Lettres édifiantes et curieuses: écrites des missions étrangéres, Volume 19

Couverture
Noel-Etienne Sens, 1811

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 121 - ... débauche et se livrera à la volupté. Enchaîné par les liens honteux de ses passions , il ne voudra ou ne pourra plus s'en dégager. Quelle est la source de ce désordre ? Le défaut d'éducation de la part des parens (2) ; le défaut d'obéissance de la part des jeunes gens. Maintenant que je suis établi votre gouverneur pour entretenir parmi vous le bon ordre , il est de mon devoir de vous donner des marques de mon zèle sincère et désintéressé , et de mon amour juste et tendre pour...
Page 206 - Vous serez peut-être surpris que je vous envoie de si loin un traité d'anatomie , un cours de médecine , et des questions de physique écrites en une langue qui sans doute vous est inconnue; mais votre surprise cessera quand vous verrez que ce sont vos propres ouvrages que je vous envoie habillés à la tartare...
Page 63 - Il ne savoit rien de ce qui se dit de cet animal et du serpent , et je me donnai bien de garde de lui en parler ; mais j'étois fort attentif à sa contenance : il prit du chevreuil comme les autres , avec intention d'en manger ; mais à peine en eut-il porté un morceau à la bouche , qu'il sentit un soulèvement de cœur extraordinaire , et qu'il refusa d'y toucher davantage ; les autres en mangeoient volontiers, et il fut le seul qui témoigna de la répugnance pour cette sorte de mets. LETTRE...
Page 275 - ... renfermées dans les trois principaux fondemens , » dans les cinq sortes de devoirs , et dans le code » de nos lois. Par exemple , l'obéissance filiale ne » consiste pas précisément à nourrir délicatement » son père et sa mère ; on peut , avec des vivres » ordinaires et grossiers , leur procurer une vie » douce ; mais à la mort de son père et de sa mère , » un fils doit pleurer , gémir , se lamenter , prépa...
Page 138 - Empereur étant de garder toujours une conduite soutenue , uniforme et invariable , lorsqu'une fois , pour de bonnes raisons , il a pris son parti. Sa politique est de tenir ses enfans dans une parfaite dépendance. D'ailleurs le prince héritier a été privé avec trop d'éclat de son droit à la couronne. On croit qu'il a jeté les yeux sur le fils de ce prince, qui a neuf à dix ans. Le...
Page 133 - Voilà divers traits de miséricorde , que la raison et le sentiment naturel inspirent à des infidèles : ces œuvres , toutes louables qu'elles sont , n'ont point pour principe la vraie charité ; aussi toute leur récompense se borne-t-elle à l'estime des hommes , et à une félicité temporelle. Néanmoins il est étonnant que l'olivier sauvage et inculte produise tant de sortes de fruits , et que l'olivier franc , planté au milieu du christianisme , et arrosé du sang précieux de Jésus-Christ...
Page 239 - Tartare ; niais parce que le papier de la Chine est sans alun • et fort mince", le pinceau chinois est plus commode que la plume. Si cependant on veut écrire avec la plume...
Page 91 - Kla et Tchin: on les appela les petits Kia-tchin. Mon peuple , on a destiné une somme à l'éducation des orphelins de votre ville; c'est là une suite du parfait gouvernement sous lequel nous vivons : je vous exhorte à concourir à cette bonne œuvre; la chair et le sang (3) n'y ont, comme vous savez, nulle part , puisque je n'ai ici ni parens ni alliés. A la vérité, c'est dans la ville où réside la cour, dans les capitales de province , et dans les lieux de grand commerce, que s'exposent...
Page 99 - Jao-tcheou et dans les villes des environs , il s'expose peu d'enfans : les pauvres les mettent pendant la nuit à la porte de l'hôpital; en hiver il ya une espèce de crèche avec du coton; on y met l'enfant, on sonne la cloche et on s'enfuit aussitôt. Le portier accourt et prend l'enfant qu'il remet entre les mains des nourrices. Je viens d'apprendre qu'il ne me sera pas difficile de gagner le portier de l'hôpital de Jaotcheou, et de procurer par ce moyen-là le baptême à plusieurs enfans...
Page 152 - Ces ouvrages étaient commandés par des Marchands de Canton , qui commercent avec les Européens ; car à la Chine on n'est point curieux de porcelaines qui soient d'un si grand prix. XI. On m'a apporté une de ces pièces de porcelaine , qu'on appelle yao -pien on transmutation.

Informations bibliographiques