Collection complete des mémoires relatifs à l'histoire de France depuis le règne de Philippe Auguste: jusqu'au commencement du dix-septièrne siècle avec des notices sur chaque auteur et des observations sur chaques ouvrage. [1e série.], Volume 38

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 438 - ... que de dresser ses pensées et ses actions selon la bonne loy, et se bander du tout à ne la laisser corrompre. Et me suffira de respondre ce que...
Page 353 - Maheustre), suyvant la resolution qu'ils en avoient prise entr'eux plus d'un an devant , ils se barricaderent par toute l'Université, et jusques contre le petit Chastelet : et comme les sentinelles d'un costé de la rue se posoient par les gardes du Roy , Crucé mit des mousquetaires de l'autre. Aussi tost...
Page 275 - Roche-Blond et ces cinq confederez *e gouvernoient et distribuoient leurs instructions aux cœurs de ceux à qui ils avoient parlé selon leur capacité, et les instruisoient de ce qu'ils avoient à faire...
Page 300 - Castelgeloux, contre le sieur de Castelnau, gouverneur de Marmande, dont le vicomte de Turenne dit : « J'ay peur que ceste meschante guerre nous mangera tous , si Dieu n'y met la main.
Page 342 - Geneve (') ; le baron d'Othnaw, avec le reste de ses reistres, porte en Allemagne les nouvelles de la valeur du duc de Guise, qui le poursuivit avec le marquis du Pont jusques aux montaignes Sainct Claude. Ces deux princes voyans que les reistres estoient eschappez de leurs mains, ils tournerent à gauche, et ruinerent le pays du comté de Montbelliard, d'où ils revinrent à Nancy.
Page 306 - Les ioixde ('Estât du royaume ne peuvent estre violées sans révoquer en doute vostre propre puissance et souveraineté. Il ya de deux sortes de loix : les unes sont loix et ordonnances des roys , les autres sont les ordonnances du royaume , qui sont immuables et Inviolables , par lesquelles vous estes monté au throsne royal et à ceste couronne , qui a esté conservée par vos prédécesseurs jusques à vous.
Page 267 - L'on ne cognut que trop la foiblesse de la ligue après qu'ils eurent accordé avec le Roy : plusieurs ont escrit qu'en quatre mois et demy qu'ils furent en armes, que leurs forces avoient esté si petites que tout ce qu'ils purent faire d'hommes de guerre pour mettre en campagne ne monta jamais à plus de mil chevaux et quatre mil hommes de pied , et que le Roy pouvoit dissiper toute ceste ligue en sa naissance, et éviter le malheur qui luy est depuis advenu , s'il eust fait ce qu'il devoit et...
Page 282 - France dans le i5 d'avril i585 : c'estoient toutes belles chimeres pour faire esmouvoir le peuple, et rendre tolerable la prise et la levée des armes de la ligue. Ils firent lors aussi en mesme temps publier et courir par tout le discours de ce qui se passa au cabinet du roy de Navarre lors que M. le duc d'Espernon fut vers luy en l'an...
Page 359 - Seize victorieuse , le Roy hors de Paris, les serviteurs de Sa Majesté contraints de le suivre et leur quitter la place ; tout à un coup ceste grande ville change de face et perd ce lustre de la grandeur royale qu'elle avoit , et l'authorité tombe entre les mains des factieux et du populaire. M. de Guise est respecté et honoré par les Seize comme chef de la ligue, et luy se gouverne par leur conseil : ils se saisissent de la Bastille , de l'Arsenac et des lieux forts; Bussy Le Clerc, simple...
Page 280 - ... de France et de Lorraine, car M. le cardinal de Bourbon se maintenoit estre le plus proche parent du Roy, yssu de masle en masle de la maison de France depuis le roy sainct Loys jusques à aujourd'huy, et M. le duc de Guyse precedoit. en France, soit au conseil, aux assemblées ou aux ceremonies de l'ordre du Sainct Esprit, tous ceux de sa maison , nonobstant que M. le duc de Mercœur prétendis!

Informations bibliographiques