Images de page
PDF
ePub

ALCESTK.
Non, il m'est impossible.

CÈLIMÈNR.
Hé bien ! allez, sortez, il vous est tout loisible.

SCÈNE V.

ÉLIANTE, PHILINTE, ACASTE, CLITANDRE,

ALCESTE, CÉLIMÈNE, BASQUE.

ÉLIANTE, à Célimène.
Voici les deux marquis qui montent avec nous.
Vous l'est-on venu dire ?

ÇELIMÉNE.

( à Basque. )

Oui. Dus sièges pour tous. ( Basque donne des sièges , ct sort.)

( à Alceste.) Vous n'êtes pas sorti?

ALCESTE.

Non; mais je veux, madame, Ou pour eux, ou pour moi, f'aire expliquer votre âme.

CÉLIMÈNE. Taisez-vous.

ALCESTE.

Aujourd'hui , vous vous expliquerez.

CÉLIMÈNE, Vous perdez le sens.

Point. Vous vous déclarerez,

CÉLIMÈNE. Ah !

ALCESTE.

ALCESTE,

Vous prendrez parti.

CÉLINÈNE.

Vous vous inoquez, je pense.

ALCESTB.

CLITANDRB.

[ocr errors]

ACASTE.

Non: mais vous choisirez. C'est trop de patience.
Parhleu! je viens du Louvre, où Cléonte, au levé,',
Madame, a bien paru ridicule achevé.
N'a-t-il point quelque ami qui pât sur ses manières
D'un charitable avis lui prêter les lumières ?

CÉLIMÈNE.
Dans le monde, à vrai dire, il se barbouille fort :
Partout il porte un air qui saute aux yeux d'abord,
Et lorsqu'on le revoit après un peu d'absence,
On le retrouve encor plus plein d'extravagance.
Parbleu! s'il faut parler de gens extravagants,
Je viens d'en essuyer un des plus fatigants;
Damon le raisonneur, qui m'a, ne vous déplaise ,
Une heure au grand soleil tenu hors de ma chaise.

CÉLIMÈNE, C'est un parleur étrange, et qui trouve toujours L'art de ne vous rien dire avec de grands discours : Dans les propos qu'il tient on ne voit jamais goutte; Et ce n'est que du bruit

que tout ce qu'on écoute.

ÉLIANTE, à Philinte. Ce début n'est pas mal ; et contre le prochain La conversation prend un assez bon train. Timanthe encor, madame, est un bon caractère.

CÉLIMÈNE. C'est, de la tête aux pieds, un homme tout mystère, Qui vous jette, en passant, un coup d'eil égaré, Et , sans aucune affaire, est toujours affairė. Tout ce qu'il vous débite en grimaces abonde; A force de façons il assomme le monde; Sans cesse il a tout bas, pour rompre l'entretien, Un secret à vous dire , et ce secret n'est rien; De la moindre vétille il fait une merveille , Et, jusques au bon jour , il dit tout à l'oreille. El Géralde, madame ?

CLITANDRE.

A CASTE.

CLITANDRE.

CÉLIMÈNE.

O l'ennuyeux conteur ! Jamais on ne le voit sortir du grand seigneur. Dans le brillant commerce il se mêle sans cesse, Et ne cite jamais que duc, prince, ou princesse. La qualité s'entête, et tous ces entretiens Ne sont que de chevaux, d'équipage et de chiens : Il tutoie, en parlant , ceux du plus haut étage, Et le nom de monsicur est chez lui hors d'usage. On dit qu'avec Bélise il est du dernier bien.

CÉLEMÊN B. Le pauvre esprit de femme, et le sec entretien ! Lorsqu'elle vient me voir , je souffre le martyre : Il l'aut suer sans cesse à chercher que lui dire; Et la stérilité de son expression Fait mourir à tous coups la conversation. En vain , pour attaquer son stupide silence, De tous les lieux communs vous prenez l'assistance; Le beau temps et la pluie, et le froid et le chaud, Sont des fonds qu'avec elle on épuise bientôt. Cependant sa visite, assez insupportable, Traîne en une longueur encore épouvantable; Et l'on demande l'heure , et l'on bâille vingt fois, Qu'elle s'émeut autant qu'une pièce de bois. Que vous semble d'Adraste ?

CÉLIMÈNE.

Ah! quel orgueil extrême ! C'est un homme gonflé de l'amour de soi-même : Son mérite jamais n'est content de la cour; Contre elle il fait métier de pester chaque jour; Et l'on ne donne emploi, charge, ni bénéfice, Qu'à tout ce qu'il se croit on ne fasse injustice.

CLITANDRE.
Mais le jeune Cléon, chez qui vont aujourd'hui
Nos plus honnêtes gens, que dites-vous de lui?

CÉLIMÈNE.
Que de son cuisinier il s'est fait un mérite.

ACASTE,

PHILINTE.

Et que c'est à sa table à qui l'on rend visitc.

ÉLIANTE.
Il prend soin d'y servir des mets fort délicats.

CÉLIMÂNE.
Oui; mais je voudrois bien qu'il ne s'y servit pas :
C'est un fort méchant plat que sa sotie personne,
Et qui gåte, à mon goût , tous les repas qu'il donne!
On fait assez de cas de son oncle Damis ;
Qu'en dites-vous, madame?

CÉLIMÈNE.

Il est de mes amis.

PHILINTE. Je le trouve honnête homme, et d'un air assez sage.

CÉLIMÈNE Oui; mais il veut avoir trop d'esprit, dont j'enrage. Il est guindé sans cesse; et, dans tous ses propos, On voit qu'il se travaille à dire de bons mots. Depuis que dans la tête il s'est mis d'être habile, Rien ne touche son goût, tant il est difficile ! Il veut voir des défauts à tout ce qu'on écrit , Et pense que louer n'est

pas

d'un bel esprit, Que c'est être savant que trouver à redire, Qu'il n'appartient qu'aux sots d'admirer et de rire, Et qu'en n'approuvant rien des ouvrages du temps Il se met au-dessus de tous les autres gens. Aux conversations même il trouve à reprendre : Ce sont propos trop bas pour y daigner descendre; Et, les deux bras croisés, du haut de son esprit Il regarde en pitié tout ce que chacun dit. Dieu me damne! voilà son portrait vérilable.

CLITANDRE, à Célinnéne. Pour bien peindre les gens vous êtes admirable. Allons, ferme! pousser, mes bons amis de conr. Vous n'en épargnez point, et chacun a son tour : Cependant aucun d'eux à ros yeux ne se montre Qu'on ne vous voie en kate aller à sa rencontre.

ACASTE.

ALCESTE.

CLITANDRE.

blesse,

ALCESTE.

PHILINTE.

Lui présenter la main, et d’un baiser latteur
Appuyer les serments d'etre son serviteur.
Pourquoi s'en prendre à nous? Si ce qu'on dit vous
Il faut que le reproche à madame s'adresse.
Non, morbleu ! c'est à vous; et vos ris complaisants
Tirent de son esprit tous ces traits médisants.
Son humeur salyrique est sans cesse nourrie
Par le coupable encens de votre flatterie;
Et son cæur à railler trouveroit moins d'appas.
S'il avoit observé qu'on ne l'applaudit pas
C'est ainsi qu'aux flatteurs on doit partout se prendre
Des vices où l'on voit les humains se répandre.
Mais pourquoi pour ces gens un intérêt si grand ,
Vous qui condamneriez ce qu'en eux on repreod?

CÉLIMÈNE.
Et ne faut-il pas bien que monsieur contredise ?
A la commune voix veut-on qu'il se réduise,
Et qu'il ne fasse pas éclater en tous lieux
L'esprit contrariant qu'il a reçu des cieux ?
Le sentiment d'autrui n'est jamais pom lui plaire :
Il prend toujours en main l'opinion contraire ;
Et penseroit paroitre un homme du commun
Si l'on voyoit qu'il fut de l'avis de quelqu'un.
L'honneur de contredire a pour lui tant de charmes,
Qu'il prend contre lui-même assez souvent les armes,
Et ses vrais sentiments sont combattus par lui
Aussitôt qu'il les voit dans la bouche d'autrui.
Les rieurs sont pour vous, madame, c'est tout dire ;
Et vous pouvez pousser contre moi la salyre."
Mais il est véritable aussi que votre esprit
Se gendarme toujours contre tout ce qu'on dit ;
Et

que, par un chagrin que lui même il avoue, Il ne sauroit souffrir qu'on blame ni qu'on loue.

ALCESTR.

PULLINTE.

« PrécédentContinuer »