Almanach des muses

Couverture
Claude Sixte Sautreau de Marsy, Charles-Joseph Mathon de La Cour, Vigée (M., Louis-Jean-Baptiste-Étienne), Marie Justin Gensoul
Chez Delalain, 1772
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 42 - Hier sur un bûcher, demain sur un autel. Le jeune Antinous eut autrefois des prêtres. Nous rions maintenant des mœurs de nos ancêtres; Et qui rit de nos mœurs ne fait que prévenir Ce qu'en doivent penser les siècles à venir.
Page 17 - Tyran de ma pensée , assassin de mon corps , Tu peux bien empêcher tes malades de vivre, Tu peux les tuer tous, mais non pas un bon livre. Tu les brûles, Jérôme; et de ces condamnés La flamme, en m'éclairant, noircit ton vilain nez 4.
Page 82 - SUR UNE STATUE DE NIOBÉ. Le fatal courroux des dieux Changea cette femme en pierre; Le sculpteur a fait bien mieux, II a fait tout le contraire.
Page 66 - Vivent nos superbes rivages, Nos mœurs, nos arts et nos^ écrits! Que je vous plains , mes chers sauvages De n'avoir jamais vu Paris ! Nous fûmes quelque temps volages, De cent bagatelles charmés; Assis enfin au rang des sages , Nous avons changé nos usages , Et les enfans se sont formés. Nous brisons le hochet frivole De la légère illusion; Des riens le char doré s'envole , Et la nation la plus folle Tient le sceptre de la...
Page 151 - L'affreux dégât , le viol équivoque , Qu'Agnès redoute , & dont Barbe fe moque ; L'ardente foif du fang & du butin ; Tant d'autres maux ; le facrilége enfin , Péché mignon des ames fcélérates.
Page 151 - Tout fut pillé. Notez que les vauriens N'étoient pourtant juifs ni turcs , mais chrétiens , En qui peut-être eût agi le fcrupule , S'ils n'avoient pas dans plus d'une cellule, Trouvé de quoi fe dire : eh , ventrebleu...
Page 127 - Ee papillon,. de la Rofe, Reçoit le premier foupir; Le foir, un peu plus éclofe» Elle écoute le zéphir. Jouir de la même chofe , C'eft enfin ne plus jouir. Apprenez de ma Fauvette Qu'on fe doit au changement; Par ennui d'être feulette, Elle eut Moineau pour amant; C'eft fûrcmcnt être adroite, Et fe pourvoir joliment.
Page 89 - Branlant cinq à six fois sa tête octogénaire, Montre qu'il va parler, parle enfin tout de bon : Quoi ! Vous riez, dit-il aux gens de son village, Quand ce marmot croit voir remonter le rivage ? Examinons un peu : Sommes-nous moins...
Page 87 - Savants promoteurs des moissons, Ouvrez-moi votre temple, Non pour y dicter des leçons, Mais pour servir d'exemple. Je fus un grand agriculteur De vingt ans à cinquante ; Aujourd'hui, de cultivateur Je suis devenu plante. Mais plante des lointains pays, Délicate étrangère, A qui l'on accorde à Paris Les honneurs de la serre. Là, plus choyé que le jasmin Que le lis et la rosé, De bouillon, de sucre et de vin, Tour à tour on m'arrose.
Page 153 - Moïfe auffi coup fur coup le fuftige. Le Chef repart : Qu'on ait tort ou raifon ; Ramez , Faquins ! •belle comparaifon De fouet à fouet! la Verge de Moïfe, Et le Cordon de Saint-François d'Affife ! Trois jours avoient coulé fans accidens.

Informations bibliographiques