Recherches sur le patois de Franche-Comté, de Lorraine et d'Alsace

Couverture
Deckherr, 1828 - 150 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 12 - Quand, enfin, on voit aujourd'hui de ses propres yeux ces langues vivantes ornées d'un article qu'elles n'ont pu prendre de la latine, où il n'y en eut jamais, et diamétralement opposées aux constructions...
Page 13 - ... l'égard du latin. Si nous tenons du latin un grand nombre de mots, nous n'en tenons pas notre syntaxe, notre construction, notre grammaire, notre article le, la, les, nos verbes auxiliaires, l'indéclinabilité de nos noms...
Page 12 - J'avoue bien qu'elles en ont tiré une grande partie de leurs richesses; mais je nie qu'elles lui soient redevables de leur naissance. Ce n'est pas aux emprunts ni aux étymologies qu'il faut s'arrêter pour connaître l'origine de la parenté des langues ; c'est à leur génie, en suivant pas à pas leurs progrès et leurs changements.
Page 82 - Beau chevalier, tant m'est chère votre honorable « seigneurie , que chaque jour je m'effraie : hélas ! « malheureux , que ferai-je , si celle qui m'est plus « chère me tue, je ne sais pourquoi? Madame, par « la foi que je vous dois, et par le chef sainte Qui« tère (i), mon cœur vous m'avez arraché, et, par •
Page 13 - Au contraire, le génie, indépendant des organes par conséquent moins susceptible d'altération et de changement, se maintient au milieu de l'inconstance des mots, et conserve à la langue le véritable titre de son origine.
Page 25 - Patois qu'on a donné a cette langue wallone ou gallique, parait venir du mot thiois qui servait à nommer sous les deux premières races, le langage rude et grossier que les Francs avaient apporté dans les Gaules.
Page 54 - Gaules ils pouvaient venir; mais je pencherais à croire qu'ils venaient des bords du Rhin, et que la troupe qu'ils avaient conduite en Italie était composée d'une grande partie de...
Page 65 - Archia, que le grec se lit chez toutes les nations, mais que le latin est resserré dans ses limites et certes , ajoute-t-il, dans des limites trèsétrcites.
Page 23 - Galliijue était déjà un latin corrompu et que c'est celle que dans la suite on appela Romane ? On se tromperait sans doute, puisque dès le second siècle de notre ère on...
Page 2 - Roman-Bra» bant, à cause de la différence du langage , > car les autres Brabançons parlent thiois — » Et ceux-ci parlent le vieil langage gallique ï que nous apellons Wallon ou Romand , et » en usons en Hainaut Cambresis , Artois, » Ramur , Liège . Lorraine , Ardennes et en » Roman-Brabant, et est beaucoup différent du

Informations bibliographiques