Notice de la vie et des écrits de George-Louis Le Sage ...

Couverture
Chez J. J. Paschoud, 1805 - 607 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 13 - Mais je serai bien aise de faire voir en ce discours quels sont les chemins que j'ai suivis, et d'y représenter ma vie comme en un tableau, afin que chacun en puisse juger...
Page 48 - Eurêka; jamais je n'ai eu tant de satisfaction que dans ce moment, où je viens d'expliquer rigoureusement, par les simples lois du mouvement rectiligne, celles de la gravitation universelle, qui décroît dans la même proportion que les carrés des distances augmentent, etc.
Page 176 - ... me mettre en état de le satisfaire pleinement. Ce n'est donc point au patron qui peut donner beaucoup que je prends la liberté d'adresser la découverte suivante ; mais au patron qui peut en faire beaucoup d'usage et qui peut juger par lui-même de sa solidité et de son utilité, sans avoir besoin de la communiquer à son conseil.
Page 481 - Si Molière a consulté sa servante, c'est sans doute sur le Médecin malgré lui, sur les saillies de Nicole et la querelle de Sosie et de Cléanthis : mais à moins que la servante de Molière ne fût une personne fort extraordinaire, je parierais bien que ce grand homme ne la consultoit pas sur le Misanthrope, ni sur le Tartufe, ni sur la belle scène d'Alcmène et d'Amphitryon.
Page 244 - ... Et son esprit systématique l'a arrangé en Complot concerté: sentant bien, qu'il ne seroit pas croyable, que tant de Gens lui eussent manqué à la fois, s'ils avoient pensé & agi séparément. Enfin; sans être, comme il le prétend, le meilleur des hommes, il etoit cependant un des meilleurs; Au moins dans ce sens; qu'il n'a jamais voulu proprement du mal à personne, lors même qu'il a nui le plus cruellement à la mémoire de ses bienfaiteurs & de ses autres liaisons. [...] MANUSCRIT REMARQUE...
Page 176 - Sire, ma petite fortune est non-seulement suffisante à tous mes besoins personnels, mais elle suffit même à tous mes goûts, excepté un seul : celui de fournir aux besoins et aux goûts des autres hommes, et ce désir-là, tous les monarques du monde réunis ne pourraient pas me mettre en état de le satisfaire pleinement. Ce n'est donc point au patron qui peut donner beaucoup que je prends la liberté d'adresser la découverte...
Page 554 - ... eussent le cou plus gros encore que dans la proportion des dimensions correspondantes; ou bien que, comme le chameau, ils eussent la tête plus petite que les autres à raison du tronc, le cou ordinairement vertical, et de la facilité à s'asseoir mollement pour prendre leur nourriture à terre, ou la ruminer ; ou enfin que, s'ils...
Page 6 - ¡ils ne put se dissimuler les inconvénients de cette tournure d'esprit. En cherchant à les éviter, il se jeta même dans une sorte d'extrême , et devint plus attentif à l'ordre et à la liaison des idées, qu'il n'eût fait s'il eût été moins frappé du spectacle habituel du désordre.
Page 564 - ... alors: ils auroient, très probablement, découvert sans effort ; les Loix de la Gravité universelle, et sa Cause mécanique. Loix; dont l'invention et la démonstration, font la plus grande gloire du plus puissant génie qui ait jamais existé: et...
Page 268 - ... plaider, si elle m'imposait des conditions qui ne fussent pas acceptables. Recevez, monsieur, avec vos anciennes bontés, les assurances du sincère et respectueux attachement que je vous ai voué, et avec lequel j'ai l'honneur d'être, monsieur, votre très-humble et très-obéissant serviteur. Le comte DE BUFFON.

Informations bibliographiques