Exposition de la doctrine de Leibnitz sur la religion (ouvrage latin inédit, et tr. en françois) avec un nouveau choix de Pensées sur la religion et la morale, extraites des ouvrages du mème auteur par m. Emery ...

Couverture
Tournachon-Molin et H. Seguin, 1819 - 439 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 138 - ... Imagines porro Christi, Deiparae Virginis et aliorum Sanctorum, in templis praesertim habendas et retinendas, eisque debitum honorem et venerationem impertiendam, non quod credatur inesse aliqua in iis divinitas vel virtus, propter quam sint colendae, vel quod ab eis sit aliquid petendum, vel quod fiducia in imaginibus sit figenda, veluti olim fiebat a gentibus, quae in idolis spem suam collocabant (cf. Ps 134, 15 ss): sed quoniam honos, qui eis exhibetur, refertur ad prototypa, quae illae repraesentant...
Page 203 - Jésus-Christ et nécessaires au salut du genre humain , quoiqu'ils ne le soient pas tous pour chaque homme en particulier; savoir, le baptême , la confirmation , l'eucharistie, la pénitence, l'extrêmeonction , l'ordre et le mariage...
Page 140 - Illud vero diligenter doceant episcopi, per historias mysteriorum nostrae redemptionis, picturis vel aliis similitudinibus expressas, erudiri et confirmari populum in articulis fidei commemorandis et assidue recolendis; tum vero ex omnibus sacris imaginibus magnum fructum percipi, non solum quia admonetur populus beneficiorum et munerum, quae a Christo sibi collata sunt, sed etiam, quia Dei per sanctos miracula et salutaria exempla oculis fidelium subiiciuntur, ut pro iis Deo gratias agant, ad sanctorumque...
Page 427 - Une, la justice n'est autre chose que la charité du sage. Que la charité est une bienveillance universelle, dont le sage dispense l'exécution, conformément aux mesures de la raison, afin d'obtenir le plus grand bien. Et que la sagesse est la science de la...
Page 422 - ... ma conduite; car rien ne m'a rassuré et confirmé davantage dans mes premiers sentiments que de voir que ces hommes en réputation d'être si redoutables, non seulement n'avoient pu m'ébranler, mais n'avoient servi qu'à me faire voir plus à fond la vérité, et à m'inspirer la confiance que je l'avois trouvée. Le poète l'a dit : Quelquefois deux poisons mêlés ensemble deviennent un remède. Et cum fata volunt , bina venena juvant...
Page 396 - Ce langage mystique du père n'étoit donc point nécessaire; mais je trouve qu'il est utile, car il nous fait mieux envisager notre dépendance de Dieu. Il semble même que Platon parlant des idées, et saint Augustin parlant de la vérité , ont eu des pensées approchantes , que je trouve fort raisonnables , et c'est la partie du système du...
Page 396 - ... d'avoir changé de termes et d'avoir donné aux idées une signification plus relevée, en les distinguant des notions et en les prenant pour des perfections qui sont en Dieu, auxquelles nous participons par nos connoissances.
Page 91 - Puto tamen, verbis rite explicatis, nullam reprehendendi causam superfore. Sciendum igitur est obligationem et jus nobis respectu Dei, non nisi analogia quadam tribui. Omnia enim Dei sunt, quia creavit et conservat, et solus sapienter gubernare potest. Itaque ex ipsa vi summae perfectionis , sive summae sapientiae ac potentiae, Deus naturaliter omnium envers Dieu, lorsqu'il s'est acquitté à l'extérieur de quelques pratiques usitées , avec cette froide habitude qui ordinairement n'est accompagnée...
Page 89 - ... de s'interdire tous les plaisirs et jusqu'aux douceurs de la conversation et de la société pour vaquer à la contemplation des vérités surnaturelles , et aux méditations divines ; de se dévouer à l'éducation de la jeunesse , pour lui donner le goût de la science et de la vertu ; d'aller porter des secours aux malheureux...
Page 87 - Itaque fateor mihi semper religiosos ordines piasque confraternitates, ac societates, aliaque hujusmodi laudabilia instituta, mire probata fuisse : sunt enim quasi cœlestis quaedam militia in terris, si modo, remotis depravationilms et abusibus, secundum instituta fundatorum regantur, et a summo Pontifice in usum universalis Ecclesiae temperentur.

Informations bibliographiques