Les mœurs des Israélites et des Chrétiens

Couverture
A. Mame, 1867 - 275 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 18 - Or, il ne faut point recourir ù la république de Platon pour trouver des hommes en cet état : c'est ainsi qu'a vécu la plus grande partie du monde pendant près de quatre mille ans.
Page 236 - De là on passait dans une cour environnée de galeries couvertes, à qui l'on donnait d'ordinaire le nom grec de péristyle; et c'est justement le cloître, où l'on entre de l'église, et d'où l'on entre dans les autres pièces, comme le chapitre qui est...
Page 260 - Ils auraient compté pour rien l'oraison mentale ; mais ils voyaient bien que l'on priait, quand on récitait des psaumes. Enfin ils ne pouvaient douter que ces saints n'aimassent leur prochain, puisqu'ils faisaient pénitence pour les autres. Touchés de tout cet extérieur, ils devenaient plus dociles, ils écoutaient ces prêtres et ces moines, dont ils admiraient la vie , et plusieurs se convertissaient.
Page 18 - Cependant, quand nous comparons ensemble tous ces différents degrés de conditions, nous mettons au dernier rang ceux qui travaillent à la campagne; et plusieurs estiment plus de gros bourgeois inutiles, sans force de corps, sans industrie, sans aucun mérite, parce qu'ayant plus d'argent ils mènent une vie plus commode et plus délicieuse. Mais si nous imaginions un pays où la différence des conditions ne fût...
Page 170 - Le prélat faisait une exhortation pour les avertir qu'il allait les chasser pour un temps de l'église, comme Dieu chassa Adam du paradis pour son péché, leur donnant courage, et les animant à travailler, dans l'espérance de la miséricorde de Dieu. Ensuite il les mettait, en effet, hors de l'église, dont les portes étaient aussitôt fermées devant eux.
Page 197 - grande cuve de marbre ou de porphyre, comme une » baignoire et enfin on se réduisit à un bassin , comme » sont aujourd'hui les fonts. Le baptistère était orné » de peintures convenables à ce sacrement et meublé » de plusieurs vases d'or et d'argent, pour garder les » saintes huiles et pour verser l'eau. Ceux-ci étaient » souvent en forme d'agneaux ou de cerfs , pour repré...
Page 194 - ... c'étaient ces sépulcres des martyrs que l'on appelait mémoires ou confessions. Elles étaient sous terre, et on y descendait par-devant l'auteL Il demeurait nu hors le temps du sacrifice , ou seulement couvert d'un tapis, et rien n'était posé immédiatement dessus ' ; depuis on l'environna de quatre colonnes aux quatre coins, soutenant une espèce de tabernacle qui couvrait tout l'autel, et que l'on nommait ciboire à cause de sa figure, qui était comme une coupe renversée : car les anciens...
Page 180 - De distance en distance sont des chambres spacieuses, voûtées et hàlies avec la même solidité, et percées de plusieurs niches semblables à celles des rues. La plupart de ces chambres sont peintes de diverses histoires de l'ancien et du nouveau Testament, comme les églises l'étaient; et en quelques-uns de ces cimetières il ya des églises souterraines. En plusieurs on a trouvé des coffres de marbre ornés de figures de relief, qui représentent les mêmes histoires que les peintures : c'étaient...
Page 11 - E le est sans doute la plus ancienne, puisqu'il est plus aisé de dresser des tentes que de bâtir des maisons, et elle a toujours passé pour la plus parfaite, comme attachant moins les hommes à la terre '. Aussi elle marquait mieux l'état des patriarches, qui n'habitaient cette terre que comme voyageurs, attendant les promesses de Dieu, qui ne devaient s'accomplir qu'après leur mort. Les premières villes dont il soit parlé furent bâties par des méchants, par Caïn...
Page 204 - Il est vrai, ces saints évêques ne prétendaient point être orateurs, ni faire des harangues; ils prétendaient parler familièrement, comme des pères à leurs enfants, et des maîtres à leurs disciples. C'est pour cela que leurs discours se nommaient homélies en grec, et en latin sermons, c'est-à-dire entretiens familiers. Ils cherchaient à instruire en expliquant...

Informations bibliographiques