L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volumes 3 à 4

Couverture
1772
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 186 - Des vainqueurs fumants de carnage, . Un peuple au fer abandonné, Des mères pâles et sanglantes Arrachant leurs filles tremblantes Des bras d'un soldat effréné.
Page 189 - Je ne vous en fais point aussi sur ce que vous « êtes brave : c'est une vertu héréditaire dans votre « maison ; mais je me réjouis avec vous de ce que vous «êtes libéral, généreux, humain, et faisant valoir les « services de ceux qui font bien : voilà sur quoi je vous
Page 187 - Montrez-nous, guerriers magnanimes, Votre vertu dans tout son jour : Voyons comment vos cœurs sublimes Du sort soutiendront le retour. Tant que sa faveur vous seconde , Vous êtes les maîtres du monde . Votre gloire nous éblouit: Mais, au moindre revers funeste, Le masque tombe, l'homme reste, Et le héros s'évanouit.* L'effort d'une vertu commune Suffit pour faire un conquérant : Celui qui dompte la fortune Mérite seul le nom de grand.
Page 137 - L'Académie fouliaitoit que cette vérité fût développée dans ,,un tableau général, où fans entrer dans un détail minucieux de la vie ,,de ces princes, on ne mît en ufage que les circonftances, les faits & ,,les anecdotes les plus propres à les...
Page 91 - D'un or fluide a déjà fait un dôme , Et cet arrêt dans l'air eft entendu : Pâris triomphe & Vénus a la pomme.
Page 217 - On se moque hautement de l'amour de la patrie, on tourne en ridicule ceux qui ont soin du public; et quand quelque homme bien intentionné parle de ce que deviendra la postérité, on répond : Alors comme alors. Mais il pourra arriver à ces personnes d'éprouver eux-mêmes les maux qu'ils croient réservés à d'autres.
Page 118 - ... la définit ainsi : Une loi fondamentale de la nature, en vertu de laquelle les parties intégrantes ou...
Page 27 - D'UNE NUIT DU MOIS D'OCTOBRE Ï)ANS LE NORD DE L'ECOSSE, POEME.1 PREMIER BARDE. JUA nuit est triste et sombre , les nuages reposent amoncelés sur les collines : la lune ne paraît point dans les cieux : pas une étoile qui brille. J'entends le bruit sourd et confus des vents dans la forêt lointaine : le torrent murmure tristement au fond du vallon : la chouette glapissante crie au haut de l'arbre qui est auprès de la tombe des morts.
Page 78 - Les doux attraits et les ardens désirs, Les ris , les jeux , le charmant badinage , Les vœux secrets , les détours innocens , Le feint courroux et les agaceries, Pièges adroits qui surprennent les sens, Et livrent l'âme aux douces rêveries.
Page 192 - Horace en tous genres excelle ; De Cythérée exalte les faveurs ; Chante les dieux , les héros , les buveurs ; Des sots auteurs berne les vers ineptes , Nous instruisant par gracieux préceptes , Et par sermons de joie antidotés.

Informations bibliographiques