Moines et Nonnes, ou, Histoire, constitution, règle, costume et statistique des ordres religieux, Volume 1

Couverture
G. Fischbacher, 1881
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 248 - Item, aux Frères mendiants, Aux Dévotes et aux Béguines, Tant de Paris que d'Orléans, Tant Turlupins que Turlupines, De grasses soupes jacobines * Et flans leur fait oblation; Et puis après, sous les courtines, Parler de contemplation.
Page 272 - ... la constance de leur cœur, ou qui du moins n'avaient fait que des vœux simples , et à la fin du discours qu'il leur adressait , se tournant vers le peuple , il lui parla en ces termes : « Depuis « bien des années je vous exhorte inutilement « avec douceur, en vous prêchant, en priant et « en pleurant; mais, selon le proverbe de mon « pays, là où la bénédiction ne peut rien, le bâ
Page 260 - Jésus-Christ irrité contre le monde, et sa Mère qui lui présentait deux hommes pour l'apaiser. Il se reconnut pour l'un des deux; mais il ne savait qui était l'autre, et, le regardant attentivement, l'image lui en demeura présente. Le lendemain, dans une église, on ignore laquelle, il aperçut, sous un froc de mendiant, la figure qui lui avait été montrée la nuit précédente ; et, courant à ce pauvre, il le serra dans ses bras avec une sainte effusion, entrecoupée de ces paroles : «...
Page 118 - L'un pétrit dans un coin l'embonpoint des chanoines ; L'autre broie en riant le vermillon des moines : La Volupté la sert avec des yeux dévots , Et toujours le Sommeil lui verse des pavots. Ce soir, plus que jamais, en vain il les redouble.
Page 260 - Il arrive accompagné d'un grand nombre de ses frères. Les Dominicains et les Franciscains , réunis sur deux lignes parallèles, se rendent au maîtreautel de la Minerve, et, après s'être salués réciproquement , les premiers vont au chœur , les seconds restent à l'autel pour y célébrer l'office de l'ami de leur père. Assis ensuite à la même table , ils rompent ensemble le pain qui ne leur a jamais manqué depuis six siècles, et, le repas terminé, le chantre des Frères Mineurs et celui...
Page 260 - ... maître-autel de la Minerve, et, après s'être salués réciproquement, les premiers vont au chœur, les seconds restent à l'autel pour y célébrer l'office de l'ami de leur père. Assis ensuite à la même table, ils rompent ensemble le pain qui ne leur a jamais manqué depuis six siècles ; et, le repas terminé, le chantre des Frères Mineurs et celui des Frères Prêcheurs chantent de concert, au milieu du réfectoire, cette antienne : « Le séraphique François et l'apostolique Dominique...
Page 261 - C'est pourquoi il fut statué que l'office divin se dirait dans l'église, brièvement et succinctement, pour ne pas diminuer la dévotion des frères, ni empêcher l'étude; que les frères en voyage seraient exempts des jeûnes réguliers, si ce n'est pendant l'Avent, à certaines vigiles et le vendredi de chaque semaine ; qu'ils pourraient manger de la chair hors des couvents de l'Ordre ; que le silence ne serait point absolu; que la communication avec les étrangers serait permise , même dans...
Page 253 - Son exemple engagea les maîtres et les élèves de l'université à venir abondamment au secours des malheureux. Une autre fois, voyant une femme, dont le frère était captif chez les Maures, pleurer amèrement de ne pouvoir payer sa rançon, il lui offrit de se vendre pour le racheter : mais Dieu, qui le réservait pour la rédemption spirituelle d'un grand nombre d'hommes, ne le permit pas. Quand le voyageur passe , à la fin de l'automne , dans un pays dépouillé de toutes ses moissons, il...
Page 255 - Dominique , non-seulement demeure intact, mais il est repoussé au loin par les flammes, en présence de toute l'assemblée. On le rejette au feu une seconde et une troisième fois; autant de fois l'événement qui se reproduit manifeste...
Page 252 - Dominique. Sa mère vit en songe le fruit de ses entrailles sous la forme d'un chien qui tenait dans sa gueule un flambeau, et qui s'échappait de son sein pour embraser toute la terre.

Informations bibliographiques