essentielle d'une éducation "normale". A l'encontre du relativisme absolu il a démontré la nécessité anthropologique du concept de normalité, in "Essais d'ethnopsychiatrie générale," Gallimard, son chef d’oeuvre. Il éclaircit, dans Femme et mythe (à compléter par "Baubo, La vulve mythique"), la vérité (en la situation infantile universelle) et la mystification (comme projection idéologique pseudo savante d'un désir d'inversion aliénée) d'un matriarcat primitif. Le plus sidérant, relativement à l'interdit de parole qui règne de nos jours sur la nécessité anthropologique de la sexuation, est sa condamnation sans appel d'un féminisme, nivelant au nom du « droit ». Personne n'a été aussi loin, voire n’oserait quand triomphe le l'anarcholibéralisme délirant en la "souveraineté du fantasme" dans le domaine des formes de vie liées à la mondialisation :"Le droit est le masque impersonnel de la haine globalisante, alors que la justice est la substance même de l'amour différencié. Le Mouvement de libération des femmes, qui prétend être en quête de droit, ne trouvera que l'injustice et l'anéantissement de la femme - et de l'homme aussi. La justice envers soi-même s'acquiert à travers celle que l'on accorde à l'autre avec amour". Son introduction reste un rempart à la contemporaine barbarie de la toute puissance, d’une humanité, -dit-il-, nous dirions en 2012, d'oligarchies vautrées dans le nihilisme d'une culture vidée du sens, qui ne s'orienterait qu'entre la technologie, le marché (sans sol), et l’antihumanisme. La toute puissance (ubris) sur les formes de vie et d'engendrement d'humains, la fabrique de son sexe comme une vulgaire prothèse, sans parler de l'avortement eugéniste virtuellement racial et le plus souvent sexiste, l’euthanasie (achèvement "doux" du national-socialisme?), sont pour nous l'expression du processus même de la mondialisation dans l'ordre la grande déculturation et du déni de la vie. G Devereux ne pouvait nommer tout cela mais il en balise les prémisses. Est-il "daté" ou prophète ?. Jacky Réault Lestamp, UPJV 

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

N'étant pas très fan d'essais, je l'ai quand même lu. Et quelle surprise lorsque je ne l'ai pas du tout trouvé ennuyeux mais absolument passionnant ! J'ai trouvé ce livre très enrichissant. Il m'a permis de jeter un nouveau regard sur les mythes grecs. Bon d'accord il est un peu " à la Freud " mais il reste néanmoins très axé sur la traduction des mythes.
A lire si vous aimez la Mythologie.
 

Tous les commentaires - 2
5 étoiles - 0
4 étoiles - 0
3 étoiles - 0
2 étoiles - 0
1 étoile - 0

Tous les commentaires - 2
Commentaires éditoriaux - 0

Tous les commentaires - 2