Images de page
PDF
ePub

aci , y1 , z1 , u, étant les coordonnées courantes. Identifions ces deux équations, on a :

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Ces trois équations déterminent les coordonnées des points de contact. Le nombre de leurs solutions communes fournira la troisième caractéristique p.

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

On a d'abord, comme on l'a dit plus haut, p = 1 .
Écrivons l'équation sous la forme plus simple :

[ocr errors][ocr errors]

et cherchons la deuxième caractéristique v.
Coupons les surfaces du système par un plan quelconque :

(8)

[ocr errors]

Remplaçons dans l'équation (8), puis faisons z = 1, dz = o . On trOuVe :

[ocr errors]

On suppose dans cette équation u remplacé par sa valeur en

0C, 4/, 3 . On voit bien aisément que le nombre des solutions communes

à l'équation précédente et aux deux suivantes :

- dy _ y px - z , dx - p est égal à trois. Donc y = 3. Cherchons enfin le nombre des surfaces du système tangentes

[ocr errors]

En appliquant la méthode indiquée précédemmment, on est conduit à résoudre les équations suivantes :

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Mais les coordonnées ac, y, z, u doivent satisfaire à l'équation du plan : Ax + By + Cz + Du = o .

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

qui est du troisième degré; et comme à chaque valeur de ) correspond un système unique de valeurs pour ac, y, z, u, on en conclut que p = 3. Donc le système de surfaces défini par l'équation (7) a pour caractéristiques p = 1 , w = 3 , 2 = 3 .

Or ce système comprend des surfaces algébriques et des surfaces transcendantes; donc toutes les propriétés des systèmes de surfaces qui ne dépendent ni de l'ordre, ni de la classe, ni du rang de cette surface sont applicables aux surfaces définies par l'équation différentielle.

11 serait aisé d'ailleurs d'intégrer cette équation ; on trouverait:

x 6 v s s

x y< z u + kw zz o ,

h désignant une constante. On voit que si a, p, f, 5 sont des nombres commensurables, on aura un système de surfaces algébriques. Dans le cas contraire, on aura des surfaces transcendantes. Mais, et c'est là le point sur lequel nous insistons, il n'est pas nécessaire d'intégrer l'équation pour déterminer les caractéristiques, et par conséquent pour énoncer immédiatement un grand nombre de propriétés communes à toutes les surfaces du système.

Nous nous réservons de revenir plus tard sur cette relation remarquable qui existe entre les équations différentielles totales et les systèmes de surfaces.

Pour terminer cette étude, nous dirons quelques mots d'une relation remarquable qui a été établie par M. Fouret entre les équations aux dérivées partielles du premier ordre et les surfaces qui dépendent de deux paramètres. On sait, en effet, qu'une équation, telle que f(x, y, z, a, b) zz o, dans laquelle a et b désignent deux paramètres arbitraires, conduit à une équation aux dérivées partielles du premier ordre qui exprime une propriété géométrique commune à toutes ces surfaces. Réciproquement, toute équation aux dérivées partielles du premier ordre peut être considérée comme représentant une famille de surfaces en nombre doublement infini, et on conçoit à priori que l'on puisse, au moyen de l'équation aux dérivées partielles proposée, découvrir un certain nombre de propriétés géométriques communes à toutes ces surfaces. Nous dirons, avec M. Fouret, que toutes ces surfaces forment un implexe.

On démontre que les propriétés des surfaces d'un implexe dépendent seulement de deux caractéristiques, qui sont : 1° la classe du cône enveloppe des plans tangents menés en un point à toutes les surfaces qui passent par ce point ; 2° le lieu des points de contact des surfaces avec un plan donné. Soient 0 et , ces deux caractéristiques. Elles s'échangent lorsque l'on transforme les surfaces par le principe de dualité; ce que l'on voit bien aisément en introduisant les coordonnées homogènes dans l'espace, comme l'a fait M. Darboux à la fin de son beau Mémoire sur les Solutions singulières des équations aux dérivées partielles du premier ordre.

[ocr errors]

l'équation du plan tangent à une surface au point &1, æ2, x3, æ, . On aura les équations de condition :

[ocr errors]

Toute équation aux dérivées partielles du premier ordre de la forme :

[ocr errors]

d' étant homogène entre les variables x1 , x2, x3, xi et aussi entre les variables m1, m2, m3, m4 .

[ocr errors]

L, M, N, R représentant des fonctions linéaires de x, y, z. La substitution précédente remplacera L, M par des polynômes homogènes et linéaires en x1 , x2, x3 , xi , et px + qy z, p, q par les rapports de trois des coefficients m1 , m,, ma , m4 au quatrième; de sorte que l'équation deviendra :

[ocr errors]

L,, M|, ... étant, des fonctions linéaires et homogènes de x,,

Sous la forme (1), on voit que l'enveloppe des plans tangents à toutes les surfaces qui passent par un point sera un cône dont la classe sera égale au degré du polynôme <1> relativement aux variables m,, mit ... et que le lieu des points de contact des surfaces avec un plan donné dont les coordonnées sont mt, w2, m3, m4 est une courbe dont le degré est égal à celui du polynôme <I> en a;,, œ2, ...

Ainsi, dans l'exemple précédent, les deux caractéristiques de l'implexe sont égales à l'unité 0 = 1, ç zz 1.

Cela posé, nous allons montrer comment certaines propriétés des surfaces d'un implexe s'expriment au moyen des caractéristiques de l'implexe.

Théorème I. — Le lieu des points de contact des plans tangents menés par une même droite D à toutes les surfaces d'un implexe ( 0, 9 ) est une surface d'ordre 0 + ?, dont 0 nappes passent par D.

La droite D est multiple d'ordre 0; car si l'on considère un point quelconque sur D et le cône 8 passant par ce point, parla droite D on peut mener 8 plans tangents à ce cône; donc D est multiple d'ordre 0, puisque par chaque point de D on peut mener par cette droite 8 plans tangents aux surfaces.

Considérons, en outre, un plan quelconque conduit par D; la courbe ep coupe D en ç points. Donc ç points isolés appartenant à d'autres nappes de la surface sont situés sur D. Le lieu est donc d'ordre 8 + ?.

Il est aisé de démontrer ce théorème analytiquement. Soit:

(1) . <i.zzo, l'équation aux dérivées partielles;

(2) m,x, + rn^Xt + m3x3 + m4a;4 =r. 0 ,

l'équation du plan tangent au point xt x.t x3 xk. En écrivant que ce plan passe par une droite donnée ou par

« PrécédentContinuer »